TILLICH PAUL (1886-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et théologien d'origine allemande, Tillich dut s'exiler aux États-Unis, où il enseigna durant la dernière partie de sa vie. Sa pensée se caractérise par la prise au sérieux de la religion et des symboles qui constituent le langage de l'être. Contrairement à Karl Barth, Tillich a toujours essayé de concilier la foi et la culture, la civilisation et la religion. Pour lui, en effet, la tâche du théologien consiste à interpréter la culture afin d'entrer en dialogue avec tous ceux qui se posent, de quelque façon que ce soit, la question de la réalité ultime.

Un homme des frontières

Dans une de ses Réflexions autobiographiques, Paul Tillich, né dans un petit village du Brandebourg, Starzeddel, et mort à Chicago, se définit comme un homme des frontières. Son père était un pasteur luthérien plutôt orthodoxe et conservateur, tandis que sa mère avait le tempérament de sa Rhénanie natale. Tillich entreprit parallèlement des études de théologie et de philosophie qui le détachèrent peu à peu du confessionnalisme de son enfance. Il garda néanmoins le sens du culte et de la communauté. En 1914, devenu aumônier militaire, il se mit à lire la Bible, mais aussi Marx et Nietzsche, découvrant que le langage ecclésiastique avait perdu toute signification pour les hommes auxquels il s'adressait. Au retour de la guerre, il milita pour un « socialisme religieux ». En 1924 et 1925, il enseigna la théologie à Marbourg, où il rencontra Heidegger, puis la philosophie, successivement à Dresde et à Francfort, où il succéda à Scheler.

Dès l'arrivée au pouvoir de Hitler, il fut révoqué pour avoir demandé l'exclusion de l'Université des étudiants nazis qui avaient molesté des condisciples juifs et socialistes. Contraint de s' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TILLICH PAUL (1886-1965)  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Acception anthropologico-existentielle »  : […] Mais nombre d'auteurs, historiens, philosophes ou théologiens ont d'abord dénoncé ici une réduction politique. À ne s'en tenir qu'à eux, des penseurs d'obédience juive (W. Benjamin, G. Scholem et F. Rosenzweig) défendent tous l'originalité d'« une conception proprement théologique du messianisme ». Elle s'exprime clairement dans les concepts de « R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_47473

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-problemes-contemporains/#i_47473

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « TILLICH PAUL - (1886-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/