MITCHUM ROBERT (1917-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sa légendaire impassibilité, ses yeux tombants, sa fossette au menton et sa carrure massive font partie de l'iconographie hollywoodienne des années 1940 et 1950. Le film de guerre, le film noir et le western se partagent l'essentiel d'une carrière qui comporte également son lot de comédies et de mélodrames. Mais, malgré cette diversité, on a l'impression que Robert Mitchum a toujours joué le même personnage. Qu'il interprète un séducteur laconique ou un monstre terrifiant, comme dans Les Nerfs à vif (Cape Fear de Jack Lee Thompson, 1962), il arbore le même sourire sarcastique, le même regard insomniaque, la même lassitude congénitale. Jamais le « mystère » Mitchum n'est apparu de façon aussi complète, ambiguë et grandiose que dans le rôle de sa vie : le pasteur illuminé de La Nuit du chasseur de Charles Laughton (1955).

L'Enfer des tropiques

Photographie : L'Enfer des tropiques

Photographie

Rita Hayworth, Jack Lemmon et Robert Mitchum lors du tournage de L'Enfer des tropiques, en 1956. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La Nuit du chasseur et l'ambivalence

Photographie : La Nuit du chasseur et l'ambivalence

Photographie

Dans La Nuit du chasseur (Charles Laughton, 1955), Robert Mitchum incarne un faux pasteur en chasse d'un trésor conservé par deux enfants. Le « Hate » et le « Love » tatoués sur le dessus de ses mains illustrent bien l'ambivalence attribuée souvent au chasseur : haine et amour du... 

Crédits : Everett Collection/ D.R.

Afficher

D'une enfance sans père, Robert Mitchum nourrira sans doute inconsciemment, durant tout son parcours, une thématique de la paternité désirée ou refusée, qui livre également la clé de ses rapports romanesques avec les personnages féminins. Né à Bridgeport (Conn.), il vit une adolescence perturbée et délinquante, puis une jeunesse instable faite de « jobs » transitoires (y compris boxeur et videur de boîte de nuit), avant de se marier et de se « stabiliser » comme mécanicien. En 1942, Mitchum découvre le théâtre amateur et décroche une multitude de petits rôles au cinéma, comme cow-boy, truand ou soldat. C'est ce dernier emploi qui le sort de l'anonymat, grâce à un saisissant film de guerre signé William Wellman, Les Forçats de la gloire (The Story of G.I. Joe, 1945).

En 1947, Mitchum est l'un des trois soldats suspects de Feux croisés d'Edward Dmytryk, puis interprète deux rôles majeurs : le fuyard obsédé par un traumatisme d'enfance dans le western tragique de Raoul Walsh, La Vallée de la peur (Pursued), et le gara [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

L'Enfer des tropiques

L'Enfer des tropiques
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Nuit du chasseur et l'ambivalence

La Nuit du chasseur et l'ambivalence
Crédits : Everett Collection/ D.R.

photographie

La Griffe du passé, de J. Tourneur, 1947

La Griffe du passé, de J. Tourneur, 1947
Crédits : 1947 RKO Radio Pictures Inc./ Collection privée

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre du comité de rédaction de la revue Positif, critique et producteur de films

Classification

Autres références

«  MITCHUM ROBERT (1917-1997)  » est également traité dans :

LA NUIT DU CHASSEUR, film de Charles Laughton

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 931 mots

Dans le chapitre « Expressionnisme visuel »  : […] Pourtant très mal accueilli à sa sortie, le film étonne par sa singularité visuelle et son homogénéité de style. Il bénéficie d'un travail photo exemplaire du chef opérateur Stanley Cortez, déjà réputé pour ses collaborations passées avec Fritz Lang et Orson Welles. Cortez innovera en utilisant une nouvelle pellicule tri-X, très contrastée, lui permettant de reconstituer en studio l'atmosphère go […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le film noir »  : […] Si le serial du cinéma muet s'inspirait de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc, c'est à une autre source que puise le film policier américain entre 1940 et 1955 : Dashiell Hammett, James Cain, Raymond Chandler, William Irish, ou Hemingway. Parmi les scénaristes qui travaillent à Hollywood : Steinbeck, Faulkner et Mac Coy. Sous leur impulsion, le genre prend un nouveau visage. C'est avec Le Fauc […] Lire la suite

Pour citer l’article

N.T. BINH, « MITCHUM ROBERT - (1917-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mitchum/