ADAMS JOHN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La musique de John Adams ne laisse pas indifférent : elle a souvent irrité, mais son pouvoir de séduction s'est affirmé, car ce créateur américain parvient à conjuguer avec habileté des talents de compositeur, d'orchestrateur et de chef d'orchestre, mis au service d'une esthétique franchement postminimaliste à laquelle les esprits non sectaires ont bien du mal à résister. Sans doute faut-il aussi rechercher les raisons du succès de ses œuvres dans l'éclectisme et l'ouverture d'esprit qu'il a toujours manifestés : « J'ai été élevé dans une maison où l'on ne séparait pas Benny Goodman de Mozart », a-t-il déclaré.

John Adams

Photographie : John Adams

Le compositeur américain John Adams est surtout connu pour ses opéras, tel Nixon in China (1987). 

Crédits : Margaretta Mitchell

Afficher

Un champion des musiques nouvelles

John Coolidge Adams naît le 15 février 1947 à Worcester, dans le Massachusetts. Enfant, il travaille la clarinette avec son père et Felix Viscuglia, clarinettiste à l'Orchestre symphonique de Boston ; dès l'âge de dix ans, il prend des leçons de théorie et de composition. À l'université Harvard (1965-1971), il étudie la composition avec Leon Kirchner, Earl Kim, Harold Shapero, David Del Tredici et Roger Sessions ; à cette époque, il tient le pupitre de clarinettiste suppléant de l'Orchestre symphonique de Boston et dirige divers orchestres.

En 1971, il trouve un milieu idéal à ses activités, puisqu'il est nommé chef du département de composition du Conservatoire de San Francisco, où il va enseigner de 1972 à 1982. Edo De Waart, alors directeur musical de l'Orchestre symphonique de San Francisco, remarque ce professeur hors du commun et lui propose en 1978 un poste de conseiller musical pour les musiques nouvelles, puis de compositeur résident (1982-1985). Les options artistiques de John Adams marquent une profonde rupture avec l'académisme ambiant. Chef du New Music Ensemble du Conservatoire de San Francisco, créateur, avec De Waart, de la série, controversée, New and Unusual Music de l'Orchestre symphonique de San Francisco, il va faire connaître au public californien les avant-gardes européennes et américaines, programmant notamment des œuvres de John Cage, d'Elliott Carter, de Steve Reich et de l'étonnant Robert Ashley.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

John Adams

John Adams
Crédits : Margaretta Mitchell

photographie

Nixon in China, J. Adams

Nixon in China, J. Adams
Crédits : Robbie Jack/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ADAMS JOHN (1947- )  » est également traité dans :

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; Philip Glass le 31 janvier 1937, à Baltimore, dans le Maryland. […] Lire la suite

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 143 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Minimalisme « new age » »  : […] Reflet fidèle de l'évolution des styles musicaux, l'opéra n'a pas échappé au courant de la musique répétitive, mais force est de constater que les nébuleuses d'un Philip Glass ( The Voyage , 1992) créent surtout un statisme antidramatique, dont les épigones postmodernes sont encore moins convaincants ( Mary of Egypt de John Tavener, 1992). Résolument « branchées », les œuvres de Louis Andriessen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 juin - 1er juillet 1998 Royaume-Uni. Victoire des modérés à l'élection de l'Assemblée d'Irlande du Nord

Il est suivi par le Parti social-démocrate travailliste (catholique) de John Hume qui remporte 24 sièges. L'Alliance, mouvement modéré regroupant des catholiques et des protestants, obtient 6 députés. De son côté, le Sinn Fein (catholique) de Gerry Adams, branche politique de l'I.R.A., remporte 18 sièges. Le Parti démocratique unioniste (protestant) de Ian Paisley, hostile à l'accord de paix, a 20 élus. […] Lire la suite

1er-16 mai 1997 Royaume-Uni. Victoire travailliste aux élections législatives et nomination de Tony Blair comme Premier ministre

En Irlande du Nord, les unionistes remportent 13 sièges – dont 10 pour les modérés de David Trimble –, contre 5 pour les nationalistes (3 pour les modérés de John Hume et 2 pour le Sinn Fein de Gerry Adams, la branche politique de l'I.R.A.). Les nationalistes écossais et gallois obtiennent respectivement 6 et 4 députés ; un siège est détenu par un élu indépendant. […] Lire la suite

10-28 juin 1996 Royaume-Uni. Ouverture des négociations de paix en Ulster et intransigeance de l'I.R.A.

Le 10, les Premiers ministres britanniques et irlandais, John Major et John Bruton, inaugurent, à Belfast, les pourparlers de paix en Ulster qui doivent se dérouler sous la présidence de l'ancien sénateur américain George Mitchell – les délégués aux négociations ont été élus en mai. Les représentants du Sinn Fein, l'aile politique de l'Armée républicaine irlandaise (I. […] Lire la suite

30 mai 1996 Royaume-Uni. Élection des délégués d'Ulster aux négociations de paix

100 des voix et 24 sièges ; le Parti social-démocrate et travailliste de John Hume réalise un score médiocre, avec 21,4 p. 100 des voix et 21 élus ; les nationalistes du Sinn Fein de Gerry Adams progressent en obtenant 15 p. 100 des suffrages et 17 élus. Le taux de participation s'élève à 64,5 p. 100. Les autorités britanniques réaffirment que le Sinn Fein ne sera pas autorisé à participer aux négociations tant que l'I. […] Lire la suite

9-28 février 1996 Royaume-Uni – Irlande. Relance du processus de paix après la rupture du cessez-le-feu par l'I.R.A.

Le Premier ministre britannique John Major avait choisi de ne retenir du rapport de la commission Mitchell que la proposition annexe relative à l'élection d'une assemblée régionale chargée de préparer les négociations, à laquelle les nationalistes comme le gouvernement irlandais sont hostiles. Seuls les unionistes, dont les voix assurent à John Major une majorité aux Communes, y sont favorables. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick WIKLACZ, « ADAMS JOHN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-adams-1947/