ANGLAIS (ART ET CULTURE)Langue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anglais est une langue germanique qui, par sa structure, appartient à la catégorie des langues indo-européennes. Il est étroitement apparenté au frison, au hollandais, au bas allemand qui, avec le haut allemand, constituent le groupe occidental des langues germaniques.

Importé dans les îles Britanniques dès le ve siècle par les envahisseurs venus du continent, l'anglais remplace peu à peu les langues celtiques indigènes. Cependant, le gallois d'aujourd'hui n'a rien perdu de sa vigueur ; l'irlandais et le gaélique n'ont pas encore été complètement supplantés.

Les manuscrits remontant à l'époque vieil-anglaise – elle s'achève au xie siècle par la conquête normande – attestent l'existence de trois types de dialectes anglais : le saxon occidental au sud, l'anglien (northumbrien au nord, et mercien au centre) et le kentien au sud-est. Le saxon occidental devient la langue littéraire de l'Angleterre au ixe siècle. Depuis, lorsqu'on parle de vieil anglais sans autre qualification, il faut entendre le saxon occidental.

La conquête normande aboutit au remplacement du saxon occidental par le français en tant que langue officielle et littéraire de l'Angleterre et de l'Écosse. Cependant, les dialectes régionaux anglais continuent à être utilisés, non seulement par les gens du commun, mais aussi par la petite noblesse, qui ne recourt au français que dans l'exercice de ses fonctions officielles. Pendant trois siècles (1100-1400), d'un bilinguisme qui correspondait à une structure sociale hiérarchisée, un grand nombre de mots français s'introduisent dans la langue anglaise.

L'écriture de l'anglais, qui n'avait jamais été complètement abandonnée, regagne de l'importance d'abord dans l'Ouest (vers 1200), puis dans le Nord, enfin dans la région de Londres, siège de l'aristocratie anglo-française. Durant cette période de transition, chaque région possède son propre dialecte littéraire. Ce n'est qu'au milieu du xive siècle que l'anglais littéraire de type londonien – dont le meilleur exemple se trouve chez Chaucer – prend figure de nouveau type linguistique national. Un siècle plus tard, vers 1475, l'introduction de l'imprimerie stabilise ce type de moyen anglais qui, pour une grande part, a fourni les bases de l'anglais moderne.

Dans son système grammatical, dans son système phonétique et, dans une moindre mesure, dans son vocabulaire, l'anglais parvient à son stade presque définitif avant l'établissement des Anglais dans les colonies d'Amérique du Nord (après 1600) et dans d'autres contrées. Aussi, les variétés régionales de l'anglais d'Amérique sont-elles toutes à peu près similaires à l'anglais de Grande-Bretagne, quant à la structure phonétique et grammaticale.

L'immigration continue, les contacts étroits entretenus, surtout avant la guerre d'Indépendance (1776), avec la Grande-Bretagne dans les ports de la côte atlantique ont déterminé quelques modifications phonologiques de l'anglais britannique type. Toutefois, les liens culturels étroits entre la Grande-Bretagne et l'Amérique du Nord, renforcés par un langage littéraire commun, limitent les différences de vocabulaire.

Ce qui est vrai pour l'anglais d'Amérique du Nord s'applique à un degré plus large à l'anglais des Indes, de l'Australie et de l'Afrique du Sud, où l'influence et les établissements anglais sont plus tardifs.

L'anglais est, au début des années 1990, parlé par près de 400 millions de personnes, dont plus de 200 millions vivent en Amérique du Nord et quelque 60 millions dans les îles Britanniques. C'est la langue maternelle de 15 millions d'hommes en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, et la seconde langue de millions d'habitants des Indes et du Japon. De plus, l'anglais, devenu langue de diffusion de l'information scientifique et technologique, est pratiqué à ce titre dans toutes les parties du monde.

Le vocabulaire

Dans leurs contacts à travers les âges avec des peuples variés, les usagers de l'anglais ont généreusement accueilli les apports étrangers de vocabulaire ; participant aux mouvements culturels qui ont traversé l'Europe occidentale, ils ont adopté de nombreuses expressions empruntées au latin, qui, historiquement, a été la grande langue de culture jusqu'à l'époque moderne.

La base anglaise

Ce remarquable accueil fait aux mots issus d'autres langues peut donner l'impression que le vocabulaire anglais a été submergé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Vocabulaire d'origine anglaise

Vocabulaire d'origine anglaise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Consonnes en position initiale de mots

Consonnes en position initiale de mots
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'américain à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : professeur à l'université d'Ann Arbor, Michigan

Classification

Autres références

«  ANGLAIS ART ET CULTURE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 108 mots

Il est significatif que les deux ouvrages les plus importants consacrés au particularisme marqué de l'art anglais, à son caractère unique au sein de l'histoire de l'art occidental, et en tout cas les premiers à poser délibérément cette question et à en faire l'objet principal de leur réflexion, L'« Anglicité » de l'art anglais et Les Antécédents idéologiques de l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

La peinture anglaise est souvent évoquée avec condescendance de ce côté-ci de la Manche – quand elle n'est pas complètement ignorée. On y discerne seulement, entre deux abîmes de médiocrité, un bref « âge d'or » allant de 1750 à 1850 et culminant avec Turner. Pour comprendre comment cette présentation caricaturale a pu longtemps être crédible, il faut aborder de front le reproche habituel fait à l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dupremier voyage de John Robert Cozens en Italie en 1776 à la mort de Turner en 1851, l'Angleterre a connu un âge d'or de l'aquarelle. Cette technique picturale, auparavant réservée au dessin topographique et architectural, a brusquement connu la faveur des artistes et de leurs clients au moment où les voyage […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

L'architecture anglaise reste étrangement méconnue en France. Or le développement de cet art au cours des quatre siècles qui vont de la Renaissance à l'orée des temps contemporains, de l'avènement d'Élisabeth à la mort de Victoria, prouve qu'à côté de l'Italie et de la France l'Angleterre fut une des terres les plus fécondes en grands praticiens et en mo […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 932 mots
  •  • 8 médias

Les arts sont les témoins des civilisations et sont, comme elles, largement façonnés par le contexte géographique et historique qui les voit naître et se développer. La musique anglaise n'échappe pas à cette loi.Protégée de l'influence immédiate de ses voisins les plus proches par l'existence entre elle et eux d'un bras de mer, c'est en son propre terroir qu […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Depuis ses origines, le cinéma britannique s'épanouit dans la contradiction – un peu comme l'humour anglais, que l'on caractérise comme conformiste d'un côté, iconoclaste de l'autre. On le déclare périodiquement « fini » pour mieux parler de ses « renaissances » ; les généralisations sont tentantes, souvent réductrices, parfois abusives, car à bien des égards, cette cinématographie reste déroutant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy Jean FORGUE, Hans KURATH, « ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-langue/