PERSEArts

Médias de l’article

Persépolis

Persépolis
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Palais de Darius Ier à Suse

Palais de Darius Ier à Suse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Portrait funéraire

Portrait funéraire
Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

photographie

Ziggourat de Tchoga Zanbil, Iran

Ziggourat de Tchoga Zanbil, Iran
Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

photographie

Tous les médias


Avant l'unification de l'Iran par les Perses, le pays d'Élam était la seule entité historique des hautes terres qui dominent les plaines de Mésopotamie, de Turkménie et de l'Indus. Situé sur le flanc sud-ouest de ce vaste ensemble montagnard, l'Élam, ou « pays haut », était fondamentalement double. Il englobait la plaine susienne, prolongement de la Mésopotamie, et les vallées du rebord occidental du plateau dont la principale correspond au Fars actuel, appelé à devenir la terre d'élection des Perses. Cette dualité géographique était aussi ethnique et culturelle, car les gens de la plaine étaient des sémites comme leurs voisins de Mésopotamie, alors que les montagnards de langue élamite étaient apparentés à leurs voisins de l'immense arrière-pays, pauvre quant à l'agriculture, mais riche de métaux et de minéraux. Les déplacements associés aux transhumances de ces gens largement nomades les ont de tout temps conduits dans la plaine agricole de Susiane, carrefour indispensable de leurs itinéraires lointains. C'est ce qui s'exprima par la dualité des capitales : Anshân appelée à être remplacée par Persépolis, puis par Chiraz dans le haut pays, et Suse dans la plaine où se rencontrent les deux populations complémentaires qui lui ont donné ses deux noms actuels, Khuzistan en persan et Arabistan en arabe.

Persépolis

Persépolis

photographie

Terrasse du palais de Persépolis, fondé par Darius Ier. Iran… 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

—  Pierre AMIET

Après avoir brûlé Persépolis, Alexandre, nous dit la tradition, conçut le projet d'une union étroite entre Hellènes et Perses ; il ne resta de lui, dans le vaste domaine iranien, que quelques villes qui portèrent son nom. De même, c'est par la fondation de colonies gréco-macédoniennes que les Séleucides tentèrent d'assurer les bases de leur pouvoir et de faciliter la diffusion de l'hellénisme (Séleucie de l'Élaios-Suse, Laodicée-Nehavend...). Aucune de ces villes n'est connue avec précision ; des ruines clairsemées, des sculptures dispersées et quelques inscriptions en langue grecque témoignent encore de cet effort.

Très vite, la domination des Séleucides fut graduellement refoulée par les


pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : inspecteur général honoraire des Musées de France, ancien conservateur en chef du département des Antiquités orientales du musée du Louvre
  • : membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  PERSE  » est également traité dans :

PERSE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 2 756 mots

Idée de l'Iran et études iraniennes ont subi très longtemps un morcellement désastreux. On connaît le mot d'Oswald Spengler : « L'Iran a été livré aux philologues. » Le jugement est-il juste ? La responsabilité n'est-elle pas partagée par d'autres ? Toujours est-il que la représentation la plus courante, et dont le règne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-vue-d-ensemble/

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 044 mots
  •  • 8 médias

Pour tenter de saisir ce qu'a été dans sa continuité l'histoire de la Perse antique, des origines à la conquête arabe, il faut retenir au moins trois données importantes : le premier peuple, les Élamites, qui ait imposé sa marque au sud-ouest de l'Iran n'est pas d'origine iranienne, mais son influence sur les siècles postérieurs semble encore plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/

PERSE - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Christophe BALAY, 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, 
  • Jean de MENASCE, 
  • Mohammad Djafar MOÏNFAR
  •  • 8 288 mots
  •  • 6 médias

Le vieux perse constitue avec l'avestique l'iranien ancien du groupe indo-iranien, principal représentant de l' indo-européen en Asie. Ancêtre du pehlevi (moyen perse) et du persan (iranien moderne), il est attesté par les inscriptions des anciens rois perses de la dynastie achéménide, éparpillées à travers leur empire : à Bīsutūn (dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-langues-et-litteratures/

Voir aussi

ART ACHÉMÉNIDE    AGADÉ    ART ANIMALIER    ANTIQUITÉ architecture    ANTIQUITÉ sculpture    ARCHITECTURE RELIGIEUSE    ARGILE sculpture    ART DE L'ASIE CENTRALE    ASSUR ou ASSOUR    ROYAUME ÉLAMITE D'AWAN    BAS-RELIEF    BISHAPUR    BRONZE sculpture    ART DU BRONZE    CACHET    ARCHITECTURE CIVILE    COLONNE    TECHNIQUES DE CONSTRUCTION    ÉCRITURE CUNÉIFORME    DÉCORATION ARCHITECTURALE    FIGURINE    FIRUZABAD Iran    ART FUNÉRAIRE    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE HAFT TÉPÉ    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE HASANLU    HAUT-RELIEF    INCINÉRATION    INSHUSHINAK ou IN-SUSINAK    ART IRANIEN    IWAN architecture    PALAIS DU KUH-É KHWADJA    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE MARLIK    ART MÉSOPOTAMIEN    MOBILIER FUNÉRAIRE    NABUCHODONOSOR Ier    PROTO-ÉLAMITE    PUZUR-INSHUSHINAK roi d'Awan    RITES FUNÉRAIRES    SANCTUAIRE    PALAIS DE SARWISTAN    ART SASSANIDE    SCEAU-CYLINDRE    SCULPTURE RELIGIEUSE    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE SHAHDAD    BRONZE DE SHAMI    ROYAUME DE SIMASHKI    ARTS DE LA SOIE    STÈLE    TAK-É BOSTAN ou TAQ-E BOSTAN    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE TCHOGA ZANBIL    TEMPLE Moyen-Orient    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE TÉPÉ NUSH-I DJAN    TERRE CUITE sculpture    TOMBE    URBANISATION    VASES    VILLES PRIMITIVES    SITE ARCHÉOLOGIQUE DE ZIWIYÉ

Pour citer l’article

Pierre AMIET, Ernest WILL, « PERSE - Arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-arts/