TAILLE-DOUCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble de procédés de gravure à la main et d'impression qui se caractérisent par le fait que le dessin à reproduire est gravé en creux sur la plaque matrice. La taille-douce s'oppose ainsi à la taille « d'épargne », généralement sur bois, où le dessin est épargné par la gouge et demeure en relief, les blancs étant évidés une fois la plaque terminée. La taille d'épargne est le procédé le plus ancien et le plus sommaire, plus fruste et dur (techniquement et esthétiquement) que son contraire la taille-douce. La taille-douce pose plusieurs problèmes : le dessin à encrer étant en creux, les surfaces planes devront venir en blanc et, par conséquent, être bien essuyées après l'encrage, de sorte que l'encre ne reste que dans les creux (tailles) ; la taille-douce doit donc se pratiquer sur métal, ce qui permet de grandes finesses, inspirées dans leur technique initiale des travaux d'orfèvrerie. En outre, l'encre étant dans les tailles, elle ne sera reportée sur le papier que sous l'action d'une forte pression ; le papier doit être très légèrement humidifié. C'est pourquoi la taille-douce n'a été possible qu'après l'invention, sans doute en Allemagne, de la presse (milieu du xve s.), bien adaptée à cette technique particulière. Alors que les tailles d'épargne sur bois peuvent être imprimées avec de simples presses typographiques, voire à la main avec des frottons (tampons de tissus), les gravures en taille-douce nécessitent cette presse particulière munie de grands bras que l'imprimeur, s'aidant des pieds et des mains, doit faire tourner pour faire passer planche et papier sous des rouleaux qui exercent une pression de plusieurs tonnes. L'imprimeur taille-doucier est donc un spécialiste qui possède plusieurs « coups de main » pour régler la pression et pour retirer la gravure imprimée protégée par des langes (morceaux de tissu épais). L'encrage de la planche est long et délicat : l'encre ne doit subsister que dans les tailles, mais pour la faire affleurer et pour obtenir plus de douceur dans le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  TAILLE-DOUCE  » est également traité dans :

BOSSE ABRAHAM (1602-1676)

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 969 mots

Appartenant à une famille calviniste de Tours, Abraham Bosse vient s'établir à Paris très jeune et, sans ses démêlés avec l'Académie, nous ne saurions que très peu de choses sur la vie de cet artisan laborieux, père de dix enfants qu'il dut élever selon ses principes de protestant doctrinaire. À vingt-sept ans, Bosse se fait connaître par la suite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-bosse/#i_22668

ESTAMPE

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 744 mots

Il est fort difficile de définir le domaine de l'estampe. Le mot a une signification technique (comme l'anglais print ) et désigne une image obtenue par pression d'un support (en général du papier) contre une matrice. Sa forme la plus élémentaire est l'estampage, où l'impression se fait en moulant le support sur le relief ou en frottant une encre sur le support même pour fair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estampe/#i_22668

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La couleur »  : […] Dès l'origine, certaines estampes étaient coloriées à la main. La recherche d'une impression en couleurs s'étend à tous les procédés. À la fin du xv e  siècle on imprimait ainsi des gravures sur bois en plusieurs couleurs, grâce à l'emploi de planches différentes, chacune déposant une couleur uniforme sur une même épreuve au fil de passages succes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_22668

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La montée en puissance des images  »  : […] Selon le besoin, le budget, la diffusion, les techniques varient. Il existe ainsi de nombreuses méthodes de reproduction des images. À partir des années 1830, la gravure sur bois de bout est utilisée massivement par la presse périodique et les livres illustrés. Un bois de bout est un motif en relief travaillé au burin. Les images sont imprimées à côté du texte sans avoir besoin d’un second passag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imprimerie/#i_22668

JACQUEMIN ANDRÉ (1904-1992)

  • Écrit par 
  • Gisèle LAMBERT
  •  • 774 mots

À quatre-vingt-huit ans, le graveur André Jacquemin reclassait ses gravures (plus d'un millier) et ses illustrations ; la rédaction du catalogue raisonné de son œuvre était entreprise... Dans la gravure, il représente la grande tradition de la taille-douce d'après nature, l'expression toujours renouvelée du blanc et du noir, dont il dira lors de son discours de réception à l'Académie des beaux-ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-jacquemin/#i_22668

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le livre romantique »  : […] Au cours des années 1820-1830, les valeurs et les pratiques sur lesquelles s'établissait l'art du livre sont remises en question tandis que la civilisation du machinisme industriel s'élabore. Sans doute faut-il faire correspondre ces deux phénomènes contemporains, mais il ne s'agit pas vraiment d'une confrontation de l'art et de la technique dont la problématique marquera producteurs et utilisate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_22668

MELLAN CLAUDE (1598-1688)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 048 mots

Originaire d'Abbeville (Somme), patrie de nombreux graveurs de talent, Claude Mellan vit le jour en mai 1598. Son père et homonyme et un de ses frères, Philippe, étaient chaudronniers et planeurs de cuivre. Ce milieu professionnel fut probablement à l'origine de sa vocation. On ignore toutefois quels furent ses maîtres dans l'art de la taille-douce fort peu développée en France au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-mellan/#i_22668

NANTEUIL ROBERT (1623-1678)

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 854 mots

On peut dire de Robert Nanteuil qu'il est le Saint-Simon de la gravure. Il occupe dans la seconde moitié du xvii e  siècle la place que Jacques Callot tient dans la première moitié du siècle. Il n'a gravé qu'au burin, presque uniquement des portraits (221 sur un total de 229 pièces, dont 155 d'après ses propres dessins ou pastels). Originaire de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-nanteuil/#i_22668

NIELLAGE ou NIELLURE

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 299 mots

Le nielle est une substance noire constituée de sulfure d'argent et de boraxe auxquels on ajoute parfois du plomb et du cuivre. On l'utilise pour incruster certains métaux. On nielle en général l'or, l'argent ou le cuivre (l'argent pouvant être doré ensuite). Les motifs et les traits destinés à être remplis de nielle sont préalablement creusés dans la pièce de métal, puis remplis de la pâte de sul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niellage-niellure/#i_22668

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Érasme et la peinture : mythes et réalité »  : […] D'allégations en amalgames défiant le bon sens et la simple chronologie, des thuriféraires d'Érasme (Brocwell, 1917) tentèrent d'imposer la légende du jeune moine devenu peintre consommé durant ses années de couvent ou peu après sa sortie. À l'origine de cette fable, il y a une tradition orale, plus raisonnable, fixée au début du xvii e  siècle pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_22668

PHILATÉLIE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 7 025 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fabrication des timbres-poste »  : […] Plusieurs techniques sont utilisées pour reproduire le dessin des timbres. La première technique utilisée en France a été la typographie , où l'encre est déposée par les saillies de l'empreinte. Elle laisse des contours nets, donne des aplats bien foncés et peut provoquer au verso une légère saillie appelée foulage. Très utilisée pour tous les timbres français jusqu'en 1928 e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philatelie/#i_22668

Pour citer l’article

Michel MELOT, « TAILLE-DOUCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taille-douce/