OLDENBURG CLAES (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Drôles, touchantes et absurdes », selon Margit Rowell dans le catalogue de l'exposition Qu'est-ce que la sculpture moderne ? (Centre Georges-Pompidou, Paris, 1986), « les œuvres d'Oldenburg illustrent de façon éclatante la banalité, la vulgarité et l'inconstance des valeurs sacrées de la vie américaine ». Claes Oldenburg est considéré comme l'un des principaux représentants du pop art.

Né en 1929 à Stockholm, Oldenburg a grandi à Chicago et a suivi l'enseignement de la prestigieuse université Yale (1946-1950). Il devient reporter au City News Bureau de Chicago et fréquente l'Art Institute de la ville ; mais, en 1956, il s'installe à New York et se lie avec des artistes – Allan Kaprow, Jim Dine et Red Grooms – qui, comme lui, contestent les limites établies entre l'« art » et la « vie ». Il participe alors aux premiers happenings, au cours desquels il construit des environnements faits de détritus (The Street, 1959) ; mieux encore, il loue un magasin dans lequel il recrée le monde des objets de consommation – fast-food ou vêtements – à l'aide de plâtre, de mousseline et de ficelle qu'il éclabousse de taches de couleur (The Store, 1960 : trois œuvres de cet ensemble appartiennent à la collection du Musée national d'art moderne, à Paris). Puis Oldenburg fabrique des reproductions géantes d'objets usuels, utilisant des matériaux synthétiques comme le vinyle et rendant mous, déformables, modifiables les outils ou éléments d'ameublement qui sont en réalité rigides (Lavabo mou, 1965, musée Boymans van Beuningen, Rotterdam ; Ghost Drum Set, 1972, Musée national d'art moderne, Paris). L'exposition Multiples 1964-1990 présente, de 1992 à 1993 à Munich, à Vienne, puis à La Roche-sur-Yon et Saint-Étienne, un grand choix de ces objets mi-réels, mi-imaginaires.

À la fin des années 1960, Oldenburg projette, puis fait réaliser des sculptures monumentales en métal, qui sont les reproductions d'articles de grande consommation portées à l'échelle de la ville. Depuis 1976, il se consacre, avec sa femme, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OLDENBURG CLAES (1929- )  » est également traité dans :

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/happening/#i_15333

MUSÉES PERSONNELS

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 1 612 mots

Certains artistes ont mis en œuvre une pratique qui tend à modifier nos conceptions de l'art, de la collection, de l'ordre. Cette pratique va, le plus souvent, vers un éloge du foisonnement, de l'accumulation, du bric-à-brac. Ces aventures individuelles valorisent les musées ethnologiques, les musées d'histoire naturelle, les anciens cabinets de cu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-personnels/#i_15333

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] Dans Un autre monde (1844), le dessinateur Jean Isidore Grandville imagine (entre autres choses) un art différent. Il montre, dans un musée, un gigantesque pouce ; des plantes réelles que viennent manger les oiseaux ; des bras armés qui se meuvent, sortent de la toile et menacent la vie des spectateurs ; des objets non identifiables dont peut-être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/#i_15333

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art américain »  : […] Berceau de la société de consommation, les États-Unis sont la véritable patrie du pop ; c'est là qu'il se développa sous sa forme la plus pure et survécut le plus longtemps, influençant durablement les jeunes générations d'artistes. Le pop américain prend ses racines dans l'art populaire des peintres d'enseignes des xviii e et xix e  siècles, da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_15333

SCULPTURE - L'espace sculptural

  • Écrit par 
  • Henri VAN LIER
  •  • 3 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Surface et profondeur »  : […] Pourtant, il n'y aurait pas véritablement de corps s'il n'y avait que ces délimitations et ces distributions. En même temps que des contours, des parties et des mouvements – une kinesthésie –, l'organisme est une cénesthésie profonde, une relation dynamique d'un dedans et d'un dehors. Tel est le volume dont parle Read : capacité d'occuper l' espace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-l-espace-sculptural/#i_15333

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du ready-made à la critique de la société de consommation »  : […] Dans un esprit radicalement différent, à la suite du ready-made inventé par Marcel Duchamp dès 1914 avec le Porte-bouteilles , Jean Tinguely (1925-1991), en compagnie entre autres de Daniel Spoerri, de César (1921-1998) et d’Arman (1928-2005), crée en 1960, sous la houlette du critique d’art Pierre Restany, le groupe des Nouveaux Réalistes qui ras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_15333

Pour citer l’article

Élisabeth LEBOVICI, « OLDENBURG CLAES (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claes-oldenburg/