QUIGNARD PASCAL (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Musique, langue, silence

Protagoniste de Tous les matins du monde, Marin Marais était déjà apparu dans La Leçon de musique (1987), essai mais aussi rassemblement de plusieurs contes autour du thème de la voix humaine et de sa mue. Comme souvent chez Quignard, les formes s'imbriquent à l'intérieur d'un même livre, les thèmes et les personnages circulent dans le grand ensemble de l'œuvre autour d'une interrogation sur le langage et le silence.

« Le silence ne précède pas la musique ni la langue. Il est leur ombre portée. » Mais habiter dans le silence est une position insoutenable : Pascal Quignard le montre à propos des récits de Louis-René des Forêts (Le Vœu de silence, 1985). L'acquisition de la langue par l'enfant représente une douloureuse expérience. L'utilisation du langage conduit à une séparation à l'intérieur de soi, mais le manque du mot peut conduire à la mort, comme dans le conte médiéval du Nom sur le bout de la langue (1993). Pascal Quignard considère le langage comme son « adversaire personnel », contre lequel il mène combat en s'écartant résolument de la parole orale, en se plaçant du côté de la musique, qui « est là pour parler de ce dont la parole ne peut parler », et de l'écriture.

Le langage est source d'effroi. Tout autant que la scène primitive de la conception qui inlassablement se dérobe, pour ne revenir que dans les rêves (et la littérature), enfouie qu'elle est dans le domaine du perdu. Dans Le Sexe et l'effroi (1994) puis dans La Nuit sexuelle (2007), Pascal Quignard développe une longue méditation sur les origines de la vie et du sens, illustrée de reproductions des fresques érotiques qui ornaient les villas de Pompéi. Il s'appuie pour cela sur « un mot romain difficile : la fascination. Le mot grec de phallus se dit en latin le fascinus [...] Le fascinus arrête le regard au point qu'il ne peut s'en détacher. Les chants qu'il inspire sont à l'origine de l'invention romaine du roman : la satura. La fascination est la perception de l'angle mort du langage ». Un érotisme proche de celui de Bataille, ou de Klossowski, aveu du lien qu'entretienn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUIGNARD PASCAL (1948- )  » est également traité dans :

TERRASSE À ROME (P. Quignard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 851 mots
  •  • 1 média

Précise, savante, disante, la langue de Pascal Quignard avance par maximes et progresse par sentences. La pluralité des cas particuliers évoquée dans ses œuvres renvoie à un universel mystère, qui se confond avec la trace de notre origine. « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception. [...] Il n'est point d'image qui nous […] Lire la suite

VIE SECRÈTE (P. Quignard)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 1 447 mots
  •  • 1 média

Étendue et diverse, l'œuvre de Pascal Quignard comprend des romans, des essais, suivant la distinction traditionnelle, et des textes étranges et inclassables comme ceux qui ont été réunis sous le titre de Petits Traités (Maeght, 1990 ; Gallimard, 1997). Vie secrète (Gallimard, 1998), où sont repris certains thè […] Lire la suite

CARUS, Pascal Quignard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LAPLACE
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Pascal Quignard (né en 1948) signa, avec Carus (1979), son premier roman. Mais il était déjà l'auteur de trois essais : L'Être du balbutiement (à propos de Sacher Masoch, 1969), La Parole de la Délie (à propos de Maurice Scève, 1974), et Michel Deguy (1975), et d'un récit, Le Lecteur (1976). […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « QUIGNARD PASCAL (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-quignard/