MARIE ANDRÉ (1897-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Honfleur (Calvados), André Marie est fils et petit-fils d'instituteurs. Après des études de droit, il s'inscrit au barreau de Rouen et commence une double carrière d'avocat et d'écrivain (il écrit plusieurs livrets d'opéras-comiques ainsi que des pièces de théâtre) avant d'adhérer au Parti radical-socialiste, dont il devient un des membres les plus fidèles et les plus représentatifs. Élu conseiller d'arrondissement en 1923, conseiller municipal de Rouen en 1925, conseiller général du canton de Pavilly en 1928 et, la même année, député de la Seine-Inférieure (aujourd'hui Seine-Maritime), réélu dans cette fonction en 1932 et en 1936, il est, dès 1933, nommé sous-secrétaire d'État spécialement chargé des affaires d'Alsace-Lorraine ; puis, en 1934, il est sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères dans le deuxième cabinet Daladier tout en étant, dans le même temps, délégué à la Société des Nations.

Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, il reprend volontairement du service comme capitaine d'artillerie. Fait prisonnier en 1940, il est libéré en 1941 comme ancien combattant ; mais, de retour à Rouen, il se démet de tous ses mandats, ne voulant accepter que celui du suffrage universel. Il entre alors dans la Résistance, est arrêté en septembre 1943 et déporté à Buchenwald. À son retour, il est élu maire de Barentin et retrouve très vite son siège d'abord de conseiller général puis de député – il siège sans discontinuer au Palais-Bourbon d'octobre 1945 à novembre 1962.

Durant cette période, il ne cessera d'assumer des responsabilités gouvernementales : garde des Sceaux dans le cabinet Ramadier en 1947, puis, dans le premier cabinet Robert Schuman, chef du gouvernement du 24 juillet au 28 août 1948, vice-président du Conseil dans le second cabinet Robert Schuman et dans le cabinet Queuille. C'est alors qu'il est l'objet d'une violente campagne : il lui est reproché d'avoir, l'année précédente, classé une affaire de collaboration visant l'entreprise Sainrapt et Brice.

Blanchi par l'Assemblée nationale, il tombe malad [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

5-6 décembre 2016 France. Candidature de Manuel Valls à la primaire de la gauche et démission du poste de Premier ministre.

Jean-Marie Le Guen et André Vallini échangent leurs postes, le premier s’occupant désormais du Développement et de la Francophonie et le second des Relations avec le Parlement. […] Lire la suite

10-26 juin 2012 France. Majorité absolue à l'Assemblée pour le Parti socialiste et ses alliés

André Chassaigne. Le 26, le socialiste Claude Bartolone est élu à la présidence de l'Assemblée nationale. Le 26 également se constitue le sixième groupe parlementaire de l'Assemblée, Radical, républicain, démocrate et progressiste, principalement composé des élus du Parti radical de gauche et présidé par Roger-Gérard Schwartzenberg.  […] Lire la suite

10-26 juin 2007 France. Victoire de la majorité présidentielle aux élections législatives

André Santini, secrétaire d'État auprès du ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, chargé de la Fonction publique; Jean-Marie Bockel, sénateur-maire P.S. de Mulhouse et ancien ministre dans le gouvernement Fabius, nommé secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération  […] Lire la suite

2-29 mai 2007 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement

d'André Santini, la majorité des députés U.D.F. de l'Assemblée sortante, en désaccord avec l'orientation prise par François Bayrou, annoncent la création au sein de la majorité présidentielle d'un « Nouveau Centre » qui présentera des candidats aux législatives sous l'étiquette du Parti social libéral européen.  […] Lire la suite

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

André Lenfant, exprime les « regrets éternels des policiers français ». Ce geste intervient une semaine après la « déclaration de repentance » de l'Église de France sur l'attitude de la hiérarchie catholique à cette époque. Le 8 s'ouvre devant la cour d'assises de la Gironde, à Bordeaux, le procès de Maurice Papon, secrétaire général de la préfecture […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul MORELLE, « MARIE ANDRÉ - (1897-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-marie/