RALLIEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de « ralliement » fut donné à la nouvelle direction politique que Léon XIII indiqua aux catholiques français en les engageant à accepter le régime républicain. Les prodromes du ralliement datent des années 1879-1880. Lorsque les républicains, parvenus au pouvoir, commencèrent à appliquer leur programme de laïcisation, le Saint-Siège conseilla à certains leaders catholiques d'abandonner tactiquement l'opposition anticonstitutionnelle pour mieux défendre les intérêts religieux. Mais le loyalisme à l'égard du régime parut impossible aux membres des partis dynastiques, non seulement en raison de leur fidélité à la monarchie ou à l'Empire, mais parce qu'ils estimaient illusoire de prétendre dissocier en France le régime républicain du programme laïque. Leur défaite électorale récente pouvait d'ailleurs ne pas être tenue pour irréversible. Cette position était généralement celle de la hiérarchie ecclésiastique et de l'électorat catholique, traditionnellement attachés à un ordre conservateur à la fois politique et religieux. Le ralliement entra dans sa phase décisive en 1890, à la suite d'une évolution de la conjoncture nationale et internationale. L'échec du boulangisme en France et l'écrasement de la droite aux élections venaient de porter un coup apparemment décisif aux espoirs dynastiques. Du côté républicain, le triomphe des opportunistes et l'élimination des radicaux les plus exigeants semblaient offrir ses chances à une politique modérée. Sur le plan international, l'échec des négociations engagées par le Vatican avec les États membres de la Triplice pour trouver une solution à la question romaine désignait la France comme le seul recours possible, à condition toutefois que la majorité parlementaire fût favorable à un appui diplomatique de ce genre. Léon XIII décida donc de faire une nouvelle tentative, dont les objectifs seraient les suivants : clarifier tout d'abord la question doctrinale en faisant mieux comprendre la distinction qu'il avait déjà énoncée entre la constitution et la législation ; faire entendre, d'autre part, aux partis dynastiques qu'ils n'avaient pas reçu mandat d'assurer selon leurs vues propres la défense de l'Église ; ouvrir la voie enfin à la formation d'un grand parti conservateur qui rassemblerait catholiques et républicains modérés. Le pape confia au cardinal Lavigerie, archevêque d'Alger et de Carthage, la mission de lancer le mouvement, ce que fit celui-ci en prononçant à Alger, le 12 novembre 1890, un toast dont l'effet fut considérable sur l'opinion publique (X. de Montclos, Le Toast d'Alger, 1966). Le 16 février 1892, Léon XIII confirma cet appel par l'encyclique Inter innumeras sollicitudines (Au milieu des sollicitudes).

Si le ralliement marqua une étape doctrinale dans l'histoire du catholicisme français, par contre, comme opération politique, il se solda dans l'immédiat par un échec. La plupart des leaders contestèrent au Vatican le droit de leur dicter la conduite à suivre dans les affaires temporelles et furent encouragés dans leur refus par l'attitude temporisatrice de la plupart des évêques de France. Certains admirent que le pape avait le droit de dégager le catholicisme des forces dynastiques, mais, refusant de se rallier à la République, se retirèrent (Charles Chesnelong, Émile Keller). Un petit nombre suivit la directive de Léon XIII (Albert de Mun, Jacques Piou). Les ralliés n'obtinrent que de médiocres résultats aux élections de 1893. Un certain reclassement des forces politiques s'opéra cependant et permit de dégager une nouvelle majorité favorable à un apaisement religieux. L'affaire Dreyfus mit fin, dès 1898-1899, aux espoirs qu'avait pu faire naître cet « esprit nouveau ».

Certains historiens emploient l'expression de second ralliement pour désigner l'orientation donnée par les papes Benoît XV et Pie XI aux relations de l'Église et de la République française après la Première Guerre mondiale (Harry Paul, The Second Ralliement Between Church and State in France in the Twentieth Century, 1967). Les aspects les plus marquants du second ralliement sont le rétablissement des relations diplomatiques entre Paris et le Vatican (1921) et la condamnation de l'Action française ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RALLIEMENT  » est également traité dans :

LEMIRE JULES AUGUSTE (1853-1928)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MAYEUR
  •  • 734 mots

Né à Vieux-Berquin, près d'Hazebrouck, dans une famille de fermiers, Jules Lemire étudie au collège Saint-François d'Hazebrouck puis au grand séminaire de Cambrai ; il est ordonné prêtre en 1878. Professeur de philosophie et de rhétorique au collège Saint-François d'Hazebrouck pendant quinze ans, catholique intransigeant, légitimiste, il évolue à partir de 1883. Il souhaite l'acceptation par l'Égl […] Lire la suite

MUN ALBERT DE (1841-1914)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 374 mots

Homme politique et dirigeant catholique français. Officier de carrière, Albert de Mun est fait prisonnier en 1870 ; la captivité l'amène à réfléchir aux causes de la défaite, et la Commune à mesurer la désorganisation sociale : « Entre ces révoltés et la société légale dont nous étions les défenseurs, un abîme nous apparut. » Il fonde alors, avec M. Maignen et La Tour du Pin, l'Œuvre des cercles c […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La « question sociale », l'« apaisement » et l'alliance russe (1890-1898) »  : […] Le boulangisme avait révélé le trouble profond du pays, né des inquiétudes nationales et du malaise social. La France se sentait isolée devant la menace allemande. Désormais, la droite reprendra à son compte un nationalisme dont le soutien à l'armée et aux entreprises coloniales sont les thèmes majeurs. Le boulangisme a été, à sa façon, un « pré-socialisme ». Après lui, le socialisme révèle sa pui […] Lire la suite

Les derniers événements

21 mai 2021 Espagne. Élection de Pere Aragonès à la présidence de la Catalogne.

Les indépendantistes d’extrême gauche de la Candidature d’unité populaire (CUP) conditionnent leur ralliement à l’engagement de Pere Aragonès à se soumettre à un vote de confiance dans un délai de deux ans. Pere Aragonès promet une « confrontation civique et pacifique » avec « l’État espagnol ».  […] Lire la suite

11 mars 2021 Hongrie – Pologne – Union européenne. Recours de Budapest et Varsovie devant la Cour de justice.

Les « États frugaux » (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche) en avaient fait une condition de leur ralliement au principe d’un endettement commun pour financer le plan de relance de 750 milliards d’euros adopté en décembre 2020 en vue de faire face aux effets économiques de la pandémie de Covid-19. […] Lire la suite

9 octobre 2020 Chine. Ralliement de Pékin à l'initiative Covax.

Le ministère des Affaires étrangères annonce la décision de Pékin de rejoindre l’initiative Covax (Covid-19 Vaccine Global Access) lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en vue de financer l’accès des pays pauvres au vaccin contre le coronavirus. Bien que la Chine ait conclu des accords bilatéraux avec plusieurs pays africains et asiatiques, le président Xi Jinping avait déclaré en mai que les vaccins chinois constitueraient un « bien public mondial ». […] Lire la suite

14-16 juillet 2020 Biélorussie. Ralliement de l'opposition à la candidature de Svetlana Tikhanovskaïa à l'élection présidentielle.

Le 14, alors que le pouvoir est la cible d’un mouvement de contestation depuis mai, la commission électorale rejette la candidature de Viktor Babaryko à l’élection présidentielle, dénonçant des « incohérences » dans sa déclaration de revenus et la « participation d’une organisation étrangère » au financement de sa campagne. Elle invalide également la candidature de l’ancien diplomate et homme d’affaires Valery Tsepkalo. […] Lire la suite

2-26 mars 2020 Israël. Troisièmes élections législatives en moins d'un an.

Le 16, le président Reuven Rivlin charge Benny Gantz de mener des discussions en vue de la formation d’un gouvernement, après que celui-ci a obtenu le ralliement de la Liste unifiée et d’Israel Beitenou. De son côté, Benyamin Nétanyahou propose la formation d’un gouvernement d’« urgence nationale » pour gérer la crise sanitaire. Le 18, le président de la Knesset Yuli Edelstein ajourne la première session de la nouvelle assemblée, ce qui reporte l’élection de son successeur et empêche la majorité parlementaire rassemblée par Benny Gantz de voter une loi interdisant aux personnes inculpées de briguer la fonction de Premier ministre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier de MONTCLOS, « RALLIEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ralliement/