CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coalition des partis de gauche, victorieuse aux élections du 11 mai 1924, le Cartel des gauches rassemble les socialistes S.F.I.O., les radicaux-socialistes, les républicains-socialistes et la gauche radicale contre les modérés et la droite, détenteurs de la majorité dans la Chambre « bleu horizon » élue en 1919. C'est le parti du mouvement le plus uni qui bénéficie de la prime à la majorité, assurée par la loi électorale de 1919, mélange de scrutin majoritaire et de représentation proportionnelle. La gauche se retrouve avec trois cent vingt-huit députés sur cinq cent quatre-vingt-deux. Pourtant, en nombre de voix, le Bloc national l'emportait. À la Chambre, le Cartel ne possède pas une vraie majorité : en effet, l'aile modérée de la gauche, la gauche radicale, dispose de quarante et une voix. Il suffit donc que cette part centriste de la majorité se retire pour mettre le gouvernement en difficulté. Cette Chambre, politiquement à gauche, est, en vérité, socialement modérée. Le 11 juin 1924, le Cartel, dans l'euphorie de la victoire, contraint, par une motion préjudicielle votée à la Chambre, le président de la République Millerand à donner sa démission (Millerand était accusé d'avoir soutenu le Bloc national pendant la campagne). Doumergue le remplace. Les fonctionnaires, mécontentés par Poincaré qui s'était opposé à l'intrusion des associations de fonctionnaires dans l'État et avait fait craindre des réductions de personnel administratif, avaient joué un grand rôle dans le succès électoral du Cartel. Ces élections s'étaient faites en grande partie sur l'inquiétude causée par la dégradation monétaire et la hausse du coût de la vie. Édouard Herriot forme un gouvernement radical-socialiste. Cette législature va se dérouler en trois phases : la première, liée au gouvernement Herriot jusqu'en avril 1925, puis celle qui voit se succéder deux cabinets Painlevé et trois cabinets Briand et qui se termine en juillet 1926, enfin, après une nouvelle chute d'Herriot en deux jours, le rappel de Poincaré qui fait autour de sa personne un gouvernement d'union nationale.

Le gouvernement Herriot ne dispose pas d'une confiance franche qui lui permette d'éviter les difficultés de trésorerie ; il donne l'impression de s'attaquer aux tenants de l'ordre social et économique sans prendre des mesures satisfaisantes pour la gauche. Le plafond de quarante et un milliards de francs de la circulation fiduciaire est dépassé à partir du début de 1925. On reparle, à nouveau, de l'impôt sur le capital qui provoque la démission du ministre des Finances le 2 avril. Pour assainir les finances, un emprunt forcé sur la fortune est proposé. Le 10 avril, le ministère, lâché par la gauche radicale, tombe devant le Sénat. Le Cartel, maître de la situation en cette première année, n'a pas su agir. Le cours de la livre, qui est le baromètre financier de l'époque, s'élève. Le célèbre mathématicien Painlevé compose son cabinet autour de Briand, à l'Extérieur, et de Caillaux, aux Finances. Celui-ci lance un emprunt, audacieux pour l'époque, de 4 p. 100 à garantie de change ; c'est une concession au capital, mais les épargnants boudent. La livre remonte encore et le cabinet démissionne en octobre 1925. Le deuxième cabinet fait face à une faillite larvée, acceptée par une opinion qui ne connaît que la valeur nominale des engagements de l'État. Les hommes sont désormais débordés par les événements. L'instabilité ministérielle ne permet à personne de résoudre des problèmes à la fois techniques et politiques. La livre atteint deux cent cinquante francs. L'inflation se développe. Poincaré, l'homme qui inspire confiance aux épargnants, prend la relève (juill. 1926) pour la troisième phase, dite d'Union nationale, à laquelle se rallient les radicaux ; s'y retrouvent, à côté d'Herriot et de Painlevé, Tardieu, Briand, Louis Marin. Ce ministère reçut les pouvoirs spéciaux, si souvent refusés aux précédents gouvernements. Ayant rétabli la confiance (rapatriement des capitaux) et officialisé la dévaluation de fait du franc, il remporte un triomphe aux élections de 1928. Cette « majorité poincariste » marquait la fin du Cartel des gauches.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)  » est également traité dans :

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure au sein de la SFIO. Mai 1924 Le Cartel des gauches, […] Lire la suite

HERRIOT ÉDOUARD (1872-1957)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 809 mots

Homme politique français, figure de la III e  République, puis de la IV e . Démocratie parlementaire, liberté de la presse et de réunion, liberté syndicale à ses débuts, libéralisme économique, liberté de pensée et laïcité : ces principes, qu'il défendit toute sa vie, résument le credo politique d'une autre époque. Né à Troyes (Aube) le 5 juillet 1872, Édouard Herriot fut un orateur de grand talen […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'échec de la prépondérance française (1919-1924) »  : […] Le 11 novembre 1918, la France était victorieuse, mais exsangue, dévastée, ruinée. Elle recouvrait l'Alsace-Lorraine, mais la disparition de 1 390 000 habitants victimes de la guerre affaiblissait une nation au capital humain déficient. La richesse s'était dissipée. L'Allemagne, unie, plus peuplée, plus productive, dominait toujours virtuellement le continent. À l'Est, c'était l'attraction du tour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « CARTEL DES GAUCHES (1924-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-des-gauches/