Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN SCANDINAVIE

L'immense dépendance européenne qui s'étend des rives de la Baltique jusqu'au-delà du cercle polaire présente des caractères physiques très originaux, qu'on ne peut se dispenser de rappeler si l'on veut comprendre les particularités d'un patrimoine industriel étroitement lié à l'environnement. La Norvège et la Suède disposent d'une couverture forestière, d'un potentiel hydraulique et de richesses minérales qui ont pu en faire un temps des puissances économiques d'importance mondiale. Le Danemark et la Norvège se sont longtemps partagé le contrôle de pêcheries et celui de voies maritimes d'intérêt international qui leur ont également assuré un rang sans rapport aucun avec leur puissance démographique ou militaire. De tout cela survivent aujourd'hui des traces matérielles imposantes, constituant un patrimoine d'un intérêt qui dépasse largement les frontières nationales de ces trois pays, auxquels se limitera en effet cette étude. La Finlande, qui n'est pas prise en compte ici, possède un remarquable patrimoine de l'industrie papetière et hydro-électrique.

Les caractères spécifiques d'un patrimoine

L'histoire industrielle de ces trois pays n'est guère comparable à celle de leur voisine de l'autre rive de la mer du Nord : l'Angleterre. Danemark et Norvège sont restés très tardivement (bien avant dans le xixe siècle) des pays d'économie fondamentalement rurale ; quant à la Suède, bien qu'elle figure à certains égards parmi les pionnières de l'industrialisation européenne, grâce notamment à la précocité de ses industries du fer, elle est, elle aussi, entrée tardivement dans la voie de la grande industrie ; et, au total, les trois pays, en dépit de l'intensité plus ou moins récente de leur développement scientifique et technologique, figurent bien parmi les late comers (tard venus) de l'industrialisation moderne, longtemps dépendants de l'importation d'un savoir et d'une technologie d'origine britannique ou germanique.

La Suède a accueilli en 1978 la troisième Conférence internationale sur le patrimoine industriel, à l'occasion de laquelle a été constitué The International Committee for the Conservation of the Industrial Heritage (T.I.C.C.I.H.), une organisation non gouvernementale aujourd'hui associée librement au Conseil international des monuments et des sites (Icomos). Une chaire royale d'histoire des techniques a été créée en 1992 à Stockholm. Des structures professionnelles telles que The Swedish Ironmasters' Association encouragent dans ce pays la sauvegarde de la mémoire technique nationale. Le National Resources Act de 1987 a inclus dans la planification urbaine les valeurs de l'histoire sociale et du patrimoine architectural ; le Planning and Building Act de la même année a imposé aux municipalités de respecter les intérêts du patrimoine historique ; en 1988, le Management of the Cultural Heritage Act a pris en compte une définition large du patrimoine. En 1990, le périodique suédois Teknik & Kultur a pris l'initiative de proposer un choix de monuments industriels scandinaves d'intérêt mondial, propositions reprises en 1992 dans un volume collectif : Technology and Industry, a Nordic Heritage.

Au Danemark, le patrimoine industriel a pu bénéficier d'une loi de 1980, le Preservation of Building Act — peu spécifique —, mais aussi d'une démarche aussi originale que peu interventionniste, celle qui consiste à indiquer aux citoyens au moyen de Town Atlases (sortes de répertoires du patrimoine urbain) les points sur lesquels une initiative privée de préservation pourrait s'exercer. Le périodique Fabrik og Bolig (« Usine et Habitat ») exerce une heureuse information depuis 1979. Une politique de protections très diversifiées a d'autre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Minerai de cuivre - crédits : Evans/ Hulton Archive/ Getty Images

Minerai de cuivre

Usine de Vemork à Rjukan en Norvège, en 1945 - crédits : Michael Spiller/ Flickr ; CC BY-SA 2.0

Usine de Vemork à Rjukan en Norvège, en 1945

Alfred Nobel - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Alfred Nobel

Voir aussi