Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLAM

Pays voisin de la Babylonie situé le long de la rive droite du golfe Persique. Bien que le « tableau des peuples » énumérés dans la Genèse (x, 22) les range parmi les descendants de Sem, les Élamites étaient un peuple asianique qui parlait une langue encore mal connue, de type agglutinant ; leur écriture utilisait une variété de cunéiformes.

Au ~ xxviiie siècle, l'Élam eut beaucoup à souffrir des guerres qui opposaient constamment les cités-États sumériennes les unes aux autres et des expéditions qu'elles organisaient vers l'Iran et le golfe Persique. L'on assiste à une sorte d'éclipse de la civilisation élamite qui s'assimile à celle de Sumer, ainsi qu'en témoignent les cylindres susiens à l'époque de la première dynastie d'Our. Le fait que le dieu de Suse, In-Šušinak, est désigné de l'appellation sumérienne de Nin-Šu-Šinak (« Seigneur de Suse »), qui lui restera, en est un autre témoignage. À partir de ~ 2500 on assiste à un redressement de l'Élam. Ses souverains abandonnent leur capitale de Suse pour des villes moins vulnérables comme Awan ou Hamazi d'où ils organisent, avec des fortunes diverses, des coups de main et des expéditions contre leurs anciens maîtres de Sumer.

Au ~ xxive siècle, l'Élam fait partie de l'empire d'Agadé que Sargon l'Ancien a édifié du Habour au golfe Persique. Toutefois, l'Élam était vaincu, mais non assimilé. Les deux fils de Sargon, Rimuš (~ 2278-~ 2270) et Maništušu (~ 2269-~ 2255) ainsi que le fils de ce dernier, Naram-Sin (~ 2254-~ 2218) eurent à vaincre des coalitions dont l'Élam faisait partie. Sous Naram-Sin, Suse subit une forte influence akkadienne ; elle est l'une des capitales provinciales du roi d'Akkad. Cependant, au début du règne de Šar-kali-šarri (~ 2217-~ 2193), le gouverneur d'Élam, Koutik-in-Šušinak, se révolte et envahit la Mésopotamie. Le roi d'Agadé réussit à écarter la menace, mais avec la dissolution du pouvoir central durant les invasions Gouti, l'Élam se détache de l'empire akkadien.

Après l'époque de la dynastie d'Our III (~ 2100-~ 2003), à la ruine de laquelle elle a contribué, l'Élam est devenu un État puissant sous Indattu-in-Šušinak Ier, tout en continuant à dépendre culturellement de la Mésopotamie. Indattu-in-Šušinak finit par devenir roi de Simaš et d'Élam. Son fils Tan-Rouhouratir épousa la fille de Bilalama, roi d'Ešnouna. Le royaume de Simaš disparaît au cours du règne d'Indattu II, successeur de Tan-Rouhouratir, sous les coups du roi de Larsa.

Ayant mis à profit les dissensions entre Larsa, Isin, Ourouk à la fin du ~ xixe siècle, l'Élam est à nouveau indépendant. Une nouvelle dynastie y est fondée par Ebarti. Les Élamites sont écrasés en ~ 1762 avec les autres peuples de la coalition du Tigre par Hammourabi. L'histoire de l'Élam entre dès lors dans une période obscure.

Quelque temps après la mort d'Hammourabi, les Élamites envahissent la Babylonie et mettent à sac Babylone. Ils en rapportent de nombreuses statues. Sous la dynastie kassite, au ~ xive siècle, c'est au tour de l'Élam de connaître l'invasion. Le roi de Babylone, Kurigalzu III fait campagne contre Hurbatila de Suse. Le duel entre l'Élam et la Babylonie reprend sous Enlil-nâdin-šumi (~ 1227-~ 1225), Kadašman-harbe II et Adad-šoum-iddina (~ 1224- ~ 1219). Au cours de cette réaction élamite, Kindin-Hutrutaš réussit à s'emparer des villes de Der et de Nippour.

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone - crédits : Art Media/ Heritage-Images

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

La période glorieuse de l'histoire élamite est celle du roi Šoutrouk-Nahhounte (~ 1200-~ 1160) qui s'empare de Babylone d'où il ramène à Suse la stèle de Naram-Sin et le Code d'Hammourabi.

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone

Au ~ viie siècle, l'Élam se trouve impliqué dans deux révoltes contre Assourbanipal. La première,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone - crédits : Art Media/ Heritage-Images

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone

Autres références

  • AKKAD

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 2 890 mots
    • 3 médias
    ...peuples belliqueux du Soubartou (la Mésopotamie septentrionale dominée par des princes hourrites), du mont Zagros et d'une partie du plateau iranien. La dynastie élamite, qui contrôlait le grand marché de Suse, se reconnaît vassale de l'Akkadien. Vers le nord-ouest, Sargon prend les villes de la boucle...
  • ASSOURBANIPAL, roi d'Assyrie (668-627 av. J.-C.)

    • Écrit par Valentin NIKIPROWETZKY
    • 864 mots
    • 3 médias

    Dernier grand roi d'Assyrie. Pour tenter de résoudre le problème que posait Babylone à l'empire, Assarhaddon, après avoir rebâti la métropole détruite par son prédécesseur Sennachérib, crut habile de faire de son fils Assourbanipal le roi d'Assyrie et le chef de l'empire, tandis qu'il...

  • ASSYRIE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 9 694 mots
    • 6 médias
    ...s'installer dans la région du Tigre supérieur (env. 1165), lance (env. 1157) le raid qui déclenche la chute de la dynastie kassite de Babylone (env. 1150) ; l' Élam, qui a porté le coup fatal à cette dernière, attaque ensuite l'Assyrie et lui enlève le pays du Petit Zab. Ce désastre est lié à la crise de succession...
  • BABYLONE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 7 328 mots
    • 14 médias
    ...dynastie de ce peuple dure cinq cent soixante-seize ans (chiffre conventionnel), de sa fondation (1735 env.), en un lieu encore inconnu, à sa ruine par l' Élam (1150 env.), mais l'histoire de ses rois nous échappe presque complètement jusqu'au xive siècle. Agoum II ramène en 1571 dans leurs...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi