Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BARTH KARL (1886-1968)

Karl Barth, dogmaticien protestant suisse, né et mort à Bâle, inaugure en 1919 la théologie contemporaine en redécouvrant la transcendance du Dieu tout autre par rapport à la culture, à la morale, à l'histoire et au sentiment. De 1932 à 1964, il écrit une monumentale dogmatique, ecclésiale, christologique et trinitaire. Il exerce à partir de 1933 un ministère prophétique face aux événements politiques, sociaux et internationaux. Sa culture, sa combativité, son humour font de ce dogmaticien l'une des personnalités les plus influentes du xxe siècle.

L'œuvre de Barth se développe comme un fleuve à partir d'un goulet d'étranglement. L'homme ne peut rien dire sur Dieu qui ne soit la projection de ses craintes ou de ses aspirations purement humaines, à moins que Dieu lui-même ne se révèle dans une Parole vivante : Jésus-Christ (attestée par la parole écrite de ses témoins, prophètes et apôtres, la Bible), telle que notre propre parole en devienne l'écho, attentif et libéré, cru et résolu. Si Dieu le créateur a ainsi parlé dans l'action de la réconciliation, désormais l'homme n'est jamais sans Dieu, puisque Dieu se manifeste comme n'étant jamais sans l'homme. La Parole de Dieu précède, car sans elle rien d'humain ne saurait s'élever jusqu'à Dieu. Mais tout l'humain, et le cosmos en son entier, correspond à cette Parole, qui est son approbation créatrice, son partenaire dans l'alliance éternelle et sa destination dernière. La théologie est ainsi une tâche à la fois solitaire et universelle. Elle est solitaire, car la théologie doit joyeusement consentir à n'être qu'une assurance de la foi en la Parole de Dieu. Elle est universelle, car la théologie peut affirmer, à cause du oui de Dieu au monde, ce à quoi la culture humaine ne peut jamais qu'aspirer de manière indéfiniment ambiguë.

Parlant de la musique de Mozart, qui fut la tonalité accompagnatrice de son œuvre entière, Karl Barth écrit : « Le centre de Mozart n'est pas l'équilibre, la neutralité et, pour finir, l'indifférence, mais plutôt une magnifique rupture d'équilibre, un tournant décisif : la clarté monte et, sans disparaître, l'ombre décroît ; la joie dépasse la douleur sans l'anéantir, le « oui » retentit plus fort que le « non », qui pourtant n'a jamais cessé de subsister... Sa musique est celle de la vie telle qu'elle est dans sa dualité. Mais, comme la toile de fond reste la Création sortie bonne des mains de Dieu, cette musique s'oriente toujours de l'ombre vers la lumière et jamais inversement. C'est là sans doute ce que l'on entend en parlant de son « charme » triomphant. Il n'y a chez lui ni platitudes ni abîmes. » Tels sont aussi le caractère, le style et le sens de l'œuvre de Barth.

La crise et la méthode dialectique

Étudiant à Berne, Berlin, Tübingen et Marburg, Karl Barth subit l'influence de la théologie régnante : le libéralisme, avec la loyauté de sa critique historique, son culte des grandes personnalités religieuses et sa réduction de la foi dogmatique à une conduite morale. Il participe aussi au mouvement du christianisme social à la fois messianiste et socialiste. En 1911, il devient pasteur d'un petit village suisse, Safenwil. Durant la Première Guerre mondiale, outre des conférences passionnées qui paraîtront plus tard sous le titre Parole de Dieu et parole humaine, il écrit son commentaire sur l'Épître aux Romains de saint Paul. Refusant la voie d'approche historiciste, psychologique et moralisante, Barth redit, dans un langage fortement marqué par Platon, Kant, Kierkegaard, Dostoïevski, mais aussi par Overbeck et Nietzsche, la « chose » que Paul lui aussi désignait : « la différence qualitative infinie du temps et de l'éternité. Dieu est au ciel et tu es sur[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

André DUMAS. BARTH KARL (1886-1968) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BAPTÊME

    • Écrit par et
    • 3 440 mots
    • 1 média
    Malgré son vigoureux rejet par le théologien réformé Karl Barth, la pratique du pédobaptisme n'est généralement pas contestée par les Églises dans sa légitimité théologique. C'est son opportunité pastorale qui pose question. Deux grandes tendances s'affrontent. La première en conteste la généralisation,...
  • BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

    • Écrit par
    • 486 mots
    • 1 média

    Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est...

  • CALVINISME

    • Écrit par et
    • 4 244 mots
    • 1 média
    L'œuvre la plus importante de la théologie réformée est celle de Karl Barth, bien qu'il s'écarte quelque peu de la position traditionnelle, en particulier sur l'élection. Synthèse originale et puissante, sa Dogmatique propose une théologie de la transcendance de la parole de Dieu,...
  • DIEU - L'affirmation de Dieu

    • Écrit par
    • 7 962 mots
    Le théologien protestant suisse Karl Barth a suspecté les Pères grecs d'avoir compromis le thème biblique du Dieu caché avec celui du Dieu inconnu du néo-platonisme. Si Dieu est en effet déclaré inaccessible, ce n'est pas en vertu d'une réflexion sur les limites de notre pouvoir de connaître, mais c'est...
  • Afficher les 9 références