QUIGNARD PASCAL (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'érudition considérée comme un des beaux-arts

En publiant en 1974 un essai sur Maurice Scève, « tentative de restituer la parole de la Délie au chaos propre de sa voix », Pascal Quignard montre son goût pour les œuvres secrètes et pour une exploration de la langue jusque dans ses formes les plus extrêmes, également présente dans son essai sur Sacher-Masoch, L'Être du balbutiement (1969). Les textes publiés à cette époque dans des revues comme L'Éphémère manifestent eux aussi son intérêt pour les auteurs et les textes oubliés, la pratique des langues rares et anciennes. Il traduit l'Alexandra de Lycophron, poète dramatique grec du ive siècle avant J.-C., publie un poème latin, Inter aerias fagos (1977), s'intéresse à Lucrèce, « Damascius », « Héraclite apocryphe », s'interroge sur « la passion de Guy Le Fèvre de La Boderie ». Un corpus de références se constitue ainsi peu à peu, nourri de fragments venus des ères grecques et latines, de la Chine de Confucius ou de Tchouang-Tseu, du Japon du Nō et de Sei-Shōnagon, du Moyen Âge français (le Roman de Renart, Chrétien de Troyes), du xviie siècle janséniste. Pascal Quignard montre un grand souci de précision, suit avec attention les jeux de la chronologie et de l'étymologie. Il procède par analogie : « La pensée est aussi difficile que rare », affirme-t-il après Spinoza, et pour l'expliquer il se réfère au sens ancien de « rarus [qui] signifie clairsemé sur la terre. La pensée est une chose aussi claire qu'elle est clairsemée sur la terre. Puis le mot rarus voulut dire : distant dans l'espace, peu fréquent au cours du temps. La pensée n'est pas aussi difficile qu'elle est rare : elle est aussi lumineuse qu'elle est distante au cours des siècles ».

Évoluant dans ce domaine des choses rares, ne relevant d'aucun genre particulier, Écho (1975), Sang (1976), Hiems (1977), Sarx (1977), Sur le défaut de terre (1979) sont des textes brefs, à la densité proche de l'obscur, qui connaissent un tirage très limité aux éditions Clivages, Maeght, ou Orange Export Ldt. Avec les Petits Traités (1990), Pascal Quignard situe son projet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUIGNARD PASCAL (1948- )  » est également traité dans :

TERRASSE À ROME (P. Quignard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 851 mots
  •  • 1 média

Précise, savante, disante, la langue de Pascal Quignard avance par maximes et progresse par sentences. La pluralité des cas particuliers évoquée dans ses œuvres renvoie à un universel mystère, qui se confond avec la trace de notre origine. « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception. [...] Il n'est point d'image qui nous […] Lire la suite

VIE SECRÈTE (P. Quignard)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 1 447 mots
  •  • 1 média

Étendue et diverse, l'œuvre de Pascal Quignard comprend des romans, des essais, suivant la distinction traditionnelle, et des textes étranges et inclassables comme ceux qui ont été réunis sous le titre de Petits Traités (Maeght, 1990 ; Gallimard, 1997). Vie secrète (Gallimard, 1998), où sont repris certains thè […] Lire la suite

CARUS, Pascal Quignard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LAPLACE
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Pascal Quignard (né en 1948) signa, avec Carus (1979), son premier roman. Mais il était déjà l'auteur de trois essais : L'Être du balbutiement (à propos de Sacher Masoch, 1969), La Parole de la Délie (à propos de Maurice Scève, 1974), et Michel Deguy (1975), et d'un récit, Le Lecteur (1976). […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « QUIGNARD PASCAL (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-quignard/