DIX OTTO (1891-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un réalisme critique

Mais la provocation n'a qu'un temps. Otto Dix amorce une autre étape. Il évolue vers une représentation de la vie dans sa « vérité », vers « l'ordre froid » d'une Nouvelle Objectivité, plus spécifiquement vers le réalisme incisif du « vérisme ». Ces noms, dans la presse, désignent les courants qui succèdent aux « désordres » de l'expressionnisme et du mouvement dada. À travers une forme soignée, prouvant qu'il domine parfaitement le « métier », Dix s'impose comme un éminent portraitiste (La Journaliste Sylvia von Harden, 1926, Centre Georges-Pompidou, Musée national d'art moderne de Paris). En outre, il aborde, à l'opposé de ce qui pourrait être attendu d'un pareil savoir-faire, les sujets les plus triviaux, ou les plus dérangeants pour les élites politiques : mutilés dans les rues (Le Marchand d'allumettes I, 1920, galerie de la Ville, Stuttgart), vieillards, mendiants, prostituées (le triptyque Grande Ville, 1927-1928, galerie de la Ville, Stuttgart).

Il déclenche également des polémiques avec un immense tableau, La Tranchée, attraction de la réouverture du musée de Cologne, le 1er décembre 1923. Afin d'éviter une forte émotion aux visiteurs, ce tableau n'a pas été accroché à l'entrée, mais au premier étage, derrière un rideau. Une besogne « à vomir », dénonce Julius Meyer-Graefe, célèbre historien d'art. Le tribunal est saisi de l'affaire, et Dix est acquitté lors du procès pour atteinte au moral de la nation. Toutefois, le musée doit se séparer de La Tranchée, œuvre estimée trop choquante dans une institution publique.

En 1933, c'est en invoquant l'immoralité de ses dessins et tableaux de guerre que les autorités nazies le suspendent du poste d'enseignant qu'il occupe, depuis 1927, à l'École des beaux-arts de Dresde. En 1934, lui est notifiée l'interdiction d'exposer. Dans les musées, ses tableaux sont mis à l'écart. En 1937, à Munich, ils sont exhibés pour stigmatiser les « monstruosités » de l'art dit « dégénéré ». Plusieurs sont brûlés en mai 1936 et en mars 1939, dont vraisemblablement La Tranchée, qui n'a jamais été retrouvé.

Pour contour [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIX OTTO (1891-1969)  » est également traité dans :

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Images du pouvoir, pouvoir des images »  : […] Progressivement abolie dans ses formes historiques dans la plupart des États libéraux modernes, la censure n'a pour autant pas disparu. Elle réapparaît avec force lors de crises politiques graves : de 1914 à 1919, de 1939 à 1945, puis lors des guerres de décolonisation. Les belligérants décrètent l'état d'urgence et instaurent sur toute forme d'expression jugée antipatriotique un contrôle sévère, […] Lire la suite

LES DÉSASTRES DE LA GUERRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’image à l'épreuve des guerres »  : […] Le parcours débute avec les guerres napoléoniennes : moment charnière où la peinture héroïque et la glorification du sacrifice pour la patrie (Antoine Jean Gros, Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, le 9   février 1807 ) font place à l’accent mis sur la douleur individuelle et anonyme, l’effondrement (Théodore Géricault, Cuirassier blessé quittant le feu , 1814). La deuxième section concern […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

République fédérale d'Allemagne. Remplacement du chancelier Helmut Schmidt par Helmut Kohl. 1er septembre - 1er octobre 1982

Le 1er, le chancelier Helmut Schmidt critique, au cours du Conseil des ministres, le comportement des ministres libéraux de son gouvernement. Ceux-ci, en particulier le ministre de l'Économie Otto Lambsdorff, envisagent ouvertement un changement de coalition : le parti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « DIX OTTO - (1891-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-dix/