DELORME PHILIBERT (1514-1570)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le champion d'un nouveau professionnalisme

Son souci de sécurité matérielle explique sans doute les tracasseries dont on l'importune ; il ne justifie pas la haine que certains lui portent. La raison en est ailleurs. Elle est dans la volonté de puissance qui habite Delorme, dans son opiniâtreté à hausser l'architecture au niveau d'un « art libéral », à imposer une profession nouvelle, celle d'architecte. Le terme, lorsqu'il apparaît au début du xvie siècle, appliqué à trois Italiens dont Léonard de Vinci, désigne celui qui détient un savoir théorique. Delorme exige davantage : l'architecte, homme universel, doit posséder non seulement les « lettres », c'est-à-dire le bagage philosophique et scientifique de tout humaniste – et en particulier la géométrie et l'astronomie grâce auxquelles l'architecte pourra maîtriser l'espace –, non seulement une connaissance approfondie de l'architecture antique – qui suppose un travail personnel de relevés –, mais encore un savoir pratique sans faille. Ces exigences sont exprimées en termes forts dans les premières pages du Premier Tome, illustrées, comme il se doit pour ce siècle épris d'hermétisme, d'une double image emblématique qui oppose le bon et le mauvais architecte. Delorme peut se permettre de parler ferme : il est orfèvre en la matière. Il connaît le métier ; il sait mener les ouvriers et conduire un chantier, choisir les bois secs, les bons moellons, arrêter les fondations sur le premier sol de sable rencontré (comme les fouilles de Saint-Léger l'ont confirmé). Il sait concevoir et dessiner un bâtiment, du plan masse au détail du lambris. Il sait comment doit être rédigé un devis ; il sait, d'une clause ajoutée au marché, réserver sa décision sur le choix d'un ornement, un profil de moulure, raturant, surchargeant le texte notarié de sa haute et ferme écriture. Mais il y a plus : formé jeune par des ouvriers hautement qualifiés qui l'ont initié à l'art du trait jusque dans ses plus vertigineux raffinements, il sait utiliser son art pour faire d'un vieux bâtiment un logis moderne – [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DELORME PHILIBERT (1514-1570)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'âge classique et la tradition vitruvienne »  : […] La rupture entraînée par la Renaissance n'est pas que théorique. En même temps que l'on redécouvre Vitruve s'affirme en effet une nouvelle figure d'architecte-humaniste dont un Filippo Brunelleschi (1377-1446) constitue l'une des premières incarnations. L'auteur de la coupole de la cathédrale de Florence se pense en effet comme un intellectuel fondamentalement différent des autres acteurs de la p […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] Le mot architecte figure dans le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne (1549). À l'époque où certains souverains, comme Catherine de Médicis, se piquent de connaissances en architecture et où de savants gentilshommes, issus comme Pierre Lescot d'une famille de hauts fonctionnaires, font une brillante carrière d'architecte, les termes courants, « maître-niveleur », « mathématicien et géom […] Lire la suite

BULLANT JEAN (1520 env.-1578)

  • Écrit par 
  • Yves PAUWELS
  •  • 950 mots

À la Renaissance, Jean Bullant est, avec Philibert Delorme et Pierre Lescot, le troisième acteur de l'introduction en France des formes classiques. Issu d'une famille de maçons, il se forma au langage de l'architecture à l'antique grâce à la lecture du Quarto Libro , partie du traité de Sebastiano Serlio, dont l'influence fut capitale en France à cette époque. Il compléta cette culture par un voya […] Lire la suite

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : ils forment l'école de Fontainebleau. Sous Henri IV, un autre groupe composé […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Redécouverte des ordres antiques et règles modernes »  : […] Le système moderne des ordres résulte d'un compromis entre les prescriptions de Vitruve, l'étude des monuments romains et la recherche de règles idéales, compromis dont la lente élaboration justifie l'appellation « première renaissance » donnée à sa première phase, dont les avatars caractérisent l'effort de normalisation du xvi e  siècle, et qui se stabilise au xvii e autour de deux ou trois règl […] Lire la suite

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le style à l'antique »  : […] Les années 1540-1550 sont décisives pour l'avenir de la culture et de l'art français : elles voient le début d'une « haute Renaissance » qui s'épanouira dans la décennie suivante, sous le règne d' Henri II. Les humanistes multiplient les éditions et les traductions des textes classiques, Du Bellay et Ronsard exaltent la valeur de la langue française et annoncent la naissance d'une poésie nationale […] Lire la suite

STÉRÉOTOMIE

  • Écrit par 
  • Joël SAKAROVITCH
  •  • 1 043 mots

Au sens premier du terme, la stéréotomie est l'art de découper différents volumes en vue de leur assemblage ; en architecture, elle désigne plus spécifiquement l'art de la coupe des pierres en vue de la construction des voûtes, trompes, coupoles ou volées d'escaliers... Si l'on parle encore de la « stéréotomie du bois » à propos de l'assemblage des bois de charpente, on constate que ce sens dispar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise BOUDON, « DELORME PHILIBERT - (1514-1570) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philibert-delorme/