QUIGNARD PASCAL (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des romans palimpsestes

Les personnages de son roman Carus (1979, prix des critiques) ressemblent aux premiers lecteurs de Pascal Quignard : autour de A., musicien en proie à la mélancolie, un grammairien, un bibliophile, un rhéteur, une psychanalyste se retrouvent, font de la musique, échangent des propos sur l'amitié et le langage. Situé également au cœur du xxe siècle, le Salon du Wurtemberg (1986) ouvre à un plaisir de lecture nouveau. Son écriture fait appel à une certaine forme de séduction, au sens étymologique du mot : « seducere, c'est conduire à l'écart. D'un monde à l'autre. Du porte-parole à l'Autre ». Ce roman, où l'amitié et la musique jouent là aussi un grand rôle, marque un retour de l'auteur sur les traces de sa famille et de la jeune femme qui l'a élevé. Mais, déjà, il met en doute les « étranges rêves que [sont] nos souvenirs. [...] Ce que nous avons vécu n'est pas mémorable ». En 1989, Les Escaliers de Chambord explorent à nouveau les franges du souvenir : Édouard Furfooz, collectionneur de jouets, est obsédé par les images qui lui sont apparues après la découverte d'une barrette d'enfant en plastique bleu, signe « qu'il y a eu un autre monde qui a précédé cette lumière où nous baignons. » Un peu en porte à faux, L'Occupation américaine (1994) décrit une histoire d'amour tragique située dans un autre passé proche, celui de l'après-guerre, imprégné, dans les provinces accueillant les camps américains, d'une atmosphère marquée par le jazz et les modes de vie venus d'outre-Atlantique. Comme Tous les matins du monde, le roman fut porté à l'écran par Alain Corneau sous le titre Le Nouveau Monde (1995).

Pour atteindre cet « autre monde, à deux doigts de nous-mêmes », Pascal Quignard déploie également à partir des Tablettes de buis d'Apronenia Avitia (1984) des romans en forme de palimpsestes : ce sont autant de réécritures de vies effacées, transformées, inventées, où vérité historique et imaginaire se confondent. Les personnages sont d'abord empruntés à l'Antiquité romaine : le héros éponyme d'Albucius, romancier sous César, a été décrit par Sénèque l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUIGNARD PASCAL (1948- )  » est également traité dans :

TERRASSE À ROME (P. Quignard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Précise, savante, disante, la langue de Pascal Quignard avance par maximes et progresse par sentences. La pluralité des cas particuliers évoquée dans ses œuvres renvoie à un universel mystère, qui se confond avec la trace de notre origine. « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception. [...] Il n'est point d'image qui nous […] Lire la suite

VIE SECRÈTE (P. Quignard)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 1 446 mots
  •  • 1 média

Étendue et diverse, l'œuvre de Pascal Quignard comprend des romans, des essais, suivant la distinction traditionnelle, et des textes étranges et inclassables comme ceux qui ont été réunis sous le titre de Petits Traités (Maeght, 1990 ; Gallimard, 1997). Vie secrète (Gallimard, 1998), où sont repris certains thè […] Lire la suite

CARUS, Pascal Quignard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LAPLACE
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Pascal Quignard (né en 1948) signa, avec Carus (1979), son premier roman. Mais il était déjà l'auteur de trois essais : L'Être du balbutiement (à propos de Sacher Masoch, 1969), La Parole de la Délie (à propos de Maurice Scève, 1974), et Michel Deguy (1975), et d'un récit, Le Lecteur (1976). […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « QUIGNARD PASCAL (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-quignard/