PASOLINI PIER PAOLO (1922-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Franco Citti

Franco Citti
Crédits : Pea/ Artistes Associes/ The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Maria Callas

Maria Callas
Crédits : Hulton Getty

photographie


À l'égal de sa mort atroce sur la plage d'Ostie, un assassinat trop simple et trop mystérieux à la fois, et en partie à cause d'elle, la vie et l'œuvre quasi indissociables de Pasolini furent souvent recouvertes d'un double voile. Rejet et fascination s'entrecroisent sur les deux faces de ce terrible linceul, tantôt médiatique et tantôt mythologique.

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini

photographie

L'écrivain et réalisateur italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Cela n'a pas aidé à une connaissance sereine de l'œuvre immense, multiforme et parfois hermétique de Pasolini, l'une des plus marquantes de l'Europe du xxe siècle. L'aspect victimaire en constitue certes un élément non négligeable. Dire que Pasolini fut bien une « sainte Jeanne des abattoirs » italienne, avant sa métamorphose en héros sacrilège cosmopolite, ne contrevient pas à la vérité profonde de ses poèmes, films, dessins et peintures, critiques littéraires, picturales ou cinématographiques, pièces de théâtre, interventions théoriques et politiques, scénarios, romans expérimentaux, récits courts, récits de voyage ou « auto-fictions ». Il n'empêche que trois obsessions au moins contredisent, chez lui, l'égocentrisme lié à la position du martyre volontaire : son obsession de la vitalité, son amour démesuré pour les autres, et sa confiance absolue en la fantaisie affabulatoire. En ce sens, de son vivant comme longtemps après sa disparition, l'œuvre de Pasolini lutte avec la première énergie contre les forces de mort.

Le refus d'être soi

Reconnaître dans l'œuvre protéiforme de Pasolini une seule et immense « autobiographie » est une étape préalable nécessaire à son appréhension, mais insuffisante à sa totale compréhension. Tout au long de sa vie, Pasolini traverse une à une les formes connues de la narration de soi-même, puis les dépasse en les reversant sur le monde. « Je me suis retourné sur le monde comme un gant », écrit-il en 1954 dans une lettre à un ami, avant d'ajouter cette profession de foi : « On ne se perd jamais, la corruption est impossible. »

Si Pasolini « résista » et « lutta », ce fut toujours, comme il l'écrivit, « avec les arme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PASOLINI PIER PAOLO (1922-1975)  » est également traité dans :

POÉSIE EN FORME DE ROSE, Pier Paolo Pasolini - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 707 mots
  •  • 1 média

Si l'on excepte ses poèmes en dialecte frioulan, Poésie en forme de rose est le quatrième recueil de Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Il paraît en 1964, année cruciale pour l'auteur puisqu'elle correspond à la sortie de son film L'Évangile selon saint Matthieu, qui confirme sa place dans la culture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-en-forme-de-rose/#i_11823

THÉORÈME, film de Pier Paolo Pasolini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 981 mots

Pasolini (1922-1975) était accoutumé à déclencher le scandale, avec ses poésies ou ses romans, avec ses films, avec sa vie. Attaqué en justice pour offense à la religion (La Ricotta, 1963), il multiplie les précautions pour filmer son Évangile selon saint Matthieu (Il vangelo secondo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theoreme/#i_11823

BERTOLUCCI BERNARDO (1941-    )

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Bertolucci est l'assistant de Pasolini sur Accatone (1961) alors qu'il n'a que vingt ans et réalise son premier film en 1962 à partir d'un scénario écrit avec Pasolini et que celui-ci ne put tourner. La Commare secca, (« la commère sèche », nom que les Romains donnent à la Mort), est un récit éclaté entre un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardo-bertolucci/#i_11823

BETTI LAURA (1934-2004)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 765 mots

Provocante et égotique, qualifiée par Pasolini de « pionnière de la contestation », l'actrice italienne Laura Betti a traversé son temps avec passion. De son vrai nom Laura Trombetti, elle est née dans la même ville que le cinéaste, à Bologne. Venue à Rome, elle se fait connaître comme chanteuse, portée par un répertoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laura-betti/#i_11823

BOLOGNINI MAURO (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 753 mots

Giovani Mariti, 1958) s'éloignent parfois du néo-réalisme rose pour se rehausser d'ombres intenses. Sur une comédie anodine comme Marisa la civetta (1957), il fait travailler Pasolini, qui va permettre le passage vers des films plus ambitieux mais que Bolognini, au fond, portait déjà en lui : Les Garçons (La Notte brava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauro-bolognini/#i_11823

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement »  : […] Pier Paolo Pasolini, écrivain, poète, cinéaste, est sans doute le plus bel exemple de cette indépendance. Comme Godard en France, il s'ingénie à briser toutes les conventions du spectacle cinématographique. Dans ses films, toutes les formes des cultures les plus diverses, toutes les mythologies, toutes les musiques se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_11823

CITTI FRANCO (1935-2016)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 943 mots

C'est Ninetto Davoli, qui partagea la vie et le travail de Pier Paolo Pasolini, qui a annoncé la mort à Rome de Franco Citti, le 14 janvier 2016. « La mort de Franco est une énorme douleur, nous avions en commun la plupart de nos films, mais aussi la plus grande partie de notre existence. » Ninetto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-citti/#i_11823

CITTI SERGIO (1933-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Né dans la banlieue pauvre de Rome, Sergio Citti – frère de l'acteur Franco Citti – rencontre, au milieu des années 1950, l'écrivain Pier Paolo Pasolini, dont il devient conseiller dialectal pour ses romans Les Enfants de la vie (1955) et Une vie violente (1959). Leur collaboration ne cessera plus. Passant de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sergio-citti/#i_11823

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Érôs et Thanatos »  : […] films ne poursuivent, ne proposent ou n'amorcent une méditation sur le thème d'Érôs et Thanatos. Non point films d'amour, peut-être ; à coup sûr, films sur l'amour. Deux exemples, celui de Pasolini et celui de Dreyer, suffisent à le montrer. Pour simplifier, disons que le premier découvre la mort derrière l'amour, le second l'amour derrière la mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_11823

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 128 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « De la critique de l'idéologie à la contestation des formes poétiques »  : […] : il y a des isolés comme G. Giudici (1924-2011) mais aussi le noyau regroupé autour de la revue Officina (1955-1959) avec Pasolini (1922-1975), F. Leonetti (1924), R. Roversi (1923-2012) puis plus tard Franco Fortini (1917-1994). Alors que le néo-réalisme s'épuise, ces auteurs tentent une difficile transfusion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_11823

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 719 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] artistes et des intellectuels qui ont le plus marqué la culture italienne contemporaine, Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Au cœur des débats les plus vifs, intervenant aussi bien dans le domaine de la littérature romanesque que dans celui des essais, du théâtre ou de l'activité journalistique, Pasolini est animé par une boulimie de travail et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_11823

LEOPARDI, IL GIOVANE FAVOLOSO (M. Martone)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une force qui va »  : […] que sa noirceur est sans cesse balancée par une sensualité paradoxale où le cerveau a la plus grande part. Martone, en cela, ne le trouve pas si éloigné de Pasolini, comme lui un révolté sans optimisme, « une force du passé » et un poète de l'expérience individuelle. L'expression Il giovane favoloso, « le jeune homme fabuleux » est tirée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopardi-il-giovane-favoloso/#i_11823

MORETTI NANNI (1953-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Création d'un personnage »  : […] et politiques italiennes : communisme, gauchisme, catholicisme, voire journalisme (la nouvelle idéologie médiatique dont le grand prêtre serait Silvio Berlusconi)... Moretti, par ailleurs producteur des premiers films de cinéastes tels que Carlo Mazzacurati (Nuit italienne) ou Daniele Luchetti (Domani Domani, Le Porteur de serviettes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanni-moretti/#i_11823

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 185 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Néo-réalisme littéraire »  : […] des années cinquante, une crise à l'intérieur du marxisme renouvelle la réflexion. De jeunes intellectuels fondent à Bologne la revue Officina. Pier Paolo Pasolini, l'un des rédacteurs, publie en 1955 Les Ragazzi, qui met en scène le sous-prolétariat dans les bidonvilles de Rome. La crudité du récit s'accompagne d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/#i_11823

PIGNON-ERNEST ERNEST (1942-    )

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 007 mots

Dans le chapitre « Rimbaud, Pasolini, Caravage... »  : […] Pasolini est une autre figure sur laquelle Ernest Pignon-Ernest revient souvent : poète, romancier, cinéaste, homme de sensualité et de révolte, déchiré, hanté par la mort. L'artiste le met en rapport avec un autre créateur « excessif », avec un autre créateur « tragique » : Caravage, lorsque celui-ci, pour peindre la tête coupée de Goliath, fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-pignon-ernest/#i_11823

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 192 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le statut du scénario »  : […] Le scénario peut être envisagé autrement. N'est-il qu'une étape préalable au tournage d'un film, l'équivalent d'un échafaudage qui disparaîtrait une fois l'ouvrage achevé, doit-il se perdre dans le film ou constitue-t-il une œuvre à part entière, trouvant sa fin en lui-même, comme l'a prétendu Pier Paolo Pasolini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-cinema/#i_11823

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé JOUBERT-LAURENCIN, « PASOLINI PIER PAOLO - (1922-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pier-paolo-pasolini/