NANKIN, chin. NANJING [NAN-KING]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Guerre sino-japonaise, 1937-1945

Guerre sino-japonaise, 1937-1945
Crédits : National Archives

vidéo


Capitale de la province chinoise du Jiangsu, Nankin est située sur la rive droite du Yangzi, à 250 kilomètres de son embouchure. Le site est protégé par le fleuve (au nord et à l'ouest) et par la montagne Pourpre (à l'est), qu'on a comparés à « un dragon lové et un tigre tapi ». Le royaume de Chu, qui conquiert la région à la fin du ~ ive siècle, y établit la ville de Jinling, ce qui restera par la suite le nom littéraire de Nankin. Siège de commanderie sous les Qin et les Han, Nankin et son hinterland ne connaissent de développement décisif qu'à partir du iiie siècle de notre ère. Le royaume de Wu y établit sa capitale en 229. L'ancienne Jinling, sise dans les collines, est remplacée par une ville murée de 10 kilomètres de périmètre, correspondant au nord de l'agglomération moderne. Nankin reste capitale impériale sous les Jin (qui lui donnent son nom de Jiankang), les Song, les Qi, les Liang et les Chen. Centre économique majeur (forges et fonderies, tissages, céramiques, échanges avec l'outre-mer), c'est surtout la métropole culturelle de la Chine « chinoise » du Sud (par opposition au Nord dominé par des dynasties barbares). Les artistes les plus éminents de la période y résident, tels le poète Xie Lingyun, le calligraphe Wang Xizhi, le peintre Gu Kaizhi. Le premier temple bouddhique est fondé en 247, mais le bouddhisme triomphe surtout sous l'empereur Wu des Liang (règne : 502-549) avec notamment la construction de nombreux édifices dans et autour de la ville, le creusement de la falaise des Mille Bouddhas qu'on visite encore près du temple Qixiasi. La cité serait alors peuplée de 280 000 familles (un chiffre probablement exagéré).

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Redevenue simple préfecture sous le nom de Jiangning après l'unification de l'empire par les Sui, la ville souffre de la construction du Grand Canal, qui déplace le centre économique et culturel de la région à Yangzhou. Mais elle connaît un nouvel essor pendant la courte période de fragmentation impériale à la fin des Tang. L'État de Wu (902-937) puis les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NANKIN, chin. NANJING [ NAN-KING ]  » est également traité dans :

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le delta du Yangzi »  : […] À partir de Jiujiang, où le Yangzi reçoit l'eau du lac Poyang et jusqu'à proximité de Nankin, la plaine se réduit à la vallée entre les montagnes de Wannan au sud et les monts Huaiyang ou les basses collines, à moins de 200 mètres, qui les prolongent. Cette vallée est tantôt épanouie et partiellement lacustre, surtout sur la rive gauche, tantôt resserrée en défilés. Un certain nombre de ports fluv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_21996

HONGWU [HONG-WOU] ou ZHU YUANZHANG (1328-1398) empereur de Chine (1368-1398)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 064 mots

Fondateur de la dynastie des Ming, Zhu Yuanzhang se proclame empereur avec pour nom de règne Hongwu (nom posthume : Taizu). Il est le seul rebelle d'origine paysanne avec Liu Bang, fondateur des Han, à avoir établi une dynastie durable. Il perd la plupart des membres de sa famille, des tenanciers misérables émigrés au Anhui, lors de la famine et des épidémies de 1344 et devient moine mendiant. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongwu-zhu/#i_21996

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « La deuxième guerre sino-japonaise »  : […] Un mois après, le 7 juillet 1937, l'armée déclenchait la guerre, près de Pékin ; au mois d'août, les opérations militaires étaient engagées à Shanghai . Avant la fin de l'année, les forces japonaises occupaient Nankin et, dans le courant de 1938, Xuzhou, le groupe Wuhan et Canton. Après avoir hésité, Konoe, sans déclarer la guerre à la Chine, prit la décision de soutenir l'action militaire. En mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_21996

JIANGSU [KIANG-SOU]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 565 mots
  •  • 1 média

Province de la Chine orientale, le Jiangsu couvre 100 000 kilomètres carrés et comptait 75,5 millions d'habitants en 2006 : c'est une des régions les plus peuplées de la terre. Le Jiangsu (« pays de l'eau », « confluence des fleuves ») est une vaste région amphibie constituée au nord par les plaines du Huaihe et au sud par le delta du Yangzi. Outre un réseau d'innombrables rivières, le Jiangsu com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jiangsu-kiang-sou/#i_21996

JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 834 mots

La dynastie chinoise des Jin comprend deux phases distinctes : les Jin occidentaux ou Xi Jin (265-316) et les Jin orientaux ou Dong Jin (317-419). En 265, Sima Yan (234 ou 236-290), prince de la famille Sima, dépose le dernier empereur Cao et fonde la dynastie des Jin occidentaux. Ce monarque dynamique et aux innombrables concubines est connu sous le nom dynastique de Wudi. Sa cour instaure l'un d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jin-chin-dynastie-chinoise/#i_21996

MING LES, dynastie chinoise (1368-1644)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 951 mots
  •  • 2 médias

Après avoir chassé de Chine le régime mongol, les Ming seront eux-mêmes supplantés par un pouvoir d'origine non chinoise, la dynastie mandchoue des Qing. Le destin de cette dernière dynastie « nationale » présente maints aspects du classique « cycle dynastique » : née des rébellions suscitées par un régime oppressif et corrompu, fondée par un chef de guerre pouvant se targuer d'avoir recueilli le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ming-dynastie-chinoise/#i_21996

PÉKIN ou BEIJING

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Marie-Annick LANCELOT
  • , Universalis
  •  • 5 898 mots
  •  • 7 médias

Pékin, Beijing, (« capitale du Nord ») est, depuis 1949, la capitale de la république populaire de Chine ; municipalité placée sous l’administration directe du gouvernement central, elle compte en 2008 environ 14 millions d'habitants. Métropole politique et culturelle à l’origine, la ville a connu une première évolution après 1949 en se transformant en un centre économique important, caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pekin-beijing/#i_21996

XI'AN INCIDENT DE (1936)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 914 mots

Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment national. Jeune puissance économique et militaire qui a déjà soumis la Chine impériale (1895) et la R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incident-de-xi-an/#i_21996

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « NANKIN, chin. NANJING [NAN-KING] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nankin-nanjing/