SUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville ancienne du sud-ouest de l'Iran, Suse fut la capitale de l'Élam puis celle de l'empire perse achéménide. Identifié par l'Anglais Loftus en 1851 et exploré par la mission française Dieulafoy en 1884-1886, le site a été fouillé de 1897 à 1978 par la Délégation archéologique française en Iran. Depuis 1993, le site est redevenu pleine propriété de l'Iran qui y effectue des travaux de protection et de conservation.

Suse est l'une des plus anciennes agglomérations connues à mériter le titre de ville. Peu après sa fondation, vers ~ 4000, elle était dominée par une haute terrasse d'environ 70 mètres de côté sur laquelle s'élevait probablement une installation cultuelle. Au pied de la terrasse s'étendait un cimetière dont les tombes ont livré des objets en cuivre et une belle céramique peinte apparentée à celle de la Mésopotamie et du plateau iranien. Une organisation de type urbain s'est développée à l'époque suivante, entre ~ 3500 et ~ 2800. Alors sont apparus des documents de comptabilité, qui précédèrent de peu l'invention de l'écriture elle-même, ainsi qu'une poterie faite au tour, des figurines et des objets en cuivre ou en albâtre et les premiers sceaux-cylindres. En même temps, des relations d'échanges ont été établies avec les populations du Zagros et du plateau iranien.

Cette civilisation proto-élamite disparut vers ~ 2800. Des rapports étroits, tour à tour pacifiques et guerriers, furent noués avec la Mésopotamie, et Suse subit dès lors l'influence de la civilisation sumérienne. La ville était prospère et ses marchands entretenaient des contacts avec des pays lointains, tels que Bahrein et la vallée de l'Indus. À partir de ~ 2350, Suse passa sous la suzeraineté des rois d'Agadé mais conserva ses institutions propres. Vers ~ 2100, elle fut annexée par les rois d'Ur qui reconstruisirent le quartier sacré ; dominant la plaine de près de 25 mètres, il formait une sorte de ziggurat surmontée par plusieurs temples, dont celui du dieu tutélaire de la cité, Inshushinak.

Un siècle plus tard, l'effondrement de l'empire d'Ur permit à des dynasties indigènes de rendre à Suse son rang de capitale d'un royaume unifié et puissant. Les rois de Simashki puis, à partir de ~ 1850, les Sukkalmahhu (« Grands Régents ») multiplièrent les fondations pieuses. La ville s'agrandit vers le nord et vers l'est ; elle abritait une population d'agriculteurs, d'artisans et de marchands dominés par une aristocratie de fonctionnaires royaux dont les vastes demeures et les archives privées, rédigées en langue akkadienne, ont été retrouvées dans les fouilles. Suse atteignit l'apogée de sa richesse pendant la seconde moitié du ~ IIe millénaire. Le ~ xiiie siècle est le siècle d'Untash-Napirisha, grand constructeur à Suse et fondateur d'une nouvelle capitale, Tchogha Zanbil, qui ne lui survécut pas. Au ~ xiie siècle, Shutruk-Nakhunte conquit et annexa la Babylonie d'où il ramena un butin considérable, dont le célèbre Code des lois de Hammurapi (Hammourabi) découvert à Suse en 1900. Ces trophées enrichirent le trésor de temples construits ou restaurés par ce roi et ses deux successeurs, qui commémorèrent leurs œuvres dans des inscriptions rédigées en langue élamite. Suse était alors la capitale de l'un des plus puissants royaumes d'Orient. Mais cet âge d'or fut de courte durée : à partir de ~ 1100, la ville connut une autre éclipse. Lorsqu'elle réapparaît dans les sources historiques au ~ viiie siècle, c'est comme capitale d'un nouveau royaume qui dispute à l'Assyrie le contrôle de la Babylonie. Un siècle de luttes aboutit à une guerre désastreuse contre Assurbanipal, qui fit raser la ville en ~ 646.

Relevée de ses ruines, Suse fut choisie en ~ 520 par Darius le Grand comme capitale de son empire. Elle fut entourée de fortifications massives. Au nord, le roi fit élever une terrasse de 13 hectares de superficie et de 15 mètres de hauteur sur laquelle il édifia son palais et sa salle d'audience ; l'ensemble était décoré de reliefs sculptés et de briques émaillées représentant de longues files d'archers, de lions, de griffons et de taureaux et des processions de tributaires comparables à celles qui ornent le palais de Persépolis. On accédait à cet ensemble par une porte monumentale flanquée de deux statues colossales du roi.

Frise des Archers

Photographie : Frise des Archers

Frise des Archers provenant du palais de Darius, à Suse. Art achéménide. Fin du VIe siècle av. J.-C. Briques émaillées. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Escalier est de l'Apadana

Photographie : Escalier est de l'Apadana

Les représentants de divers pays de l'Empire achéménide : détail de la frise ornant l'escalier est de l'Apadana, ou salle d'audience de Darius (522-486), Persépolis, Iran. Art achéménide. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Prise sans combat par Alexandre en ~ 331, puis rattachée à l'empire des Séleucides [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Frise des Archers

Frise des Archers
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Escalier est de l'Apadana

Escalier est de l'Apadana
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Centre de recherche français de Jérusalem

Classification

Autres références

«  SUSE  » est également traité dans :

ÉLAM

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 708 mots
  •  • 2 médias

Pays voisin de la Babylonie situé le long de la rive droite du golfe Persique. Bien que le « tableau des peuples » énumérés dans la Genèse ( x , 22) les range parmi les descendants de Sem, les Élamites étaient un peuple asianique qui parlait une langue encore mal connue, de type agglutinant ; leur écriture utilisait une variété de cunéiformes. Au ~ xxviii e siècle, l'Élam eut beaucoup à souffrir […] Lire la suite

GHIRSHMAN ROMAN (1895-1979)

  • Écrit par 
  • Pierre AMIET
  •  • 1 215 mots
  •  • 1 média

Grand spécialiste de l'antiquité iranienne, Roman Ghirshman connut une vie hors du commun. Ce Français d'élection était né à Kharkov (aujourd’hui Kharkiv en Ukraine) le 3 octobre 1895. Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il combattit dans l'armée blanche qui fut refoulée en Crimée. De là, il passa à Constantinople, puis dans une colonie juive de Palestine dont, seul officier, il organisa […] Lire la suite

KHOUZISTAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 513 mots
  •  • 2 médias

Province iranienne, séparée de l'Irak par le Shaṭṭ al-‘Arab (réunion du Tigre et de l'Euphrate) et riveraine du golfe Persique, le Khouzistan, appelé aussi Arabistan, s'étend sur 64 055 kilomètres carrés et sa population était estimée à 4 274 900 habitants au recensement de 2006. Arrosées par les eaux du Karūn et du Karkhè, qui vont se perdre dans les marais, les plaines du Khouzistan s'apparenten […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 072 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Essor des sociétés urbaines »  : […] Le problème ne change guère à l'époque d'Uruk avec l'apparition des premières cités en Mésopotamie et en Élam (fin du IV e  millénaire). Les sites d'Uruk et de Suse, explorés systématiquement depuis le début du xx e  siècle, ont été les premiers à avoir permis de mesurer l'importance des modifications qui affectent alors l'organisation territoriale, la société, l'économie et la création artistiq […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 135 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les premières villes »  : […] Du village à la ville, le passage ne s'est pas fait brutalement, mais on peine à en retracer les étapes. La ville n'est pas un gros village, mais un centre de relations et de décisions où se rencontrent les hommes et où s'échangent les marchandises, où se diffusent les idées. En basse Mésopotamie, l'archéologie note l'émergence des villes non seulement en remarquant l'apparition de grands bâtimen […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 608 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les textes archaïques »  : […] Les plus anciennes traces d’écriture apparaissent vers 3500 avant l’ère commune dans les cités d’ Uruk (Mésopotamie du Sud) et de Suse (ouest de l’Iran actuel). Deux thèses s’opposent concernant l’invention de l’écriture : l’une, défendue par Denise Schmandt-Besserat, met l’accent sur la continuité entre l’écriture et des systèmes de compte au moyen d’objets d’argile de formes variées, plus ancie […] Lire la suite

ORIGINES DE L'URBANISME AU PROCHE-ORIENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 7 299 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Ville et pouvoir politique »  : […] Le passage du village à la cité, c'est aussi la manifestation ultime d'une évolution des structures de la société. Le village néolithique apparaît comme le rassemblement d'édifices identiques ou d'importance voisine ; il devait certes y avoir un chef de l'ensemble de la communauté, mais nous n'en trouvons guère de traces matérielles. Au contraire, dès que l'on constate une transformation dans la s […] Lire la suite

PERSE - Arts

  • Écrit par 
  • Pierre AMIET, 
  • Ernest WILL
  •  • 11 892 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'art des Perses »  : […] Cyrus II fit de sa capitale moins une ville qu'un vaste jardin arrosé par des canaux délimitant des parterres que dominaient deux palais construits successivement. Ce n'étaient pas des résidences, mais des salles d'apparat à fenêtres hautes, destinées aux audiences royales et amplifiées par des portiques moins hauts, permettant d'accueillir en outre la masse du peuple perse répandue alentour. Ces […] Lire la suite

POTERIE

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • Henri MORISSON
  •  • 9 207 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La Perse »  : […] L'ancienne Perse est un pays au « génie pathétique » où se succédèrent de terribles conquérants comme Gengis Khān et de brillantes civilisations comme celles des Parthes et des Sassanides. De nombreuses missions archéologiques ont mis au jour un important matériau céramique, et les poteries siliceuses trouvées à Suse nous intéressent aussi bien du point de vue de la technique que de l'histoire. O […] Lire la suite

RÈGNE D'ASSOURBANIPAL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 266 mots

— 668 Début du règne d'Assourbanipal, le dernier des grands souverains assyriens. Vers — 660 Assourbanipal, grand lettré, engage le rassemblement du patrimoine littéraire et religieux de l'Antiquité orientale en faisant copier des textes anciens de l'empire, qu'il réunit dans la bibliothèque du palais de Sennachérib à Ninive. — 653 L'affaiblissement de l'empire, qui se traduit par la perte de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre de MIROSCHEDJI, « SUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suse/