BARTH KARL (1886-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Karl Barth, dogmaticien protestant suisse, né et mort à Bâle, inaugure en 1919 la théologie contemporaine en redécouvrant la transcendance du Dieu tout autre par rapport à la culture, à la morale, à l'histoire et au sentiment. De 1932 à 1964, il écrit une monumentale dogmatique, ecclésiale, christologique et trinitaire. Il exerce à partir de 1933 un ministère prophétique face aux événements politiques, sociaux et internationaux. Sa culture, sa combativité, son humour font de ce dogmaticien l'une des personnalités les plus influentes du xxe siècle.

L'œuvre de Barth se développe comme un fleuve à partir d'un goulet d'étranglement. L'homme ne peut rien dire sur Dieu qui ne soit la projection de ses craintes ou de ses aspirations purement humaines, à moins que Dieu lui-même ne se révèle dans une Parole vivante : Jésus-Christ (attestée par la parole écrite de ses témoins, prophètes et apôtres, la Bible), telle que notre propre parole en devienne l'écho, attentif et libéré, cru et résolu. Si Dieu le créateur a ainsi parlé dans l'action de la réconciliation, désormais l'homme n'est jamais sans Dieu, puisque Dieu se manifeste comme n'étant jamais sans l'homme. La Parole de Dieu précède, car sans elle rien d'humain ne saurait s'élever jusqu'à Dieu. Mais tout l'humain, et le cosmos en son entier, correspond à cette Parole, qui est son approbation créatrice, son partenaire dans l'alliance éternelle et sa destination dernière. La théologie est ainsi une tâche à la fois solitaire et universelle. Elle est solitaire, car la théologie doit joyeusement consentir à n'être qu'une assurance de la foi en la Parole de Dieu. Elle est universelle, car la théologie peut affirmer, à cause du oui de Dieu au monde, ce à quoi la culture humaine ne peut jamais qu'aspirer de manière indéfiniment ambiguë.

Parlant de la musique de Mozart, qui fut la tonalité accompagnatrice de son œuvre entière, Karl Barth écrit : « Le centre de Mozart n'est pas l'équilibre, la neutralité et, pour fi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARTH KARL (1886-1968)  » est également traité dans :

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le baptême des enfants »  : […] L'une des difficultés majeures auxquelles se heurte la théologie contemporaine, du « premier sacrement de la foi » vient de la distorsion qui existe entre sa théorie générale, élaborée, comme dans le Nouveau Testament et chez les Pères, en fonction des adultes qui se convertissent à Jésus-Christ et adhèrent librement à lui par la foi, et la pratiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bapteme/#i_4079

BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est créée qui entend regrouper les « chrétiens allemands » partisans du n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-de-foi-de-barmen/#i_4079

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée calviniste »  : […] La théologie du xix e  siècle, celle d'un Alexandre Vinet, d'un Charles Secrétan, n'était pas calviniste. Elle était surtout dominée par les problèmes de la liberté. Il faut arriver au début du xx e  siècle pour voir un renouveau dans la pensée calviniste. En France, ce renouveau est dû aux ouvrages d'Auguste Lecerf, dont l'influence a été considér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_4079

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Même si l'on conteste l'interprétation que propose Heidegger du destin de la métaphysique occidentale, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la théologie traditionnelle, considérée comme théologie métaphysicienne, à la lumière de ce qu'il dit sur l'essence cachée de la métaphysique comme onto-théo-logie. La métaphysique grecque n'est pas devenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_4079

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Orient et Occident »  : […] En Orient, Origène a fait de l'«  apocatastase » la certitude du salut universel : tous, même les démons, seront restaurés dans leur plénitude originelle après s'être purifiés dans les « éons » infernaux et avoir compris que seul Dieu, et non le mal, peut rassasier leur soif d'infini. Condamné comme doctrine par le concile de Constantinople en 54 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfers-et-paradis/#i_4079

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « Marx critique de Feuerbach »  : […] Feuerbach, contrairement aux philosophes des Lumières ne mène pas une critique antireligieuse sommaire. La religion est constitutive de l'humanité, elle lui offre comme l'image inversée de ce qu'elle rêve d'être et, en ce sens, elle est une étape nécessaire de son évolution. Nourri de lectures de saint Augustin et Luther, Feuerbach témoigne d'une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/#i_4079

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Feuerbach et Marx »  : […] Dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), Karl Marx procède à une critique de l'humanisme feuerbachien qui sera déterminante pour l'évolution ultérieure de sa pensée. Il s'en prend d'abord au caractère statique de la dialectique feuerbachienne. À quoi bon proclamer la primauté de l'être sur le penser si l'on s'en tient à la seule perception sensible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/#i_4079

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « La théologie contemporaine »  : […] En fait, la prédestination est redevenue un thème majeur sous trois influences : la redécouverte, de Kierkegaard à Nietzsche, du fait que la foi, si elle doit être foi, ne saurait se confondre avec la bonne volonté, ce nom moderne de la vertu ; la réflexion sur l'histoire du peuple de Dieu ; la compréhension de Dieu comme personne élective, libre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_4079

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-problemes-contemporains/#i_4079

Voir aussi

Pour citer l’article

André DUMAS, « BARTH KARL - (1886-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/