QUIGNARD PASCAL (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le perdu et le jadis

Cette quête de l'origine à travers l'acte d'aimer, cette affirmation que l'« amour est lié au perdu » occupe le centre de Vie secrète (1998). Là, après une maladie dont il a pensé mourir, après l'abandon du traité et du roman en cours, Pascal Quignard cherche « à écrire un livre où [il] songe en lisant. [Il a] admiré de façon absolue ce que Montaigne, Rousseau, Stendhal, Bataille ont tenté. Ils mêlaient la pensée, la vie, la fiction, le savoir comme s'il s'agissait d'un seul corps ». Vie secrète répond à ce désir d'une écriture multiple, souvent poétique, centrée autour d'une phrase : « la vie de chacun d'entre nous n'est pas une tentative d'aimer. Elle est l'unique essai ». Il s'agit d'une étape nouvelle dans l'effort de Pascal Quignard pour « mobiliser, atteler, mêler, et épuiser comme des chevaux de postes, tous les virus rhétoriques. » L'œuvre est en étroite contiguïté avec ces autres « petits traités » que sont Rhétorique spéculative (1995) et La Haine de la musique (1996) : le projet du rhéteur s'y définit contre celui du philosophe dont le but est d'atteindre la vérité à travers les concepts et la pensée rationnelle. La rhétorique, elle, place le langage à distance, n'hésitant pas à le subvertir, à jouer avec les homonymies, les possibles glissements, et à utiliser le mythe et l'image contre l'impossibilité de dire.

Dernier Royaume va aussi dans ce sens. Cette ambitieuse entreprise est conçue comme un « petit effort d'une pensée du tout... d'une vision toute laïque du monde ». Dans le refus de l'affirmation d'une vérité, elle se propose la recherche de « pensées ambivalentes, qui tremblent ». Les trois premiers volumes – Les Ombres errantes, Sur le jadis, Abîmes (2002, prix Goncourt) – partent de la constatation que la déclinaison ordinairement reçue du temps en présent, passé et futur n'a plus cours. Les Paradisiaques et Sordidissimes (2004), puis La Barque silencieuse (2009), Les Désarçonnés (2012) et Mourir de penser (2014) prolongent cette réflexion. Plus que jamais héritier de la tradition rhétorique, Pascal Quignard y fait – à trave [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUIGNARD PASCAL (1948- )  » est également traité dans :

TERRASSE À ROME (P. Quignard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 851 mots
  •  • 1 média

Précise, savante, disante, la langue de Pascal Quignard avance par maximes et progresse par sentences. La pluralité des cas particuliers évoquée dans ses œuvres renvoie à un universel mystère, qui se confond avec la trace de notre origine. « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception. [...] Il n'est point d'image qui nous […] Lire la suite

VIE SECRÈTE (P. Quignard)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 1 447 mots
  •  • 1 média

Étendue et diverse, l'œuvre de Pascal Quignard comprend des romans, des essais, suivant la distinction traditionnelle, et des textes étranges et inclassables comme ceux qui ont été réunis sous le titre de Petits Traités (Maeght, 1990 ; Gallimard, 1997). Vie secrète (Gallimard, 1998), où sont repris certains thè […] Lire la suite

CARUS, Pascal Quignard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LAPLACE
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Pascal Quignard (né en 1948) signa, avec Carus (1979), son premier roman. Mais il était déjà l'auteur de trois essais : L'Être du balbutiement (à propos de Sacher Masoch, 1969), La Parole de la Délie (à propos de Maurice Scève, 1974), et Michel Deguy (1975), et d'un récit, Le Lecteur (1976). […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « QUIGNARD PASCAL (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-quignard/