PARTI RADICAL, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'organisation dite communément Parti radical se nomme en réalité Parti républicain radical et radical-socialiste. À sa naissance, le 21 juin 1901 à Paris, ce parti hérite de la tradition des divers comités radicaux dont le programme avait été exprimé par Gambetta (Belleville, 1869) puis par Clemenceau (Montmartre, 1881) ; plusieurs radicaux avaient déjà été présidents du Conseil (Ferdinand Buisson, Charles Floquet et Léon Bourgeois, le théoricien du solidarisme). Le Parti radical unifie des tendances rivales : les comités radicaux et progressistes (Buisson), les républicains radicaux-socialistes de la Seine et le comité de la rue Cadet (Clemenceau). C'est un rassemblement hétéroclite de comités électoraux de loges maçonniques, de sections de la Ligue des droits de l'homme et de la Ligue française de l'enseignement. Le Parti radical est surtout une machine électorale, dominée par les notables et les parlementaires qui sont membres de droit du comité exécutif élu par un congrès annuel. Aussi ses structures sont-elles toujours restées très lâches. Laïque et anticlérical, il est enraciné dans les milieux petit-bourgeois et paysans des pays du sud de la Loire ; il se proclame « résolument attaché au principe de la propriété privée » (programme de Nancy, 1907) ; conservateurs en matière sociale, les radicaux voient dans l'accession des salariés à la propriété le remède aux problèmes de la société industrielle. Parti de gauche face à une droite cléricale, sa conviction laïque est symbolisée par l'action du président du Conseil Émile Combes (1902-1905), qui dirige le parti jusqu'en 1913. Clemenceau, président du Conseil de 1906 à 1909, participe peu à la vie du parti, dont l'évolution est marquée par l'élection à la présidence du « technocrate » et affairiste [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître ès lettres, professeur à l'École alsacienne, Paris

Classification

Autres références

«  PARTI RADICAL, France  » est également traité dans :

CAILLAUX JOSEPH (1863-1944)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 500 mots

Personnage hors série de la III e République, Joseph Caillaux est issu de la bourgeoisie mancelle. Inspecteur des Finances, il se fait élire député de Mamers en 1898. L'année suivante, il est ministre des Finances dans le cabinet Waldeck-Rousseau. Son ralliement au radicalisme témoigne de la force d'attraction d'une formation qui voit venir à elle les talents et les ambitions. Ce patricien, homme […] Lire la suite

CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 750 mots

Coalition des partis de gauche, victorieuse aux élections du 11 mai 1924, le Cartel des gauches rassemble les socialistes S.F.I.O., les radicaux-socialistes, les républicains-socialistes et la gauche radicale contre les modérés et la droite, détenteurs de la majorité dans la Chambre « bleu horizon » élue en 1919. C'est le parti du mouvement le plus uni qui bénéficie de la prime à la majorité, assu […] Lire la suite

CHAUTEMPS CAMILLE (1885-1963)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 550 mots

Combattant volontaire de la Première Guerre mondiale, Camille Chautemps est avocat et maire de Tours à partir de 1919 et député radical-socialiste d'Indre-et-Loire de 1919 à 1928. Ensuite, député du Loir-et-Cher de 1929 à 1934, il devient sénateur et le reste jusqu'en 1940. Il inaugure sa carrière ministérielle en 1924, avec le portefeuille de l'Intérieur dans le gouvernement du Cartel ; puis il e […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vote-sanction lors des législatives anticipées de 1997 »  : […] Jacques Chirac choisit comme Premier ministre un de ses proches, Alain Juppé, secrétaire général du R.P.R., ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Les fortes attentes générées par le discours sur la fracture sociale et la volonté de changement vont laisser place rapidement à l'amertume et à l'insatisfaction. Il n'y aura pas d'état de grâce. Les deux têtes de l'exécutif mènent, il est vr […] Lire la suite

CLEMENCEAU GEORGES (1841-1929)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 045 mots
  •  • 3 médias

Issu d'une famille de la bourgeoisie vendéenne de tradition républicaine, Georges Clemenceau fait des études de médecine, séjourne de 1865 à 1869 aux États-Unis avant d'entrer véritablement dans la carrière politique. Maire de Montmartre en septembre 1870, puis du XVIII e arrondissement, il est élu le 8 février 1871 député à l'Assemblée nationale, y siège à l'extrême gauche et en démissionne pend […] Lire la suite

COMBES (É.)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 821 mots

Le nom d’Émile Combes s’identifie avec les pratiques politiques qui, au début du xx e  siècle, fondent la République laïque au moyen de l’anticléricalisme militant. Né le 6 septembre 1835 dans une famille pauvre du Tarn (son père est tailleur d’habits), sixième de dix enfants, Émile Combes, encouragé par un cousin prêtre, voit son avenir dans une carrière ecclésiastique. Mais le supérieur du sémin […] Lire la suite

DALADIER ÉDOUARD (1884-1970)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 022 mots
  •  • 4 médias

Resté dans l'histoire comme l'« homme de Munich » Édouard Daladier a été mêlé à d'autres graves événements. Maire de Carpentras en 1911, puis député en 1919, il le reste jusqu'en 1940 et le redevient de 1946 à 1958. En 1924, il rédige la partie consacrée à la Défense nationale du programme du Cartel des gauches. Ministre des Colonies puis de la Guerre en 1925, puis de l'Instruction publique en 19 […] Lire la suite

FABRE ROBERT (1915-2006)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 754 mots

La carrière politique de Robert Fabre illustre les hésitations et les incertitudes d'un radicalisme mal à l'aise dans les structures et les pratiques d'une V e  République dont la bipolarité heurte la vocation centriste des radicaux et dont l'aspiration à la modernité convient mal à un parti qui représente traditionnellement la classe moyenne indépendante de province. De cette dernière, Robert Fab […] Lire la suite

FAURE EDGAR (1908-1988)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 454 mots
  •  • 1 média

Homme politique, historien, juriste, académicien, Edgar Faure ne pouvait pas rester longtemps loin du pouvoir et des honneurs. Cacique de la IV e  République, il a siégé plus de six ans dans sept gouvernements et en a présidé deux sous Vincent Auriol et René Coty. Dignitaire de la V e  République, ministre de l'Agriculture et de l'Éducation nationale auprès du général de Gaulle, ministre d'État de […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Refaire la Révolution (1848-1880) »  : […] Les journées de Juin avaient attisé, parmi les élites républicaines, la « peur du rouge ». Toute l'histoire de la II e  République est ainsi celle d'un glissement vers une politique de plus en plus méfiante à l’égard du peuple, particulièrement celui des villes. La loi du 31 mai 1850, votée contre ce que la grande voix du « parti de l'Ordre », Adolphe Thiers, appelait la « vile multitude », en tém […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Démission du gouvernement d’Édouard Philippe et nomination de Jean Castex. 3-15 juillet 2020

le classement sans suite en février 2018 pourrait être entaché d’un vice de procédure. Le ministre de la Justice est quant à lui critiqué pour ses positions défavorables aux mouvements de défense des victimes d’agressions sexuelles. Au cours du mois, Gérald Darmanin est pris à parti par des militantes […] Lire la suite

France. Victoire de La République en marche aux élections législatives. 11-29 juin 2017

des suffrages avec le Parti radical de gauche (PRG) et les candidats divers gauche. Les partis écologistes obtiennent 4,3 p. 100 des voix – dont 2,9 p. 100 pour Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) –, le Parti communiste (PC) 2,7 p. 100, Debout la France 1,2 p. 100. L’ensemble des partis jusque […] Lire la suite

Kosovo. Indépendance de la province serbe. 16-21 février 2008

. La Grèce, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque et la Slovaquie réservent leur décision. Le 21, deux partis nationalistes serbes, le Parti démocratique de Serbie du Premier ministre Vojislav Koštunica et le Parti radical serbe de Tomislav Nikolić organisent à Belgrade un « rassemblement […] Lire la suite

France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement. 2-29 mai 2007

du Parti socialiste. Alain Juppé, seul ministre d'État, est en charge d'un superministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables; Jean-Louis Borloo (Parti radical) est ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi; Michèle Alliot-Marie est ministre de l'Intérieur […] Lire la suite

Irak. Poursuite des violences et libération des otages français. 1er-31 décembre 2004

le manque de protection blindée de leurs véhicules de patrouille. Le 9, les formations chiites soutenues par le grand ayatollah Ali Al-Sistani annoncent leur intention de présenter une liste commune aux élections générales prévues pour janvier 2005. Seule la tendance représentée par le chef radical […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MENDELSON, « PARTI RADICAL, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-radical-france/