PASOLINI PIER PAOLO (1922-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma à contre-courant

Abusivement tenu pour un continuateur anachronique du néo-réalisme avec sa première trilogie de films romains (Accattone, 1961 ; Mamma Roma, 1962 ; La Ricotta, court-métrage, 1963) Pasolini n'a rien non plus d'un « cinéaste moderne ». Singulier parmi les auteurs de son temps (Uccellacci e uccellini, 1966 ; Théorème, 1968 ; Porcherie, 1969 ; Salò, 1975, restent des œuvres inactuelles), il laisse complètement de côté les formes de contestation du classicisme hollywoodien, y compris celles liées au « nouveau cinéma », qu'il décrit avec un œil théorique critique sous le vocable du « cinéma de poésie ».

Franco Citti

Photographie : Franco Citti

Photographie

D'Accatone aux Mille et Une Nuits, la figure de Franco Citti est inséparable de l'œuvre cinématographique de Pasolini. Ici, l'acteur dans les Mille et Une Nuits (1974), où il interprète le rôle d'un démon. 

Crédits : Pea/ Artistes Associes/ The Kobal Collection/ Aurimages

Afficher

À ce bond dans l'avenir qui le rend objectivement, comme il le désirait, « plus moderne que tous les modernes », correspond un bond dans le passé (L'Évangile selon saint Matthieu, 1965 ; Œdipe roi, 1967 ; Médée, 1970 ; la « trilogie de la vie » avec Le Décaméron, 1971, Les Contes de Canterbury, 1972, et Les Mille et Une Nuits, 1974). Et, hormis le plus petit dénominateur narratif et figuratif commun qui place ses films dans un cadre non expérimental de réception, jamais son cinéma ne verse dans les formes classiques, « américaines », de représentation du monde, formes canoniques qui l'ennuyaient profondément comme en attestent ses premières critiques de cinéma (il Reporter, 1959-1960). On peut sérieusement penser aujourd'hui que l'expérimentation des codes correspond, pour le cinéma, à la carrière de scénariste de Pasolini (trente-quatre collaborations entre 1954 et 1962), notamment avec Fellini et Bolognini. C'est sur ce métier, contredit par l'ingénuité technique du nouveau réalisateur et l'« impureté » de ses références littéraires et picturales très savantes – nourries de la lecture de ses deux « maîtres », le critique et philologue Gianfranco Contini, l'historien d'art Roberto Longhi –, que se développe l'hérésie d'un cinéma resté unique en son genre, comme en témoignent encore les deux merveilleux courts-métrages en couleurs : La Terre vue de la lune (1966) et Que sont les nuages ? (1967), ou le dernier film, Salò, ou les Cent Vingt Journé [...]

Maria Callas

Photographie : Maria Callas

Photographie

Maria Callas (1923-1977), dans le rôle-titre dans Médée, film de l'Italien Pasolini, en 1970. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Franco Citti

Franco Citti
Crédits : Pea/ Artistes Associes/ The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Maria Callas

Maria Callas
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PASOLINI PIER PAOLO (1922-1975)  » est également traité dans :

POÉSIE EN FORME DE ROSE, Pier Paolo Pasolini - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 706 mots
  •  • 1 média

Si l'on excepte ses poèmes en dialecte frioulan, Poésie en forme de rose est le quatrième recueil de Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Il paraît en 1964, année cruciale pour l'auteur puisqu'elle correspond à la sortie de son film L'Évangile selon saint Matthieu, qui confirme sa place dans la culture italienne. Avec ce li […] Lire la suite

THÉORÈME, film de Pier Paolo Pasolini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 981 mots

Pasolini (1922-1975) était accoutumé à déclencher le scandale, avec ses poésies ou ses romans, avec ses films, avec sa vie. Attaqué en justice pour offense à la religion (La Ricotta, 1963), il multiplie les précautions pour filmer son Évangile selon saint Matthieu (Il vangelo secondo Matteo, 1964), mais cette fois c'est la gauche laïque q […] Lire la suite

BERTOLUCCI BERNARDO (1941-2018)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 074 mots
  •  • 2 médias

L'œuvre de Bernardo Bertolucci, marquée par le formalisme, un souci de l'histoire et de la politique jamais démentis, est portée par une interrogation sur l'identité, l'existence de l'individu et son annihilation possible par la perte même de cette identité. Seul cinéaste italien à succès avec Sergio Leone à avoir réalisé une grande partie de sa carrière en dehors de son pays , il est resté fidèle […] Lire la suite

BETTI LAURA (1934-2004)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 765 mots

Provocante et égotique, qualifiée par Pasolini de « pionnière de la contestation », l'actrice italienne Laura Betti a traversé son temps avec passion. De son vrai nom Laura Trombetti, elle est née dans la même ville que le cinéaste, à Bologne. Venue à Rome, elle se fait connaître comme chanteuse, portée par un répertoire sophistiqué – elle reprend des musiques de Kurt Weill – tandis que Moravia, P […] Lire la suite

BOLOGNINI MAURO (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 772 mots

Mauro Bolognini est né à Pistoia en 1922. Après des études d'architecture, il s'oriente vers le cinéma en suivant la voie traditionnelle de l'assistanat, en France et en Italie. Il débute en 1953 avec Ci troviamo in galleria , une comédie, genre alors très en vogue. Fort de ce succès modeste qui lui confère la confiance des producteurs, Mauro Bolognini va se spécialiser un temps dans des comédies […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement »  : […] Federico Fellini, assistant et scénariste de Rossellini, est un poète, un peintre baroque et un visionnaire. Il se soucie moins de témoigner de la réalité, sociale ou politique. Il porte un univers qu'il doit impérieusement exprimer. Ce qu'il voit n'est que le miroir de ses songes. Ses personnages sont des créatures imaginaires, ses récits sont des fables. Il est le plus brillant conteur du cinéma […] Lire la suite

CITTI FRANCO (1935-2016)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 943 mots

C'est Ninetto Davoli, qui partagea la vie et le travail de Pier Paolo Pasolini, qui a annoncé la mort à Rome de Franco Citti, le 14 janvier 2016. « La mort de Franco est une énorme douleur, nous avions en commun la plupart de nos films, mais aussi la plus grande partie de notre existence. » Ninetto Davoli reste le dernier « ragazzo di vita », pour reprendre le titre du roman publié par Pasolini e […] Lire la suite

CITTI SERGIO (1933-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Cinéaste italien. Né dans la banlieue pauvre de Rome, Sergio Citti – frère de l'acteur Franco Citti – rencontre, au milieu des années 1950, l'écrivain Pier Paolo Pasolini, dont il devient conseiller dialectal pour ses romans Les Enfants de la vie (1955) et Une vie violente (1959). Leur collaboration ne cessera plus. Passant de la littérature au cinéma, Citti participe notamment à la mise en sc […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érôs et Thanatos »  : […] « Tu me tues, tu me fais du bien. » Les huit monosyllabes de ce leitmotiv harcelant d' Hiroshima mon amour , agressivement contradictoires, deviennent, dans la mémoire, chant profond, recomposent idéalement, au bénéfice de la simplicité, un film surchargé d'intentions. Par-delà la rhétorique des dialogues et du montage, par-delà les symboliques pluies de cendre couvrant les corps, ce chant demeure […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « De la critique de l'idéologie à la contestation des formes poétiques »  : […] La quatrième génération fait cohabiter des personnalités conflictuelles : il y a des isolés comme G. Giudici (1924-2011) mais aussi le noyau regroupé autour de la revue Officina (1955-1959) avec Pasolini (1922-1975) , F. Leonetti (1924), R. Roversi (1923-2012) puis plus tard Franco Fortini (1917-1994). Alors que le néo-réalisme s'épuise, ces auteurs tentent une difficile transfusion de sang néo-h […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé JOUBERT-LAURENCIN, « PASOLINI PIER PAOLO - (1922-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pier-paolo-pasolini/