ALMODÓVAR PEDRO (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Movida madrilène

Dans le Madrid du renouveau de la fin des années 1970, le jeune metteur en scène multiplie les activités : il écrit des scénarios de bandes dessinées et de romans-photos, des textes d'humeur et des nouvelles pour de nombreux magazines, et entre dans la troupe de théâtre Los Goliardos où il rencontre Carmen Maura. Leur fructueux échange, interrompu après Femmes au bord de la crise de nerfs mais superbement retrouvé dans Volver (2006), marque le passage à un premier long-métrage de cinéma, Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980).

Un projet de roman-photo punk, sale et drôle, est à l'origine de cette comédie corrosive comme le suggèrent l'emploi de cartons rythmant les différents épisodes du scénario ainsi que la crudité du langage et des situations qu'on ne retrouvera à l'avenir que sous une forme atténuée. Ce qui pourrait n'être que provocation gratuite répond ici, plus profondément, à un désir d'ouvrir le cinéma aux libertés nouvelles de la société espagnole, le film répertoriant de manière exhaustive les interdits levés après la mort de Franco en 1975 : usage de drogue, adultère, « perversions » sexuelles, et toute conduite susceptible d'ébranler l'institution du mariage et de la famille. Si Almodóvar a toujours refusé d'assujettir son inspiration à un message politique, déclarant que la meilleure façon de prendre une revanche sur l'époque franquiste était pour lui d'en nier jusqu'à l'existence, Pepi, Luci, Bom... n'en est pas moins le reflet direct de changements idéologiques et trouve son principal intérêt dans cette restitution d'une réalité en pleine effervescence, représentative du renouveau artistique madrilène baptisé Movida.

Admirateur fervent du Free Cinema anglais des années 1950 (qui prônait l'impétuosité dans la description du quotidien) et de la culture pop américaine des années 1960, Almodóvar fait exprimer par ses trois héroïnes un rêve d'Andy Warhol – tourner un film inspiré de leur vie, où elles joueraient leur propre rôle – qu'il concrétisera lui-même avec son deuxième long-métrage, Le Labyrinthe des passions (1982), au caractère documentaire encore plus affirmé. On y voit le cinéaste diriger les prises de vues d'un roman-photo et chanter sur scène – vêtu d'une courte veste de cuir, de bas résille et de chaussures à semelles compensées –, au côté de Fanny McNamara, acteur avec lequel il enregistra à cette époque plusieurs disques. Images emblématiques de l'aventure joyeuse, débridée et dédiée à la création sous toutes ses formes que fut la Movida, dont les figures les plus marquantes participèrent au film, notamment le peintre et graphiste Pérez Villalta et la photographe et peintre Ouka Lele. Mais c'est un regard empreint d'ironie que Pedro Almodóvar porte sur ce mouvement jeune et insolent qui, récupéré par les médias, a déjà perdu un peu de sa spontanéité et de son innocence. L'ensemble du Labyrinthe des passions est d'ailleurs placé sous le signe de la parodie, qu'elle vise les héros de la presse populaire, les drames hollywoodiens nourris de psychanalyse ou le style léger et trépidant des comédies de Richard Lester.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Julieta, P. Almodóvar

Julieta, P. Almodóvar
Crédits : Canal+/Cine+/El Deseo/ Photoshot/ Aurimages

photographie

Douleur et Gloire, P. Almodóvar

Douleur et Gloire, P. Almodóvar
Crédits : Manolo Pavon/ El Deseo/ BBQ_DFY/ Aurimages

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALMODÓVAR PEDRO (1949- )  » est également traité dans :

DOULEUR ET GLOIRE (P. Almodóvar)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 992 mots
  •  • 1 média

L’affiche de Huit et demi de Federico Fellini orne un mur du bureau de Mercedes, celle qui est à la fois l’agente, l’amie et la protectrice de Salvador, le cinéaste protagoniste de Douleur et Gloire. Comme le Guido de Fellini, Salvador est un cinéaste en panne. En panne d’inspiration, d’élan vital, en panne de sentimen […] Lire la suite

JULIETA (P. Almodóvar)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 044 mots
  •  • 1 média

Dans l’histoire du cinéma, il existe peu de parcours que l’on puisse comparer à celui de Pedro Almodóvar. En effet, soit les cinéastes liés à un mouvement d’idées ou de mode sombrent dans l’oubli, soit ils se figent en représentants d’une époque donnée. Lié au mouvement de la Movida au point d’être pratiquement identifié à lui, Almodóvar a réussi à l […] Lire la suite

PARLE AVEC ELLE (P. Almodóvar)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 984 mots

Le rideau se baissait à la dernière image de Tout sur ma mère (1999). Le rideau se lève à la première de Parle avec elle. D'un film à l'autre, Pedro Almodóvar suit sa ligne, limpide et intrigante comme les lignes de la main, faites de chair et de sang. Dans Tout sur ma mère, la ligne de la v […] Lire la suite

TALONS AIGUILLES, film de Pedro Almodóvar

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 878 mots

Pedro Almodóvar commença par refléter le désir de changement de l'Espagne franquiste, avec une série de dix courts-métrages dont le premier avait pour titre, en 1974, Film político. Mais le décès du caudillo, l'année suivante, allait précipiter les choses, et la Movida, le renouveau artistiq […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma espagnol »  : […] Pedro Almodóvar, né en 1949, est l'auteur phare du cinéma espagnol, affirmation que nul ne songerait à contester aujourd'hui, mais qui ne manque pas d'ironie rétrospective quand on songe aux débuts de l'auteur-acteur-chanteur au temps de la movida madrilène. Jusqu'à Femmes au bord de la crise de nerfs (1988), son septième film qui marque le début de son époque « classique », Almodóvar était un […] Lire la suite

CORRIDA

  • Écrit par 
  • Barnaby CONRAD
  •  • 10 685 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les modernes »  : […] Le combat de taureau traditionnel, cette « danse avec la mort » jugée « indéfendable mais irrésistible », a longtemps attiré l'attention et captivé l'imagination des peintres, romanciers, poètes, photographes, sculpteurs et cinéastes. Goya fut le premier peintre de renom à représenter tous les aspects de ce spectacle dans ses œuvres d'art. Torero amateur, il réalisa une série d'esquisses intitulé […] Lire la suite

CRUZ PENÉLOPE (1974- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 514 mots

Née le 28 avril 1974 à Madrid, Penélope Cruz Sánchez grandit en dehors de la capitale. Apprenant le ballet pendant neuf ans au Conservatoire national espagnol, la jeune fille suit également une formation intensive en danse classique et en modern jazz avant d'aller étudier l'art dramatique à New York. À l'âge de quinze ans, elle remporte un concours de beauté organisé par une agence de mannequins e […] Lire la suite

ESPAGNOL CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 315 mots

On peut faire remonter à 1896 les premières manifestations cinématographiques en Espagne. Le 15 mai, un représentant des frères Lumière organise la première projection à Madrid et, à la fin de l'année, un Espagnol filme La Sortie de la messe de midi à l'église du Pilar de Saragosse . L'année suivante, Fructuoso Gelabert construit la première caméra espagnole et met en scène le premier film de fict […] Lire la suite

GRÂCE À DIEU (F. Ozon)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La parole aux victimes »  : […] Du sujet de la pédophilie dans l’institution religieuse, Pedro Almodóvar fit un mélodrame lyrique d’inspiration autobiographique, La Mauvaise É ducation (2003), tandis que Tom McCarthy en tirait un thriller, Spotlight (2016), fondé sur enquête. François Ozon, avec rigueur et sobriété, constitue un dossier. Restituant des faits objectifs, mais épousant le point de vue des victimes, il opte pour u […] Lire la suite

VARGAS CHAVELA (1919-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 510 mots
  •  • 1 média

Chavela Vargas fut l'une des grandes figures de la ranchera , musique traditionnelle de l'ouest du Mexique, généralement interprétée par les hommes. Pendant plus d'un demi-siècle, sa voix rugueuse et chaude à la fois a servi ses interprétations théâtrales, passionnées et pleines d'humanité, des standards du répertoire mexicain. Vêtue sur scène d'un pantalon et d'un poncho rouge, tenue qu'il lui a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « ALMODÓVAR PEDRO (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-almodovar/