JALOUSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sémantiquement et psychologiquement, la jalousie est inséparable du désir. Bossuet prête au mot le sens de « passion sans partage » lorsqu'il écrit : « Combien de Romains furent jaloux de la liberté. » C'est le « zèle extrême » qu'atteste, à l'origine, le provençal gelos, fréquent dans la poésie des troubadours, entre les années 1135 et 1150. L'influence du coq ou jal aurait, selon Grzywacz, déterminé la forme française.

Pour Joyce McDougal, la jalousie sous-entend l'existence d'un sentiment amoureux. Il semble cependant nécessaire d'inclure à la composante fondamentale une double disposition qui, dans son essence, n'offre rien de commun avec les élans du cœur. La volonté d'appropriation et l'esprit de concurrence viennent se greffer en somme sur une passion initialement vouée à combler les vœux de bonheur de deux êtres sous le charme d'un attrait réciproque. La Rochefoucauld l'a bien perçu, qui constate : « La jalousie est en quelque sorte juste et raisonnable puisqu'elle ne tend qu'à conserver un bien qui nous appartient ; au lieu que l'envie est une furieuse qui ne peut souffrir le bien des autres. » Et d'Alembert : « On est jaloux de ce qu'on possède et envieux de ce que possèdent les autres. »

Si l'angoisse rôde dans le sillage de la jalousie, n'est-ce pas pour la raison que toute appropriation suppose l'expropriation de l'autre et la menace d'être, par un revers de fortune, exclu à son tour de ses droits ? « L'amoureux jaloux de sa maîtresse, dit Daniel Lagache dans son étude sur La Jalousie amoureuse, envie les succès réels ou fictifs de son rival. »

La jalousie est ancrée dans la peur de perdre non le sujet aimé mais l'objet possédé, avec lequel il se confond. Ainsi oblitéré par un titre de propriété, le partenaire ne laisse pas de subir l'effet d'une agressivité qui, d'une part, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JALOUSIE  » est également traité dans :

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Dans le chapitre « Le délire paranoïaque et ses formes »  : […] Sur le plan clinique (cf. supra ), le mécanisme du délire est essentiellement interprétatif. L'interprétation morbide amène le malade à donner une signification allant dans le sens de son délire à des événements banals, au comportement et aux propos d'autrui, pourtant dénués d'intention hostile et normalement perçus. Les intuitions sont rares ; quant aux hallucinations, elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paranoia/#i_2279

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 143 mots

Dans le chapitre « Les motivations de la persécution »  : […] La persécution est à l'agressivité furieuse (à l' hybris ) ce que la combustion lente est à la déflagration ; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque ; elles y sont contenues et répétées. C'est la différence entre la conduite motivée par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/#i_2279

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DU COUPLE

  • Écrit par 
  • Nicolas FAVEZ
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Les dimensions psychologiques dans la relation de couple »  : […] Il y a tout d’abord deux dimensions relatives à la motivation à former un couple. Selon la théorie de l’attachement, tout individu a une motivation primaire à « rechercher une sécurité émotionnelle » dans une relation proche au sein de laquelle il puise affection et réconfort. Cette recherche est guidée par des modèles cognitifs dérivés de l’expérience relationnelle précoce avec les parents et ul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-du-couple/#i_2279

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « JALOUSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jalousie/