TILLICH PAUL (1886-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Théologie systématique »

La réflexion concernant le Christ commence par une analyse de la situation de l'homme, que Tillich, à la suite de Marx, décrit comme une situation d'aliénation et d'autodestruction. L'homme tel qu'il existe ne réalise jamais son essence propre, il est aliéné à son être véritable. Néanmoins, l'homme aliéné n'est pas séparé de l'être véritable. Il continue à appartenir à Dieu, dont il est séparé. Il n'est pas à même de se détacher définitivement de lui, pas plus qu'il n'est capable de s'unir définitivement à lui. Il reste uni, malgré son aliénation, à Dieu, aux autres hommes et à lui-même. Ces relations, il peut les haïr, les aimer ou y rester indifférent, mais il ne peut, en aucune façon, y échapper. Le tenter, c'est aller à l'échec et à la destruction de soi-même.

La question du dépassement de cette aliénation, c'est celle de l'« être nouveau », lequel est apparu en Jésus-Christ. Ce dernier est soumis aux mêmes conditions d'existence que tout homme. La puissance qui réalise en lui l'être nouveau n'est pas sa propre puissance. Tout comme n'importe quel homme, Jésus ne dispose d'aucune force ou puissance qui soit à même de le sauver. C'est l'esprit de Dieu qui réalise l'être nouveau dans la condition humaine générale et commune, en Jésus tout comme en nous.

Le concept d'esprit est mis en corrélation avec le concept de vie, dont l'analyse philosophique récuse conjointement une idée qui conçoit la vie comme essentiellement paradisiaque et une idée qui la conçoit comme essentiellement pêcheresse et aliénée. Ce qui vit n'est ni essentiellement bon, ni essentiellement mauvais. Vivre, c'est vivre un mélange des deux ; c'est vivre dans l'ambiguïté. La réponse biblique à cette ambiguïté est celle qui parle de l'« esprit divin ». L'action de l'esprit divin délie l'enchaînement inéluctable entre le Bien et le Mal et restitue ainsi à la vie son unité et son sens. Elle permet à l'homme de vivre dans la foi et l'amour.

Transposée du domai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  TILLICH PAUL (1886-1965)  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Acception anthropologico-existentielle »  : […] Mais nombre d'auteurs, historiens, philosophes ou théologiens ont d'abord dénoncé ici une réduction politique. À ne s'en tenir qu'à eux, des penseurs d'obédience juive (W. Benjamin, G. Scholem et F. Rosenzweig) défendent tous l'originalité d'« une conception proprement théologique du messianisme ». Elle s'exprime clairement dans les concepts de « Règne » ou de « Royaume de Dieu », qui lui sont ess […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et même politiques dans certains cas. La plupart des f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « TILLICH PAUL - (1886-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/