PREMINGER OTTO (1906-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un éclectisme trompeur

Il n'est pas exagéré de penser que Preminger a accompli la première partie de son programme. Mais le démocrate engagé, adversaire de toutes les censures, ne va pas se contenter du statut d'incontestable cinéaste de studio. Preminger incarne à cet égard l'esprit d'indépendance qui anime la part éclairée du cinéma américain de son temps, représentée par Wilder, Kazan, Stevens ou Mankiewicz. Se libérant peu à peu de la tutelle du studio, devenant son propre producteur, Preminger aborde plusieurs sujets tabous, qui constituent autant d'entorses au code de production mis en place par la profession cinématographique en 1934. Il évoque ainsi la virginité féminine (La lune était bleue, 1953), la liberté d'expression dans l'armée (Condamné au silence, 1955) ou l'addiction à l'héroïne (L’Homme au bras d’or, 1955). L'époque ne l'empêche pas de donner dans le divertissement de grande qualité, comme l'attestent les deux productions de 1954 : Rivière sans retour (avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe) et Carmen Jones, magnifique adaptation de l'opéra de Bizet avec Dorothy Dandridge (une des « fiancées » du cinéaste) et une distribution intégralement afro-américaine. Toujours intéressé par les actrices, Preminger « découvre » Jean Seberg avec qui il réalise en 1957 et en 1958 deux autres œuvres dont l'importance sera surtout reconnue par la critique française : Sainte Jeanne (d'après G. B. Shaw) et l'adaptation de Bonjour Tristesse. Jean-Luc Godard n'a jamais caché ce que le personnage de Patricia dans À bout de souffle, interprété par la jeune actrice américaine, devait à celui de Cécile dans le film de Preminger − et Godard d'inscrire la Nouvelle Vague dans une relation d'héritage et de filiation avec le cinéma américain. Autopsie d’un meurtre (1959) reste à cet égard − avec Rio Bravo et La Mort aux trousses − un des moments d'accomplissements du classicisme hollywoodien [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  PREMINGER OTTO (1906-1986)  » est également traité dans :

LAURA, film de Otto Preminger

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 989 mots
  •  • 1 média

Européen d'Hollywood, Otto Preminger (1906-1986) a gagné les États-Unis en 1935 pour y traiter avec aisance et lucidité de différents problèmes de société tels que la drogue, avec L'Homme au bras d'or (The Man with the Golden Arm, 1955), la justice, avec A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laura/#i_17458

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un changement de regard »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, même si les Noirs n’accèdent pas aux droits auxquels ils aspiraient, leur image dans les films des grands studios se modifie. Le racisme est évoqué ouvertement par Elia Kazan dans L’Héritage de la chair ( Pinky , 1949) ou Joseph L. Mankiewicz avec La po rte s’ouvre (No Way Out , 1950). Ce ne sont là que des premiers pas : seuls des Blancs dévoyés ou psychotiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_17458

DANDRIDGE DOROTHY (1922-1965)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 419 mots

Chanteuse et actrice américaine, Dorothy Dandridge fut la première Noire à être nommée pour l'oscar de la meilleure interprète féminine. Née le 9 novembre 1922 à Cleveland, dans l'Ohio, Dorothy Jean Dandridge est la fille d'un pasteur et d'une artiste de music-hall et comédienne qui, après s'être installée à Los Angeles, connaît un certain succès à la radio et, plus tard, à la télévision. La jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dorothy-dandridge/#i_17458

SEBERG JEAN (1938-1979)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 532 mots

Dans les années 1930 et 1940, les conventions hollywoodiennes voulaient que les grands classiques de la littérature ( Roméo et Juliette , La Dame aux camélias , Les Hauts de Hurlevent ) fussent interprétés par les grands acteurs de l'époque, même s'ils avaient largement dépassé l'âge du rôle. Le metteur en scène Otto Preminger est l'un des premiers à enfreindre cette règle lorsqu'il engage, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-seberg/#i_17458

TIERNEY GENE (1920-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 946 mots
  •  • 2 médias

Si le titre d'un chef-d'œuvre indiscuté du film noir –  Laura , d'Otto Preminger– vient immédiatement à l'esprit lorsque l'on évoque le nom de Gene Tierney, d'autres suivent immédiatement, signés des plus grands réalisateurs américains : Fritz Lang, Josef von Sternberg, Ernst Lubitsch, John M. Stahl, Joseph L. Mankiewicz... Mais c'est plutôt son visage, ses pommettes saillantes, son regard perçant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gene-tierney/#i_17458

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « PREMINGER OTTO - (1906-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-preminger/