PHILATÉLIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fabrication des timbres-poste

Plusieurs techniques sont utilisées pour reproduire le dessin des timbres.

La première technique utilisée en France a été la typographie, où l'encre est déposée par les saillies de l'empreinte. Elle laisse des contours nets, donne des aplats bien foncés et peut provoquer au verso une légère saillie appelée foulage. Très utilisée pour tous les timbres français jusqu'en 1928 et surtout pour les timbres de petite taille jusqu'en 1974, elle a été remplacée par la taille-douce.

Dans la taille-douce, procédé noble où le graveur n'a droit à aucun repentir, ce sont les creux, remplis d'encre, qui impriment le papier. À l'examen, l'encre dépasse le plan du papier ; elle est parfois sensible au toucher (comme dans les timbres d'Autriche ou du Liechtenstein). Les aplats, difficiles à réaliser, proviennent de l'entrecroisement de lignes serrées. Cette technique délicate est utilisée en France depuis 1928 ; un grand nombre de graveurs prestigieux l'ont employée (Gandon, Decaris, Combet, Forget en France ; Slania à l'étranger). Elle peut être associée à d'autres techniques plus modernes.

La lithographie est une technique plus simple. Elle n'a été utilisée en France que pendant des périodes troublées, pour les timbres de l'émission de Bordeaux pendant le siège de Paris, ou pour les « Coq » et « Marianne » d'Alger à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le dessin est fait sur une pierre spéciale dont toute la surface polie se trouve en contact avec le papier mais dont seules certaines parties peuvent, en raison d'un traitement chimique, recevoir l'encre. Ce procédé n'est plus utilisé.

L'héliogravure est une technique moderne, purement photomécanique, où l'homme n'intervient plus, et qui donne une reproduction d'une bonne exactitude. Comme pour la taille-douce, l'encre est contenue dans des creux, assez proches néanmoins pour donner de très bons aplats. Elle a été peu utilisée en France (premier timbre en 1966).

L'offset, enfin, techniqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHILATÉLIE  » est également traité dans :

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les commissions du C.I.O. »  : […] Le C.I.O. compte de multiples commissions en charge de dossiers spécifiques, certains étant parfois assez éloignés des questions strictement sportives. Le président est membre de droit de toutes les commissions. Certaines sont des commissions permanentes, mais le président peut établir des commissions et groupes de travail sur tout sujet, à chaque fois que cela lui semble nécessaire. Les commissio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-international-olympique/#i_94991

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HANOUNE, « PHILATÉLIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philatelie/