• Mes Favoris
  • MONNERVILLE GASTON (1897-1991)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Un mot, un seul mot — « forfaiture » — peut-il résumer un homme ? Un homme sans doute non, mais à coup sûr un destin. Le jour où Gaston Monnerville monte à la tribune du congrès radical à Vichy pour s'opposer au projet de référendum du général de Gaulle qui instaurera l'élection du président de la République au suffrage universel, il fait plus que prononcer un discours. Ce refus intransigeant est le symbole de toute une vie empreinte d'indépendance, de respect du droit et d'un amour sans réserve pour la République. « À la tentative de plébiscite, clame le président du Sénat, je réponds personnellement : non ! La motion de censure m'apparaît comme la réplique directe, légale, constitutionnelle, à ce que j'appelle une forfaiture. » Né le 2 janvier 1897 à Cayenne, Gaston Monnerville est le fils d'un fonctionnaire martiniquais. Très vite il quitte le collège de la ville pour aller poursuivre ses études en métropole, au lycée puis aux facultés de Toulouse. Plus tard il aimera rappeler : « Le fils d'outre-mer que je suis doit tout à la République, c'est elle qui, dans ma Guyane natale, est venue nous apporter la dignité et la culture. C'est elle qui m'a tout appris et qui a fait de moi ce que je suis. » Amoureux des mots et des lois, Gaston Monnerville, après une licence de lettres et un doctorat de droit, choisit de devenir avocat. Inscrit au barreau de Toulouse à la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918, il ne tarde pas à rejoindre Paris où il sera notamment secrétaire de la Conférence des avocats. Mais ce n'est ni à Toulouse ni à Paris que sa carrière va changer de cap, c'est à Nantes, où il défend les « émeutiers de Cayenne » devant les assises en obtenant leur acquittement. En 1932, il devient député de Guyane et maire de Cayenne, et le restera jusqu'en 1940. Il sera même ministre, ou plutôt sous-secrétaire d'État aux Colonies, dans deux cabinets Chautemps en 1937 et 1938. Gaston Monnerville en profite [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 2 pages



    Écrit par :

    Classification

    Les derniers événements

    21 février - 4 mars 1983 • FranceNomination de Daniel Mayer à la présidence du Conseil constitutionnel

    du Conseil constitutionnel ; Pierre Marcilhacy, désigné par Louis Mermaz, président de l'Assemblée nationale, remplace René Brouillet ; Léon Joseau-Marigné, choisi par Alain Poher, président du Sénat, succède à Gaston Monnerville. C'est le 4 mars que les trois nouveaux membres du Conseil entrent en fonction après avoir prêté serment à l'Élysée.  [...] Lire la suite

    Pour citer l’article

    Christian SAUVAGE, « MONNERVILLE GASTON - (1897-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-monnerville/