PAUL saint (entre 5 et 15-67)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Esquisse biographique

Le milieu religieux

La vie de Paul étant relativement bien connue, le caractère personnel de la documentation ne doit pas faire oublier que cette destinée, certes exceptionnelle, demeure incomprise, et même faussée si on l'isole des ensembles auxquels elle appartenait : le christianisme naissant gagnait alors le monde méditerranéen et faisait partie lui-même de la grande mutation religieuse et culturelle qui, à la faveur de la paix romaine, mettait en contact le Proche-Orient et l'Occident.

Paul (Saul pour ses coreligionnaires juifs) est né à Tarse, capitale de la province romaine de Cilicie, vers le début de l'ère chrétienne, dans une famille juive de stricte observance pharisienne (Actes, xxi, 39 ; xxii, 3 ; Phil., iii, 4-6). Dès sa naissance étaient ainsi fixées deux composantes majeures de sa destinée : l'attachement passionné au particularisme juif, scellé par la circoncision, et un contact intime avec la culture hellénistique, dont le grec tardif était alors la « langue commune » dans tout le bassin méditerranéen. Qu'on ne se représente donc pas la jeunesse de Paul confinée, à Tarse, dans un ghetto juif de province. Il y avait dans l'Empire quatre à cinq millions de Juifs, souvent fort cultivés (ainsi Philon à Alexandrie), en contact incessant les uns avec les autres et avec Jérusalem, passant d'une synagogue à l'autre et y accueillant d'innombrables païens attirés par le monothéisme juif (les « craignant-Dieu ») ou franchement convertis à la religion juive et donc circoncis (les « prosélytes »). Les pharisiens de cette Diaspora appartenaient le plus souvent à l'école d'Hillel qui se distinguait à la fois par un zèle ardent, dont la circoncision était l'emblème, et une grande ouverture d'esprit dans l'interprétation de la foi traditionnelle. Comme le père de Paul, beaucoup de ces Juifs de la Dispersion avaient acquis ou reçu la citoyenneté romaine (Actes, xvi, 37 ; xxii, 28). C'est très probablement à Jérusalem que Paul vint parfaire sa formation religieuse et qu'il devint « irréprochable quant à la justice de la loi » (Philipp., iii, 6), c'est-à-dire inattaquable dans la connaissance et la pratique des traditions juives les plus exigeantes. C'est là qu'il devint persécuteur de l'Église (Gal., i, 13 ; Phil., iii, 6) ; par là il faut entendre, contre le récit indubitablement romancé du livre des Actes, qu'il s'efforça de réfuter la foi nouvelle dans sa tendance la plus critique à l'égard du judaïsme et, déjà, la plus universaliste qu'elle prenait chez des « hellénistes », c'est-à-dire chez des disciples de Jésus d'origine juive, mais appartenant au judaïsme de la Diaspora, tel Étienne. Après le martyre d'Étienne, ces chrétiens durent quitter Jérusalem et c'est à Damas que Paul se proposait de les retrouver et de les confondre (Actes, vii et viii ; Gal., i, 13-14).

La conversion

La conversion de Paul ne fut donc pas préparée par un temps d'inquiétude religieuse. Les témoignages de l'apôtre et ceux des Actes déjà cités s'accordent à en faire un événement inattendu et même brutal. Le persécuteur fut interpellé sur le chemin de Damas par le Ressuscité, convaincu de son erreur et immédiatement mobilisé pour la mission chrétienne chez les païens. Paul rangera lui-même cet événement dans la série des apparitions du Ressuscité à ses apôtres (I Cor., xv, 8-9 ; voir aussi Gal., I, 15-16). Il n'est guère possible d'en dire plus, mais deux remarques s'imposent ici. En premier lieu, il paraît certain qu'au moment de sa conversion Paul avait déjà une connaissance précise de la foi nouvelle, puisqu'il en persécutait les adeptes les plus avancés (les hellénistes) et en réfutait l'affirmation essentielle, à savoir que « le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus » (Actes, iii, 13). En second lieu, comme l'indique cette citation, sa conversion ne fit pas de Paul le propagandiste d'une religion nouvelle. Au contraire, en donnant sa foi au Christ, il eut et garda jusqu'à sa mort la certitude de demeurer fidèle au Dieu de ses pères. Plus encore, il eut la conviction, constamment explicitée en de longues démonstrations théologiques, que la foi au Christ constituait dès lors la seul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAUL saint (entre 5 et 15-67)  » est également traité dans :

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « La notion d'âme dans la révélation judéo-chrétienne »  : […] La Bible présente constamment l'homme comme composé de trois éléments : la néfesh , le basar et la ruah . La néfesh , c'est la gorge, l'organe de la respiration, qui en est venu rapidement à désigner tout appétit et désir et finalement à recouvrir tout le moi. La néfesh , c'est la personne. Le basar , c'est la manifestation concrète de la néfesh , c'est-à-dire le cœur, les reins, le foie, bref le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

Dans le chapitre « La philosophie »  : […] On ne peut espérer faire, en quelques lignes, le compte de la dette immense que le christianisme des premiers siècles a contractée à l'endroit de la philosophie grecque ; le contenu des deux Testaments n'était guère philosophique, mais proprement kérygmatique et sotériologique, c'est-à-dire axé sur des événements historiques et orienté vers la fin des temps ; aussi, lorsque les Pères de l'Église […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Les « livres saints » apocryphes »  : […] Dans cette première catégorie on trouve les quatre espèces d'ouvrages parmi lesquels l'Église a choisi ses livres saints. Mais il faut distinguer, dans cet ensemble, deux sortes de textes. Certains sont contemporains et même antérieurs aux livres canoniques. S'ils n'ont pas été admis dans le canon, c'est qu'ils avaient pris naissance dans des Églises éloignées du centre romain ou qu'ils manifestai […] Lire la suite

APÔTRES ACTES DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 848 mots

Second tome d'une œuvre unique, attribuée à Luc, dont le premier est le troisième Évangile canonique. Les articulations entre les deux livres sont nombreuses. L'un et l'autre débutent par un prologue à l'adresse d'un même personnage, Théophile : manière hellénistique de composer l'histoire qu'accompagne l'habitude contemporaine d'écrire les « Actes » des grands personnages (par exemple, les « Acte […] Lire la suite

BARNABÉ saint

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 326 mots

Figure importante de l'Église primitive dont l'activité fut liée de très près à celle de saint Paul. Barnabé (en grec : Barnabas) apparaît pour la première fois dans les Actes des Apôtres ( iv , 36-37) : « C'était un lévite originaire de Chypre. Il vendit son champ, en apporta le montant et le déposa aux pieds des Apôtres. » On le retrouve dans le même livre : en ix , 27 (à Jérusalem, il prend Sau […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 684 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les premiers écrits chrétiens »  : […] Après l'événement de la Pentecôte, qui suit la mort et la résurrection de Jésus de Nazareth, ses disciples, continuant à participer à la vie cultuelle juive, conservent et transmettent oralement le souvenir de la vie et de l'enseignement du maître. Le message qu'ils propagent rapidement dans l'est du bassin méditerranéen (Paul est à Corinthe en 51 apr. J.-C.) présente Jésus comme le Christ, c'est […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Paul et la mission auprès des païens »  : […] Il n'en reste pas moins que, durant les vingt premières années de son existence, l'Église demeure enfermée dans le milieu juif. C'est avec Paul de Tarse qu'une nouvelle orientation est prise, qui sera décisive pour l'avenir. Paul était un Juif de la Diaspora. Il avait donc reçu une culture grecque. Il appartenait à la secte des pharisiens. Venu à Jérusalem pour y recevoir l'enseignement de Gamali […] Lire la suite

CÉSARÉE, Israël

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 576 mots

Ville de la côte palestinienne, située à 45 kilomètres au nord de l'actuelle Tel-Aviv, à 12 kilomètres au sud de Dor. Cette ville fut d'abord une forteresse-entrepôt phénicienne au milieu de la plaine côtière du Sharon ; à l'époque perse, cette plaine est rattachée au royaume de Sidon ; la ville s'appelle alors « Tour de Straton », du nom d'un des rois de Sidon. D'après les archives de Zénon de Ka […] Lire la suite

CHARISMATIQUE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 904 mots

On appelle « mouvement (ou renouveau) charismatique » la branche catholique d'un phénomène qui, une soixantaine d'années après la fondation des sectes pentecôtistes dites désormais historiques, veut redonner vigueur, comme au temps des premiers chrétiens, aux charismes personnels et qui affecte, à des degrés divers, la plupart des grandes Églises. Dans la tradition chrétienne, le substantif « char […] Lire la suite

COLOSSIENS ÉPÎTRE AUX

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 566 mots

Lettre de saint Paul classée parmi les « Épîtres de la captivité ». Elle est adressée à l'Église de Colosses (cité phrygienne), que l'apôtre n'a pas fondée lui-même et dans laquelle il ne s'est même jamais rendu ( i , 4). C'est un de ses disciples, Épaphras ( iv , 12), qui est à l'origine de cette communauté (tout comme de celles de Laodicée et de Hiérapolis). Une crise au sein de l'Église de Colo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 mai 2022 Royaume-Uni. Victoire du Sinn Fein aux élections législatives en Irlande du Nord.

Paul Givan avait démissionné de ses fonctions de Premier ministre en février dernier, en signe de protestation contre le protocole nord-irlandais inclus dans l’accord de Brexit, qui instaure une frontière douanière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Jeffrey Donaldson indique que son parti refusera de nommer un Premier ministre adjoint, comme le prévoit l’accord du Vendredi saint, tant que Londres n’aura pas renégocié ce protocole. […] Lire la suite

7-17 juillet 2016 États-Unis. Attaques d'extrémistes noirs contre des policiers.

Le 7, un homme ouvre le feu sur des policiers à Dallas (Texas), tuant cinq d’entre eux, en marge d’une manifestation de protestation contre la mort de deux Noirs. Ces derniers avaient été tués par balles lors de leur interpellation par la police, les jours précédents, près de Saint Paul (Minnesota) et à Baton Rouge (Louisiane). Le tireur, Micah Johnson, un Afro-Américain réserviste de l’armée et proche des mouvements extrémistes noirs, est tué par la police. […] Lire la suite

2-5 août 2005 France. Découverte de fœtus à l'hôpital parisien Saint-Vincent-de-Paul

Le 3, la direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris indique que ces faits résultent de la gestion « calamiteuse » de la chambre mortuaire de Saint-Vincent-de-Paul. Le 5, Xavier Bertrand affirme que la réaction des autorités publiques, que certains médecins jugent disproportionnée, ne résulte pas de l'application d'un « principe de précaution politique » et n'est pas liée à la fermeture programmée de Saint-Vincent-de-Paul. […] Lire la suite

10-30 janvier 2003 Irak – O.N.U. Poursuite des inspections et préparation d'une intervention américaine

Le 13 également, le pape Jean-Paul II réaffirme devant le corps diplomatique près le Saint-Siège son opposition à une guerre en Irak. Le 13 toujours, les aviations américaine et britannique effectuent des raids, en Irak, près de Bassorah, contre des batteries côtières de missiles sol-mer, alors qu'elles concentraient jusqu'alors leurs tirs sur des installations de défense aérienne. […] Lire la suite

5 novembre - 16 décembre 2002 France. Difficile accueil des immigrés clandestins après la fermeture du centre de Sangatte

Le 9, le maire de Calais accepte d'ouvrir l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, fermée pour réfection, pour abriter jusqu'au 12 les clandestins qui continuent d'affluer dans la région. Ceux qui ne sont pas expulsables en raison de leur nationalité et qui ne déposent pas de demande d'asile politique se voient notifier un arrêté de reconduite à la frontière dont l'exécution est différée. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BONNARD, « PAUL saint (entre 5 et 15-67) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-saint-entre-5-et-15-67/