PÉTRARQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre Terre et Ciel

Invité en 1330 par son ami de Bologne, Giacomo Colonna, alors évêque de Lombez, Pétrarque passe dans la petite ville gasconne « un été quasi divin grâce à la franche allégresse du maître de céans et de ses compagnons ». Il entre ensuite chez le frère de Giacomo, le cardinal Giovanni Colonna, au service duquel il restera jusqu'en 1347, « non comme sous l'autorité d'un maître, mais plutôt comme sous la protection d'un père ou mieux d'un très tendre frère ». Ce sont des années fécondes jalonnées par des voyages studieux et des périodes d'austère retraite, où alternent les rêves de gloire et les travaux humbles et acharnés de la création littéraire. En 1333, en homme de science avide de connaître gens et choses, il parcourt la France, le Brabant, la Rhénanie. À Paris, c'est la révélation des Confessions de saint Augustin, lues pour la première fois avec passion. À Liège, il sent le Pro Archia de Cicéron comme le grand manifeste de l'essence de la poésie. Sa vocation lui apparaît alors déjà clairement : avec la mise en chantier de ses deux plus vastes et plus significatives œuvres en latin, le De viris illustribus (1338-1353) et Africa (1338-1342), s'affirme son rôle de médiateur entre la culture classique et le message chrétien, se précise sa figure de précurseur et de héros de l'humanisme occidental. Au début de 1337, il réalise un de ses rêves les plus chers ; il se rend à Rome pour la première fois et admire, « confondu par tant de choses grandes et belles », les vestiges de l'Antiquité et les saintes reliques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté des lettres de Rouen
  • : secrétaire général de la Fondazione Giorgio Cini, Venise, professeur à l'université de Padoue

Classification


Autres références

«  PÉTRARQUE (1304-1374)  » est également traité dans :

PÉTRARQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 184 mots

Fin du xiiie s.-début du xive s. Dolce Stil Novo, poésie amoureuse savante.20 juillet 1304 Naissance de Pétrarque à Arezzo, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque-reperes-chronologiques/

CANZONIERE, Pétrarque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Un des manuscrits qui contient le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374) porte le titre en latin de Rerum vulgarium fragmenta (« fragments en langue vulgaire »). Non que ces 366 sonnets, chansons, sextines et ballades présentent le moindre signe d'inachèvement : Pétrarque désigna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canzoniere/#i_1996

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Littérature »  : […] Le terme « moderne » est calqué sur le latin modernus , ce qui est « à la mode », actuel. Il peut être employé de manière dépréciative, pour qualifier l'éphémère et partant le superficiel, la valeur étant dans ce cas associée à la durée, voire à l'éternité. C'est ainsi que Pétrarque (1304-1374), par exemple, appelait Modernes les doctes de son époque, trop imprégnés du lati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_1996

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 448 mots

Dans le chapitre « Apelle ou le portrait de l'artiste »  : […] Quand Vasari décrit l'admiration du pape devant le cercle parfait dessiné par Giotto, il réécrit l'anecdote d'Apelle traçant une ligne plus fine que celle de Protogène : la réalité de la biographie de Giotto se superpose aux réminiscences du texte de Pline. E. Kris et O. Kurz, qui ont analysé en 1934 la récurrence d'anecdotes similaires dans les biographies d'artistes, ont montré ce que ces thème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apelle/#i_1996

GIOTTO

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 3 174 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du peintre à l'artiste »  : […] Même si sa biographie laisse apparaître des lacunes dans notre information, Giotto a réalisé une œuvre de belle ampleur qui tranche avec ce qui a précédé. L'appréciation de Giovanni Villani fait entrevoir, cependant, des réalités qui s'écartent de la vision, trop lénifiante, trop simple aussi, à laquelle nous sommes habitués. Les remarques de Dante et de Boccace recoupent les observations de cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giotto/#i_1996

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Poésie et savoir : la littérature néo-latine »  : […] Langue de l'Église et de l'école, le latin a été écrit et parlé sans interruption depuis la fin de l'Empire romain ; au xii e  siècle encore, on lit non seulement les Pères de l'Église mais aussi Virgile, Ovide, Cicéron, et on s'inspire d'eux. Pourquoi donc qualifier de néo-latine la littérature qui naît avec Pétrarque, s'épanouit en Italie au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_1996

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « À l'origine, Dante et Pétrarque »  : […] De fait, la tradition littéraire italienne installe au fondement de sa langue deux poètes, Dante et Pétrarque, dont sont issus tous ceux qui suivent. Ces deux pères de la langue poétique ne sont pas des références rhétoriques : c'est bien toujours avec eux qu'il faut se mesurer. Ces deux « luminaires » inscrivent en outre une ligne de partage fondamentale entre un réalisme total où se mêlent tous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_1996

PARONOMASE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 168 mots

La paronomase est fondée sur le rapprochement des mots de significations distinctes et dont l'équivalence sonore est presque totale (plus totale que celle des figures apparentées comme l'assonance, la rime, l'allitération ou l'homéotéleute, mais moins totale que celle des homonymes). Connue depuis l'Antiquité — elle s'appelle adnominatio en latin —, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paronomase-rhetorique/#i_1996

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sens »  : […] Les structures profondes dégagées à partir de l'analyse du vers ne concernent pas seulement la forme du poème, mais sa signification même, qui en est inséparable. La poésie tend à établir une équivalence entre signifiant et signifié, produite par une « retrempe alternée en le sens et la sonorité » (Mallarmé). La rime, par exemple, n'est pas une simple homophonie ; elle induit entre les mots qu'el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_1996

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Invariants et variations »  : […] C'est ainsi que l'on trouve, moins dans l'université médiévale dominée par la dialectique que dans la classe de rhétorique des collèges à partir de la Renaissance, en latin chez les jésuites jusqu'au xviii e  siècle, en français dans les lycées jusqu'à la fin du xix e , des manuels qui retransmett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique/#i_1996

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise JOUKOVSKY, Vittore BRANCA, « PÉTRARQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/