FOSSE JON (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lors de la saison 2010-2011, le Norvégien Jon Fosse a accédé en France à une audience élargie lorsque Patrice Chéreau, pour son retour à la mise en scène de théâtre, a fait porter son choix sur deux de ses pièces : Rêve d'automne et Je suis le vent. Mais son œuvre bénéficiait déjà d'une vaste reconnaissance internationale, surtout depuis qu'elle s'était augmentée, en moins de vingt ans, d'une trentaine de pièces, traduites dans environ quarante langues.

Jon Fosse

Photographie : Jon Fosse

Dans la lignée d'Ibsen et de Strindberg, Jon Fosse a imposé une écriture théâtrale immédiatement reconnaissable. 

Crédits : H. Hansen

Afficher

Né en 1959 près de Bergen, Jon Fosse commence, à peine adolescent, à jouer dans un orchestre de rock et à écrire. Dès ses vingt, ans il achève un premier roman, Rouge, noir (1983) ; il se consacre ensuite à des fictions, récits, essais, poèmes. N'acceptant la commande d'un texte destiné au théâtre que par besoin financier, il découvre son domaine de prédilection avec Quelqu'un va venir (1996, trad. franç., 1999). La pièce suivante, Et jamais nous ne serons séparés (1994, trad. franç., 2000), est la première à être mise en scène par Kai Johnsens. Le Nom (1995, trad. franç., 1998) sera publié peu après. Voici les étapes initiales d'un parcours jalonné de nombreuses distinctions.

La traduction de l'œuvre publiée en France – P.O.L et Circé pour les romans, l'Arche pour les pièces – est due à Terje Sinding, grand passeur de littérature scandinave. Cette entreprise se trouve favorisée par l'expérience de Jon Fosse, lui-même traducteur de Sarah Kane, Lars Norén et Thomas Bernhard. Mais ne peut être restituée la singularité que représente pour un public norvégien l'usage du nynorsk. Le recours à cette langue minoritaire et menacée, illustrée par un grand devancier, l'écrivain Tarjei Vesaas, en elle-même poétique selon Jon Fosse, est aussi un choix politique, un acte de résistance contre l'usage utilitaire du langage. C'est pour lui la langue de l'enfance, passée dans un village de la côte ouest, près d'un fjord, de cette mer si séduisante dans ses romans, de La Remise à bateaux (1989, trad. franç., 2007) à Matin et soir (2000, trad. franç., 2003), dans ses pièces, de Un jour en été (1998, trad. franç., 2000) à Je suis le vent (2007, trad. franç., 2010). Le protagoniste de Melancholia I (1995, trad. franç., 1998), le peintre Lars Hertervig, lui aussi, garde à l'école des Beaux-Arts de Düsseldorf l'obsession de la baie et de ses îlots, de ce Stavanger natal que sa sœur Oline n'a jamais quitté et où elle passe sa dernière journée, incontinente, perdue dans le passé et oublieuse du présent, dans Melancholia II (1996, trad. franç., 2002).

D'une haine du théâtre comme manifestation culturelle et sociale, Jon Fosse est passé à sa célébration comme « la plus humaine, et pour lui la plus intense, de toutes les formes d'art », apte à créer des « moments d'entente émotionnelle [...] inexplicables, du moins intellectuellement » (Essais gnostiques, 1999). À mesure qu'il s'éloigne de ses longues études littéraires, il récuse toute interprétation d'une signification, toute tentative de compréhension qui ne soit de l'ordre de la fiction et de la poésie. Toujours influencé par un grand-père marxiste et quaker, il se présente comme aussi « pétri de christianité » qu'éloigné de l'Église luthérienne de Norvège, tel son double manifeste, l'écrivain Vidme dans Melancholia I : « Être croyant ce n'est pas être sûr de soi, c'est n'être sûr de rien, c'est être dans un état d'étonnement où l'on distingue une lumière, c'est voir quelque chose que l'on ne comprend pas. » Cet état, Jon Fosse semble l'avoir éprouvé à sept ans, après un accident, évoqué dans un de ses textes pour enfants, Petite Sœur (2000, trad. franç., 2009). « Je sais que j'ai vu quelque chose ; et c'est cette chose que je veux montrer dans mes pièces », dit-il dans un entretien en 2008.

Ce poète de l'indicible ne pouvait qu'inspirer Claude Régy, premier en France à le faire entendre sur un plateau, dans une mise en scène d'« une beauté implacable, impressionnante » selon ses propres termes, avec la création en 1999 de Quelqu'un va venir, pièce déjà très représentative de son art.

Un couple arrive dans une maison isolée au bord de la mer, qu'il a achetée au petit-fils de la propriétaire, morte dans les lieux. Elle, Lui et l'Homme vont r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Poitiers, critique théâtrale de La Quinzaine littéraire et de En attendant Nadeau

Classification

Autres références

«  FOSSE JON (1959- )  » est également traité dans :

LE NOM et UN JOUR EN ÉTÉ (mises en scène)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 886 mots

Claude Régy est le metteur en scène à qui nous devons le plus de révélations en France d'auteurs dramatiques étrangers. En 1999, c'est le Norvégien Jon Fosse qu'il nous fait connaître en montant Quelqu'un va venir. L'auteur, né en 1959, a déjà publié une quinzaine de romans, d'essais et de recueils de poésie. Il ne s'est mis à écrire po […] Lire la suite

QUELQU'UN VA VENIR (J. Fosse)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 970 mots

La compagnie de Claude Régy, Les Ateliers contemporains, a pour vocation de créer en France les œuvres de jeunes auteurs dramatiques. On sait que Régy a toujours privilégié une telle recherche, lui qui aida à découvrir en France Harold Pinter, John Osborne, Peter Handke, […] Lire la suite

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 549 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Déconstruction/Reconstruction »  : […] S'il est un écrivain de théâtre qui, tout au long de sa carrière, fut préoccupé par le libre jeu, au sein de chaque œuvre, du lyrique et de l'épique avec le dramatique et par cette perspective d'assemblage, de métissage que l'on peut nommer la tendance rhapsodique du théâtre moderne, c'est bien Heiner Müller. Plus que tout autre, cet héritier direct de Brecht entretient avec son aîné un rapport qu […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 729 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le plaisir de conter »  : […] On a vu qu'à la différence des autres littératures scandinaves la littérature norvégienne est restée marquée, ces dernières décennies, par les préoccupations politiques militantes. Il n'y a que peu de temps qu'elle tend à s'en dégager. La cause en est, évidemment, le processus d'industrialisation et d'urbanisation accélérées qu'aura connu ce pays traditionnellement très attaché à ses structures ru […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique LE ROUX, « FOSSE JON (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jon-fosse/