DIX OTTO (1891-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une guerre à l'autre

Obsédé par le thème de la guerre, Otto Dix y revient encore de 1934 à 1936, attelé à une toile de grand format, Flandres (Staatliche Museen Preussischer Kulturbesitz, Berlin), inspirée par sa lecture de Feu (1916), le roman d'Henri Barbusse. Trois soldats au premier plan, blottis l'un contre l'autre, avec un champ de ruines sur le fond et un ciel crépusculaire. Toutefois deux types de peinture, où il masque son opposition au nazisme, lui servent de refuge dans l'« émigration intérieure », qu'il s'est choisie. D'une part, des allégories sur des thèmes bibliques, comme Les Sept Péchés capitaux en 1933 (Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe), La Tentation de saint Antoine en 1944 (fondation Otto Dix, Vaduz, Lichtenstein), Loth et ses filles en 1939, collection particulière. D'autre part, des dessins ou tableaux de paysage contredisant les critères d'harmonie et de paix cosmiques que les nazis exaltent en se référant au peintre romantique Caspar David Friedrich, selon eux représentatif de « l'âme allemande ». Dix suggère au contraire, à travers Le Cimetière juif de Randegg (Saarlandmuseum Saarbrücken, Allemagne) en 1935, Randegg sous la neige avec corbeaux en 1935 (Fondation Otto Dix, Vaduz, Lichtenstein), Glace qui se brise avec arc-en-ciel à Steckborn en 1940 (Museum zu Allerheiligen, Schaffhausen, Suisse), que la nature, loin d'être harmonieuse, est pénétrée d'un drame latent.

En février 1945, à la suite d'une dénonciation, Otto Dix est enrôlé dans les troupes territoriales de réserve. Deux mois plus tard, il est fait prisonnier par les troupes françaises en Forêt-Noire. Enfermé dans un camp près de Colmar, il n'est libéré qu'en février 1946. Retrouvant sa famille et ses activités à Hemmenhofen, il renoue avec les expositions. Dans un élan d'affranchissement, il jette par-dessus bord les entraves du « métier », désireux d'abandonner, dit-il, les procédés de « camelote » qu'il a empruntés à la Renaissance. Plus de peinture au glacis. Aspirant à se retremper dans son état d'esprit anticonformiste [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIX OTTO (1891-1969)  » est également traité dans :

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Images du pouvoir, pouvoir des images »  : […] Progressivement abolie dans ses formes historiques dans la plupart des États libéraux modernes, la censure n'a pour autant pas disparu. Elle réapparaît avec force lors de crises politiques graves : de 1914 à 1919, de 1939 à 1945, puis lors des guerres de décolonisation. Les belligérants décrètent l'état d'urgence et instaurent sur toute forme d'expression jugée antipatriotique un contrôle sévère, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/censure-art/#i_15654

LES DÉSASTRES DE LA GUERRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’image à l'épreuve des guerres »  : […] Le parcours débute avec les guerres napoléoniennes : moment charnière où la peinture héroïque et la glorification du sacrifice pour la patrie (Antoine Jean Gros, Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, le 9   février 1807 ) font place à l’accent mis sur la douleur individuelle et anonyme, l’effondrement (Théodore Géricault, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-desastres-de-la-guerre/#i_15654

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-objectivite/#i_15654

Voir aussi

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « DIX OTTO - (1891-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-dix/