Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OPÉRA Les techniques d'écriture

L'histoire

L'histoire a retenu comme période de naissance de l'opéra la fin du xvie siècle, lorsqu'une conjonction heureuse a fait se rencontrer les traditions des spectacles établis avec les discussions nouvelles sur la déclamation de textes poétiques, rythmée et accentuée à l'imitation des Anciens. Que l'on étudie les intermèdes italiens, tels ceux de La Pellegrina (1589), ou les ballets dansés à la cour de France, comme le Ballet comique de la reine (1581), on y retrouve la juxtaposition d'ensembles choraux d'écriture polyphonique harmonique ou contrapuntique, d'ensembles instrumentaux avec luths, violons et hautbois, de fragments poétiques non chantés (« les vers galants ») ou chantés par des solistes s'accompagnant au luth ou au théorbe, par exemple. Et les fervents de la Camerata Fiorentina qui, dans les années 1590, discutaient autour du comte de Vernio sur les pouvoirs expressifs du récit ne faisaient que compléter la panoplie des ressources avec lesquelles allaient désormais jouer les compositeurs d'opéras, constituant ainsi le vocabulaire de base de l'œuvre lyrique : récitatif, airs, chœurs et symphonies. L'engouement aidant, le « récit » devint l'élément de prédilection pour la recherche de l'expression lyrique, et les premiers opéras, basés sur la fable d'Orphée, tels les Euridice de Jacopo Peri et de Giulio Caccini, tous deux de 1600, sont constitués essentiellement de « récits » confiés à un personnage soliste accompagné d'instruments réalisant des harmonies, souvent recherchées, capables de traduire l'« émotion » dégagée par le mot ou par le sens du texte, étant convenu que son intelligibilité devait rester entière. Les surprenantes modulations harmoniques qui soutiennent le célèbre récit de la messagère décrivant la mort d'Eurydice, piquée par un serpent, restent les modèles du pouvoir émotionnel du récit, malgré la menace de monotonie si ce débit poético-musical permanent n'était entrecoupé d'épisodes contrastés. En ce sens, l'œuvre dramatique de Monteverdi, de l'Orfeo de 1607 au Couronnement de Poppée de 1642, pose les bases de ce que seront les composants techniques du drame lyrique en Europe pendant trois siècles. La partition de l'Orfeo contient une fanfare qui annonce l'œuvre ; un motif de ritournelle introductive qui réapparaîtra régulièrement au cours de l'ouvrage ; des scènes vocales de structure strophique avec refrain instrumental ; des récits accompagnés, avec modulations hardies pour créer une tension dramatique et lyrique sur les mots signifiants ; des airs ornés pour solistes, colorés par des timbres instrumentaux diversifiés ; des chœurs à l'écriture verticale (utilisant l'accord comme matériau) ou en imitation (reproduisant successivement une petite cellule mélodique et rythmique) ; des symphonies instrumentales ayant fonction descriptive, expressive ou de liaison entre les épisodes dramatiques ; autant d'éléments qui deviendront aussitôt les prototypes de structuration d'une œuvre lyrique.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur titulaire de la chaire d'histoire de la musique et de musicologie au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Les Noces de Figaro

Les Noces de Figaro

Autres références

  • NAISSANCE DE L'OPÉRA

    • Écrit par Christian MERLIN
    • 224 mots

    Quand et où faire commencer l'histoire de l'opéra ? La date de 1600et la ville de Florence semblent le mieux correspondre à un acte de naissance. Le xvie siècle n'avait connu que des ébauches de théâtre musical : dans les fêtes princières et les chants de carnaval, le spectacle avait...

  • NAISSANCE DE L'OPÉRA - (repères chronologiques)

    • Écrit par Christian MERLIN
    • 314 mots

    Vers 1550 Emilio de' Cavalieri naît à Rome.

    20 août 1561 Jacopo Peri naît à Rome ou à Florence.

    1581 Publication à Florence du traité de Vincenzo GalileiDialogo della musica antica e della moderna en faveur du chant soliste accompagné.

    1598 Dafne de Jacopo Peri, sur un livret d'Ottavio...

  • L'OPÉRA DE QUAT'SOUS (B. Brecht et K. Weill)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 338 mots
    • 1 média

    Le 31 août 1928, Die Dreigroschenoper (L'Opéra de quat' sous), « pièce avec musique » en un prologue et trois actes de Kurt Weill sur un livret de Bertolt Brecht, est créé au Theater am Schiffbauerdamm de Berlin. L'Opéra de quat' sous et Grandeur et décadence de la...

  • ADAMS JOHN (1947- )

    • Écrit par Patrick WIKLACZ
    • 1 969 mots
    • 3 médias
    L'œuvre la plus connue de John Adams est l'opéra Nixon in China (créé au Houston Grand Opera le 22 octobre 1987). Minimaliste et parfois proche de Stravinski, l'ouvrage a bénéficié de la collaboration du metteur en scène Peter Sellars et de l'écriture d'Alice Goodman. De cet...
  • ADLER KURT HERBERT (1905-1988)

    • Écrit par Universalis
    • 464 mots

    Le chef d'orchestre Kurt Adler, directeur de l'Opéra de San Francisco, fit de ce dernier l'une des plus grandes scènes lyriques des États-Unis.

    D'origine autrichienne, Kurt Herbert Adler voit le jour le 2 avril 1905, à Vienne. Formé à l'Académie de musique, au conservatoire...

  • AIR, musique

    • Écrit par Michel PHILIPPOT
    • 3 278 mots

    Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue...

  • Afficher les 586 références

Voir aussi