Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROTESTANTISME Problèmes contemporains

L'effort missionnaire accompli par le protestantisme depuis le xixe siècle lui a donné une extension mondiale. Si l'Asie et plus encore le monde arabe n'ont été que peu touchés, les missions d'Afrique noire et d'Océanie ont obtenu de brillants succès. En Amérique latine, les progrès du pentecôtisme ont été importants au cours des dernières décennies. Le nombre des protestants peut être évalué à plus de quatre cents millions en comptant dans ce chiffre des personnes dont le degré de rattachement au protestantisme est divers, allant de protestants très militants à des protestants d'éducation qui se réclament toujours, d'une certaine manière, de leur origine protestante.

Les Églises protestantes créées au xvie siècle sont peu en butte à des manifestations d'hostilité. Mais elles doivent faire face, et jusque dans les pays de vieille chrétienté, à un indifférentisme aimable qui montre le risque d'un déclin de leur rôle social. Les nouvelles Églises protestantes, évangéliques et pentecôtistes, plus conquérantes, suscitent des oppositions, sont parfois même accusées d'être des sectes, au sens péjoratif du terme. À l'époque de la sécularisation et de l'œcuménisme, le protestantisme cherche un souffle nouveau ; le trouvera-t-il dans la persistance de ses grandes traditions confessionnelles, dans l'extension du courant évangélique (qui défend l'inspiration plénière de la Bible) ou – au contraire – dans un renouveau de théologies soucieuses d'engagements socio-éthiques ?

Les traditions confessionnelles face au dialogue œcuménique

Datant parfois du xvie siècle, les traditions confessionnelles se sont organisées depuis plusieurs décennies à un niveau international. L'Alliance baptiste mondiale, par exemple, fut fondée dès 1905. Ces diverses traditions se trouvent maintenant confrontées au problème de leur participation au dialogue œcuménique. Bien qu'elles lui soient pour la plupart favorables, elles ont adopté, selon les cas, deux attitudes différentes : d'une part, celle de l'Alliance réformée mondiale, d'autre part, celle de la Fédération luthérienne mondiale.

L'Alliance réformée mondiale (A.R.M.), créée en 1877, a réduit au minimum son appareil administratif et renoncé à un certain nombre d'activités propres, se bornant à privilégier le département de théologie, qui veille au maintien et à l'actualisation de certains principes « typiquement réformés » considérés, par ailleurs, comme étant utiles pour l'œcuménisme. La Fédération luthérienne mondiale (F.L.M.), créée en 1947, développe, en revanche, ses activités propres tout en les coordonnant avec celles du Conseil œcuménique des Églises (C.O.E.). Elle a surmonté ses tensions antérieures, notamment à l'occasion de son assemblée de Dar es-Salaam, en 1977, qui a été à ce titre un événement important. La F.L.M. possède son propre service pour le développement et apporte son aide aux luthériens qui se trouvent dans des situations difficiles (en Namibie et en U.R.S.S., par exemple). Grâce, en particulier, à son Centre de recherche œcuménique, établi à Strasbourg, elle est en dialogue avec d'autres confessions protestantes, mais aussi avec les Églises orthodoxes et avec l'Église catholique. En août 1999, elle a signé avec cette dernière un texte commun sur la « justification par la foi », une doctrine centrale du protestantisme. Ce texte, qui suscite certaines réserves dans des Églises réformées, indique qu'il existe un accord fondamental tout en relevant des différences d'interprétation. Malgré quelques tensions, ses activités propres semblent, en réalité, s'harmoniser sans trop de difficulté avec celles du C.O.E. et montrent ainsi qu'il est possible de faire fructifier les valeurs spécifiques d'un héritage confessionnel tout en manifestant une [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études émérite du groupe Sociétés, religions, laïcités au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Supershow évangélique - crédits : Alex Wong/ Getty Images/ AFP

Supershow évangélique

Femme pasteur de l’Église méthodiste de Sacramento (Californie, États-Unis) - crédits : Chris Allan/ Shutterstock.com

Femme pasteur de l’Église méthodiste de Sacramento (Californie, États-Unis)

Autres références

  • ADVENTISME

    • Écrit par Jean SÉGUY
    • 1 093 mots

    Le terme « adventisme » vient du latin adventus, venue. Il désigne une doctrine centrée sur l'attente du retour du Christ à la fin des temps. En lui-même, le vocable adventisme pourrait s'appliquer à tous les mouvements du genre eschatologique de l'histoire du christianisme....

  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

    • Écrit par Alfred GROSSER, Henri MÉNUDIER
    • 16 391 mots
    • 10 médias
    ...structures après la guerre. En août 1945, à la conférence de Treysa, un changement de nom fut décidé, qui avait une signification profonde. Désormais, il n'y avait plus une Église évangélique allemande incarnant un type de protestantisme spécifiquement allemand, mais une Église évangélique en Allemagne,...
  • ALSACE

    • Écrit par Universalis, Françoise LÉVY-COBLENTZ, Raymond WOESSNER
    • 6 614 mots
    • 2 médias
    ...dix-huit mille d'entre eux, et le rétablissement de l'ordre ancien. Calme très relatif, car la Réforme entraîne de profonds bouleversements politiques. Voici Strasbourg devenue une sorte de capitale du protestantisme et portée, de ce fait, à se rallier à la ligue protestante conclue à Smalkalde (1532),...
  • AMBOISE CONJURATION D' (1560)

    • Écrit par Jean MEYER
    • 530 mots

    Les protestants français ont accueilli avec soulagement la mort d'Henri II en 1559. Mais les Guise conservent la suprématie politique, et la situation ne s'améliore pas, comme le prouvent l'exécution du conseiller Anne Du Bourg en 1559 et, la même année, la déclaration de Villers-Cotterêts. Or...

  • Afficher les 103 références

Voir aussi