MESSIAEN OLIVIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le créateur ne doit pas vieillir

En 1978, l'ensemble de l'œuvre d'Olivier Messiaen est exécutée presque intégralement lors d'un festival qui lui est consacré à Paris ; rarement compositeur aura été, de son vivant, l'objet d'une telle célébration, mais la maladie et une opération urgente privent Olivier Messiaen de la joie d'y assister. C'est également l'année où, ayant atteint l'âge de la retraite, il quitte sa classe de composition du Conservatoire national de Paris, mettant ainsi un point final à trente-sept années d'un enseignement inoubliable, dont Iannis Xenakis, l'un de ses anciens élèves, a pu écrire : « Ce fut une sorte de soleil qui illuminait la musique, celle du passé comme celle du futur, d'un éclairage généreux et plein d'amour, comme ces arcs-en-ciel de vitraux sonores qu'il chérissait. » Peut-être cette interruption, douloureuse pour un homme si naturellement pédagogue, était-elle nécessaire pour qu'il puisse mener à bien l'œuvre gigantesque commandée par Rolf Liebermann et entreprise en 1975 : Saint François d'Assise, opéra en trois actes, d'une durée de quatre heures, pour solistes, cent cinquante choristes, et grand orchestre, créé à l'Opéra de Paris le 28 novembre 1983 sous la direction de Seiji Ozawa. Olivier Messiaen en a composé lui-même le livret, en ajoutant des éléments originaux au montage qu'il a réalisé avec des extraits des Fioretti de saint François d'Assise et de différents textes concernant le saint ; le compositeur a également établi les projets de costumes et de décors. Ce travail monumental interrompit la rédaction du Traité du rythme, commencé pourtant depuis longtemps.

Ses deux sujets de prédilection, l'orgue et les oiseaux, occupent les dernières années de sa vie : il compose le Livre du saint sacrement (1984), les Petites Esquisses d'oiseaux (1985), Un vitrail et des oiseaux (1986). Avant de mourir, le 27 avril 1992, il rend hommage à Mozart avec Un sourire (1991) et écrit, pour le cent cinquantième anniversaire de l'Orchestre philharmonique de New York, Éclair sur l'au-delà (1992).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Olivier Messiaen

Olivier Messiaen
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Thème-statue

Thème-statue
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Thème-fleur

Thème-fleur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : compositeur, fondatrice et directrice artistique de l'Association pour la collaboration des interprètes et compositeurs

Classification

Autres références

«  MESSIAEN OLIVIER (1908-1992)  » est également traité dans :

MESSIAEN OLIVIER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 996 mots

10 décembre 1908 Olivier Eugène Prosper Charles Messiaen naît en Avignon ; sa mère est la poétesse Cécile Sauvage, auteur de L'Âme en bourgeon.Septembre 1931 Messiaen est nommé organiste titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de l'église de La Trinité, […] Lire la suite

TURANGALÎLÂ-SYMPHONIE (O. Messiaen)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 205 mots
  •  • 1 média

La Turangalîlâ-Symphonie est la plus importante œuvre pour orchestre d'Olivier Messiaen. Composée entre 1946 et 1948, elle est le fruit d'une commande de Serge Koussevitzky pour l'Orchestre symphonique de Boston, qui la crée […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le dodécaphonisme, la série de douze sons »  : […] L'idée à laquelle eut recours Schönberg dans la valse de ses Cinq Pièces pour piano op. 23 est celle qui consiste à utiliser, toujours dans le même ordre, sans omission ni répétition, chacune des douze notes de la gamme chromatique. Ce procédé excluait toute référence à une tonalité privilégiée (l'œuvre entière ne pouvait pas être plus tonale que ne l'est une gamme chromatique), garantissait une […] Lire la suite

BANCQUART ALAIN (1934- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 735 mots

Dans le chapitre « Pères spirituels  »  : […] Le souci premier d'Alain Bancquart est la grande forme : en d'autres termes, l'expansion temporelle libérée de la contrainte de la pulsation métrique traditionnelle, grâce à des processus d'écriture fondés sur ceux des compositeurs qui ont nourri sa réflexion : Bach, Beethoven, Schubert, Bruckner, Messiaen et Stockhausen. Bach, parce qu'il a conçu la trame contrapuntique de telle manière que les r […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 143 mots

26 mars 1925 Pierre Boulez naît à Montbrison (Loire). 1946 Boulez est nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault (il conservera ce poste jusqu'en 1955). Il compose la Première Sonate pour piano , la Sonatine , pour flûte et piano (commande de Jean-Pierre Rampal), et entame la composition du Visage nuptial , pour soprano, contralto, chœur de femmes et grand orchestre, su […] Lire la suite

DANIEL-LESUR DANIEL JEAN-YVES LESUR dit (1908-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 904 mots

Le nom de Daniel-Lesur reste associé à ceux d'Olivier Messiaen, André Jolivet et Yves Baudrier, avec lesquels il fonda le groupe Jeune France. Mais il fut aussi, au côté de Marcel Landowski, l'un des bâtisseurs de la vie musicale française à partir des années 1960. De son véritable nom Daniel Jean Yves Lesur, il naît à Paris le 19 novembre 1908. Entre 1919 et 1929, il fait ses études au Conservato […] Lire la suite

DAO NGUYEN-THIEN (1940-2015)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 026 mots

Le compositeur français d'origine vietnamienne Nguyen-Thien Dao occupe une situation unique dans le paysage sonore contemporain : il est, par sa culture, enraciné à la fois dans le monde oriental et dans le monde occidental, mais sa musique s'affirme comme celle d'un novateur indépendant. Nguyen-Thien Dao naît le 17 décembre 1940 (« à la pleine lune du onzième mois lunaire », selon ses propres par […] Lire la suite

DARMSTADT ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 021 mots

Dans le chapitre « L'esprit de Darmstadt »  : […] À la fin des années 1940, la plupart des compositeurs de cette génération vouèrent aux gémonies toute trace suspecte de post-romantisme et, par conséquent, Schönberg et Berg, mais encensèrent Webern, car ce dernier avait « compris » que le sérialisme ne pouvait se limiter aux hauteurs mais devait s'étendre aux autres paramètres du son : les compositeurs qui fréquentèrent Darmstadt éprouvèrent le […] Lire la suite

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les modes à transpositions limitées »  : […] Un autre système harmonique basé sur des modes plus ou moins chromatiques est celui d' Olivier Messiaen . Ces modes, au nombre de sept, ont été établis par lui en fonction d'une caractéristique qui leur est particulière : celle de n'admettre qu'un nombre limité de transpositions. Cela signifie que, lorsqu'on cherche à reproduire la succession d'intervalles qui leur est propre, en gravissant à chaq […] Lire la suite

JEUNE FRANCE GROUPE, musique

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 743 mots
  •  • 1 média

Les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale ont vu la plupart des compositeurs réagir contre les courants esthétiques qui avaient marqué la fin du xix e siècle et le début du xx e , essentiellement contre le wagnérisme et l'impressionnisme. Chacun à leur façon, Stravinski, Satie, le groupe des Six, Prokofiev ou Hindemith donnent alors naissance à une musique dépouillée de toute émotion q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole LACHARTRE, « MESSIAEN OLIVIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-messiaen/