ŒCUMÉNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution du Conseil œcuménique des Églises

Le Conseil œcuménique des Églises (C.O.E.) a subi, pour sa part, le contrecoup du piétinement postconciliaire. Certains de ses responsables avaient été des membres très actifs du Groupe mixte de travail, commission commune au Conseil œcuménique des Églises et à l'Église catholique. En 1971, ce groupe rédigea un document envisageant les modalités concrètes d'une participation de l'Église catholique au Conseil œcuménique. Rome refusa ce texte, suggérant qu'un rapprochement plus étroit à la base était nécessaire avant de franchir une nouvelle étape au sommet. Et, à partir de 1978, le pontificat de Jean-Paul II a prolongé cette ligne attentiste. Si le pape s'est déclaré, à plusieurs reprises, favorable à l'œcuménisme, il entendait surout par là manifester sa volonté de poursuivre le dialogue avec certaines confessions protestantes (anglicanisme et luthéranisme notamment) au détriment du rapprochement entre l'Église catholique et le Conseil œcuménique des Églises. Le compromis, réalisé en 1982, sur le baptême, l'eucharistie et le ministère n'a guère été suivi d'effets car, en fait, les divergences restent fortes et expliquent le refus catholique de reconnaître le ministère pastoral. L'arrivée d'un pastorat féminin a même accentué une divergence. Par ailleurs, on constate un ralentissement dans la création d'Églises protestantes unies. Le C.O.E. en est venu à souhaiter arriver à une « communauté conciliaire » d'Églises locales qui soient étroitement liées les unes aux autres et qui reconnaissent mutuellement la validité de leurs ministères. Cet objectif apparaît plus ou moins lointain suivant les régions et les nations.

De fait, le Conseil œcuménique des Églises reste une association d'Églises non romaines. Certains critiquent son caractère quelque peu bureaucratique.

Conseil œcuménique des Églises

Tableau : Conseil œcuménique des Églises

Organigramme du Conseil œcuménique des Églises. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans les années 1970, alors que le rapprochement confessionnel avançait à petits pas, la dimension politico-sociale du témoignage chrétien a pris une importance de plus en plus grande. Ainsi, Foi et constitution, organisme chargé d'étudier les problèmes strictement théologiques, s'est occupé des rapports des Églises et de l'État. Dès la Conférence de Bangkok (déc. 1972-janv. 1973), organisée par Mission et évangélisation, il avait d'ailleurs été indiqué que toute théologie est « contextuelle », c'est-à-dire enracinée dans un contexte culturel et politique qui la marque. L'évolution de la théologie en Occident le montrerait. Les tentatives d'« élaborations théologiques autochtones » des Églises du Tiers Monde ont été ainsi encouragées, même si certains Européens ont craint que cela n'entraîne des risques de syncrétisme.

Une telle optique suscite des oppositions qui sont devenues de plus en plus fortes au fur et à mesure du déclin des utopies politiques de changement de système socio-économique. Les années 1980 et 1990 ont été marquées par une insistance nouvelle sur la piété, voir la liturgie. Le développement du mouvement charismatique n'a pas été étranger à cette évolution, de même naturellement que la fin du communisme en U.R.S.S. et en Europe de l'Est.

De nouvelles préoccupations ethico-sociales étaient d'ailleurs apparues, dès les années 1970 au sein du Conseil œcuménique des Églises : défense de l'environnement et utilisation de l'énergie nucléaire notamment. En juillet 1979, la conférence « Foi, science et avenir » à Boston avait demandé un moratoire de cinq ans pour la construction de toute nouvelle centrale nucléaire). La lutte contre les diverses formes de discrimination que subissent les femmes s'est également développée.

L'ensemble de ces questions a été discuté lors des Assemblées générales de Nairobi (nov.-déc. 1975) et de Vancouver (juil.-août 1983). Dès Nairobi, des représentants orthodoxes avaient regretté l'importance prise par les problèmes politico-religieux au détriment de la réflexion strictement théologique. Par ailleurs, certains, dès ce moment-là, avaient reproché à la direction du Conseil de ne pas se montrer assez ferme dans la dénonciation des atteintes aux droits de l'homme en U.R.S.S. Celui-ci a alors tenté de modifier sa position en faisant campagne pour le respect des accords d'Helsinki.

Le C.O.E. veut de plus en plus lier les problèmes de la paix et de la justice entre le N [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études émérite du groupe Sociétés, religions, laïcités au C.N.R.S.
  • : docteur d'État en théologie, administrateur du musée Calvin de Noyon
  • : professeur des Universités, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification

Autres références

«  OECUMÉNISME  » est également traité dans :

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'anglicanisme et le mouvement œcuménique »  : […] La conférence de Lambeth de 1920 a lancé aux autres confessions chrétiennes un « Appel en faveur de l'unité ». Affirmant leur double parenté catholique et protestante, les évêques anglicans réunis présentaient la communion anglicane comme un pont entre les Églises traditionnelles et les confessions issues de la Réforme. Depuis le début du mouvement œcuménique, l'anglicanisme s'est reconnu ainsi un […] Lire la suite

ATHÉNAGORAS Ier (1886-1972) patriarche de Constantinople (1949-1972)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 593 mots
  •  • 1 média

Le patriarche Athénagoras a joué un rôle déterminant dans l'évolution contemporaine de l'Église orthodoxe et du Mouvement œcuménique. Né dans l'Épire encore ottomane, il étudia à la faculté patriarcale de Halki puis devint secrétaire de l'évêque de Monastir, en Macédoine, pendant les guerres balkaniques et la Première Guerre mondiale. Il fit ainsi l'expérience de la diversité des hommes et des tra […] Lire la suite

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927- ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 140 mots

Le cardinal allemand Joseph Alois Ratzinger a été élu pape le 19 avril 2005 , pour succéder à Jean-Paul II sous le nom de Benoît XVI, nom qu'il a lui-même choisi, comme le veut la tradition. Son pontificat a été interrompu par l'annonce inattendue, le 11 février 2013, de sa démission motivée par le constat de son incapacité, due à une extrême faiblesse, à poursuivre son ministère. Cette renonciati […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] Depuis l'Antiquité chrétienne, le fait biblique considéré du point de vue quantitatif ou littéraire avait été limité au problème disciplinaire puis dogmatique du canon des Écritures. La Bible ne fut en effet longtemps que la somme organique des livres dont la « liste », ou canon , s'était trouvée définie par l'Église. À partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règle de foi », le texte l […] Lire la suite

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 670 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conciliarité et œcuménicité »  : […] L'Orient orthodoxe partage dans une large mesure la conception du concile exposée ci-dessus. Il refuse cependant l'idée que l'Église de Rome puisse jouer au sein du concile un rôle déterminant. Le concile œcuménique peut, selon la conception orthodoxe, être complet sans une intervention du pape autre que sa participation à titre d'évêque de Rome ou de patriarche d'Occident. En outre, l'Église ort […] Lire la suite

CONGAR YVES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 1 056 mots

Dans le chapitre « Un théologien œcuménique »  : […] Ordonné prêtre en 1930, le jeune théologien commence ses cours d'apologétique et d'ecclésiologie deux ans plus tard, au moment précis où Chenu accède à la régence des études. Le frère Congar s'intègre bien à l'équipe de ce dernier, dans laquelle la fidélité à saint Thomas d'Aquin ne s'accompagne d'aucune flagornerie envers sa postérité ni n'excuse aucune entorse à l'intégrité des faits, historiqu […] Lire la suite

CONSEIL ŒCUMÉNIQUE DES ÉGLISES, en bref

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 228 mots

Le rapprochement des chrétiens répond, dès la seconde moitié du xix e  siècle, à un double mouvement : confessionnel, les Églises cherchant à propager leur témoignage, mais aussi interconfessionnel, unissant dans la réflexion et l'action les chrétiens malgré les divisions confessionnelles. L'œuvre missionnaire et l'action sociale posaient ainsi la question de la place de ces Églises dans le monde. […] Lire la suite

CONSEIL ŒCUMÉNIQUE DES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 678 mots

Organisme international et interconfessionnel dont le siège est à Genève et qui rassemble la quasi-totalité des Églises orthodoxes orientales et des Églises issues de la Réforme. Le Conseil œcuménique des Églises (C.O.E.) veut être une association fraternelle, chacune des Églises adhérentes restant libre et indépendante en matière de doctrine, d'organisation du culte ou de la vie de ses communauté […] Lire la suite

CULLMANN OSCAR (1902-1999)

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 924 mots

Né à Strasbourg le 25 février 1902, mort à Chamonix le 16 janvier 1999, Oscar Cullmann est l'un des théologiens luthériens les plus marquants de son siècle. Depuis son premier article (1925), par lequel il fait connaître au public français les méthodes de l'« histoire des formes » ( Formgeschichte ), jusqu'à son dernier livre sur la prière publié en 1994, l'originalité de sa pensée lui a souvent p […] Lire la suite

DÉCHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 4 185 mots

Dans le chapitre « Désaxiologisation »  : […] On nomme axiologie un système de valeurs normatives sollicitant et entraînant des convictions. Les idéologies persuadent, les idéaux convainquent. Or, pendant des siècles les valeurs occidentales se sont identifiées aux valeurs chrétiennes : la vie quotidienne et saisonnière est encadrée dans un calendrier chrétien et, si le temps est ainsi christianisé à l'intérieur de ce calendrier, les espaces […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-25 septembre 2011 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne

Le 23, il se rend au monastère protestant Saint-Augustin d'Erfurt, sans toutefois annoncer d'avancée sur la voie de l'œcuménisme. Le 24, à Fribourg, Benoît XVI dénonce devant le Comité central des catholiques allemands « une crise de la foi » dont l'une des causes provient d'« un excédent de structures par rapport à l'Esprit » dans l'Église.  […] Lire la suite

3 juin - 2 juillet 1995 Vatican – Belgique – Slovaquie. Visite du pape Jean-Paul II à Bruxelles et en Slovaquie

Ces deux gestes lui attirent les critiques des Églises protestante et orthodoxe, auxquelles il réitère son appel à la réconciliation lancé dans son encyclique sur l'œcuménisme publiée en mai.  […] Lire la suite

20-30 mai 1995 Vatican – République tchèque – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en République tchèque et en Pologne et publication d'une encyclique sur l'œcuménisme

Le 30, de retour au Vatican, Jean-Paul II publie la première encyclique sur l'œcuménisme, intitulée Ut unum sint – « Qu'ils soient un » –, dans laquelle il réitère ses demandes de pardon pour les fautes de l'Église catholique, appelle à la réunification chrétienne et accepte un débat sur la « primauté » de l'évêque de Rome.  […] Lire la suite

1er-10 juin 1989 Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Europe du Nord

Le pape, lors de toutes ses rencontres avec l'épiscopat protestant, met donc l'accent sur sa volonté d'œcuménisme, sans toutefois faire aucune concession, ni sur le maintien de l'excommunication de Luther ni sur ses condamnations du divorce et de l'avortement. Le 10, Jean-Paul II regagne Rome après un séjour de deux jours en Suède. C'est dans ce pays qu'il reçoit l'accueil le plus chaleureux car, dans ses précédentes étapes, les réactions de l'opinion se partageaient entre l'indifférence et une curiosité polie. […] Lire la suite

10-20 septembre 1987 Vatican – États-Unis. Visite du pape Jean-Paul II aux États-Unis

), Jean-Paul II rencontre des représentants des protestants américains : c'est l'occasion, pour lui, de se prononcer ardemment en faveur de l'œcuménisme. Les 12 et 13, les étapes de La Nouvelle-Orléans (La.) et de San Antonio (Texas) lui permettent de s'adresser aux communautés noire et hispanique et de les assurer que l'Église ne restera pas silencieuse devant les injustices. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BAUBÉROT, Georges CASALIS, Étienne FOUILLOUX, « ŒCUMÉNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oecumenisme/