TILLICH PAUL (1886-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principaux thèmes théologiques

La pensée de Tillich est une théologie en dialogue non seulement parce que, chez lui, le théologien et le philosophe se rencontrent, mais parce qu'il regarde le dialogue avec les hommes de ce temps comme la tâche du théologien. Aussi n'hésite-t-il pas à quitter la chaire du professeur pour monter dans celle du prédicateur. Contrairement à Karl Barth, partisan d'une théologie kérygmatique, qui répète ce qui est écrit dans l'Écriture sainte et défini dans la tradition de l'Église, Tillich développe une théologie apologétique. Il craint, en effet, que le langage employé ne soit plus compris et que la prédication la plus correcte n'apparaisse à l'auditeur que comme une simple performance verbale. Sa pensée ne part donc pas de la Bible et de la tradition, mais essaie de cheminer vers elles en partant de l'homme actuel et de ses questions.

Avant de prêcher aux hommes, il commence par les écouter. En bon philosophe, il analyse leur situation, leur être-au-monde et la compréhension qu'ils ont d'eux-mêmes. Au bout de cet effort (en effet, Dieu parle à quelqu'un), il redit le message, le kérygme, d'une manière et dans un langage qui éclairent la situation de l'homme. Cette méthode dite de la « corrélation » chemine sans cesse de la philosophie à la théologie, de l'homme et de sa question à Dieu, à Sa réponse. L'un ne va jamais sans l'autre. Néanmoins, l'un ne dépend pas de l'autre. La réponse n'est pas incluse dans la question et les questions ne sont jamais déduites de la réponse. Philosophie et théologie sont deux domaines indépendants. La première n'est pas une théologie cachée et la seconde n'est pas une philosophia sacra. Cette correspondance profonde vient de ce que l'homme n'est jamais sans Dieu et de ce que Dieu n'est jamais sans l'homme.

Ainsi le doute de l'homme manifeste l'impossibilité qu'il y a à identifier ce qui est humain et fini avec l'absolu et l'inconditionné. Le doute qui tient en suspicion les affirmati [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TILLICH PAUL (1886-1965)  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Acception anthropologico-existentielle »  : […] Mais nombre d'auteurs, historiens, philosophes ou théologiens ont d'abord dénoncé ici une réduction politique. À ne s'en tenir qu'à eux, des penseurs d'obédience juive (W. Benjamin, G. Scholem et F. Rosenzweig) défendent tous l'originalité d'« une conception proprement théologique du messianisme ». Elle s'exprime clairement dans les concepts de « R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_47473

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-problemes-contemporains/#i_47473

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « TILLICH PAUL - (1886-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/