LES RÉPUBLICAINS, parti politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parti politique français.

« Les Républicains » est le nom choisi par Nicolas Sarkozy pour donner à l’U.M.P. un nouveau souffle en 2015. À la suite de son élection à la présidence de l’U.M.P. en novembre 2014, il renoue en effet avec la tradition des partis gaullistes qui se sont succédé depuis la Libération : à nouvel homme, à nouvelle situation, à nouvelle époque doit correspondre un nouveau nom de parti. Rassemblement du peuple français (1947), Union pour la défense de la République (1968), Rassemblement pour la République (1976), Union pour la majorité présidentielle (2002), puis Union pour un mouvement populaire, ces appellations diverses (parmi d’autres) ont au moins eu en commun de signaler qu’on n’était pas tout à fait un parti, mais un rassemblement, une union dépassant les clivages partisans. La dénomination « Les Républicains » correspond indiscutablement à cette longue tradition, d’autant qu’à la suite de l’U.M.P. le parti regroupe des sensibilités qui vont de la droite libérale au centre droit, en passant par les héritiers du gaullisme. Les acronymes ayant cessé d’être à la mode pour désigner les grandes entreprises, il était naturel que Nicolas Sarkozy choisisse lui aussi un mot marquant pour désigner le parti censé le mener une deuxième fois à la tête de l’État en 2017. En mai 2015, doté de nouveaux statuts, l’U.M.P. adopte officiellement la nouvelle dénomination. Cela ne se fait ni sans quelques grincements de dents, essentiellement à gauche, ni sans un recours en justice (non suivi d’effet), en juin et en septembre 2015, visant à empêcher une « appropriation du bien commun » que constitue selon les plaignants l’utilisation du nom « Les Républicains ».

(Voir également U.M.P.)

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LES RÉPUBLICAINS, parti politique  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Un bilan en demi-teinte »  : […] Son charisme, l’absence de scandale dans sa vie privée comme publique font de Barack Obama une référence pour la société américaine. Pourtant, son bilan est en demi-teinte. Sa volonté de réforme est réelle mais elle se heurte à l’opposition résolue des républicains, majoritaires à la Chambre des représentants à partir de 2010 et dans les deux chambres à partir de 2014, et ses échecs ont contribué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_56473

FRANCE - L'année politique 2018

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 493 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une droite française qui se cherche »  : […] Malmené dans les sondages, le parti Les Républicains (LR) semble payer le prix du manque de clarté de sa ligne idéologique qui chasse trop, aux goûts de certains, sur les terres de l’extrême droite. Son président Laurent Wauquiez est de plus en plus contesté à l’intérieur du parti pour ses discours eurosceptiques, sa critique de la politique migratoire française et européenne, et sa défense des v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2018/#i_56473

FRANCE - L'année politique 2017

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 343 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La droite française fracturée »  : […] En novembre 2016, les primaires de la droite et du centre avaient révélé les profondes divisions des Républicains. Celles-ci perdurent plus que jamais après la présidentielle. En décembre, l’élection au premier tour, avec plus de 74 p. 100 des suffrages exprimés, de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains consacre la victoire d’une ligne politique très marquée à droite (sur l’Europe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2017/#i_56473

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 158 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une droite divisée, mais une primaire réussie »  : […] L’état de division de la droite est largement comparable à celui de la gauche. Les primaires de la droite et du centre, organisées les 20 et 27 novembre, ont exposé ces fractures aussi bien en matière de valeurs dites « sociétales » que de politique économique et sociale, d’immigration et d’Europe. La politique à adopter envers la Russie après l’invasion d’une partie de l’Ukraine, l’annexion de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2016/#i_56473

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 369 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une opposition désunie »  : […] Malgré les progrès électoraux de la droite aux élections départementales et, dans une moindre mesure, régionales, l’opposition a du mal à définir un projet susceptible de la rassembler. L’alliance du parti Les Républicains (ex-U.M.P.), de l’U.D.I et du MoDem aux élections départementales et régionales cache mal les désaccords qui la fissurent. Au mois de mai, le nouveau nom de l’U.M.P., rebaptisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2015/#i_56473

SARKOZY NICOLAS (1955- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE, 
  • Universalis
  •  • 1 644 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La présidence et après »  : […] En novembre 2006, Nicolas Sarkozy présente officiellement sa candidature à l'élection présidentielle de mai 2007. À cinquante-deux ans, l'homme pressé devient le nouveau président de la République, avec 53,06 p. 100 des suffrages exprimés contre 46,94 p. 100 pour la candidate socialiste, Ségolène Royal. Sa première candidature aura été la bonne . Le président de la République imprime immédiatement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-sarkozy/#i_56473

U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON, 
  • Universalis
  •  • 3 333 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Courants internes et idéologie »  : […] Depuis l'élection présidentielle de 2007 , le poste de président a été supprimé, probablement parce que le parti est directement contrôlé depuis l'Élysée et que la mise en place d'un nouveau président a été considérée comme risquant de construire une légitimité pour un virtuel opposant. L'U.M.P. a donc voulu mettre en place une direction collégiale, autour de deux pôles, exécutif et législatif. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-pour-un-mouvement-populaire/#i_56473

Pour citer l’article

« LES RÉPUBLICAINS, parti politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-republicains-parti-politique/