OCÉANIEGéographie physique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est impossible de chiffrer avec précision le nombre d'îles, d'îlots et de récifs qui parsèment l'océan Pacifique – plusieurs dizaines de milliers en tout cas –, on peut constater d'abord que ces terres émergées ne représentent au total qu'une très petite superficie par comparaison avec les immensités océaniques, et qu'ensuite elles ne se disposent pas au hasard : rares sont les îles complètement isolées, comme l'île de Pâques ou les îlots de Clipperton et de Wake. La plupart des terres se groupent en archipels, qui constituent les parties émergées de dorsales sous-marines, souvent alignées du nord-ouest au sud-est. Ces archipels eux-mêmes sont fréquemment séparés les uns des autres par de vastes espaces maritimes vides. Enfin, la répartition des îles dans l'océan est très inégale : elles apparaissent beaucoup moins nombreuses dans le Pacifique oriental et septentrional que dans le Pacifique occidental et méridional, où elles sont, en outre, généralement plus grandes.

Océanie

Dessin : Océanie

Les 14 pays d'Océanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les types d'îles

Les îles du Pacifique s'individualisent d'abord par leur taille. Si on laisse de côté l'Australie, véritable continent presque aussi grand que l'Europe, on peut les classer en trois catégories selon leur superficie :

– Les très grandes îles sont au nombre de trois : la Nouvelle-Guinée (771 900 km2), beaucoup plus étendue que la France, et les deux grandes îles de la Nouvelle-Zélande, dont la superficie totale (270 534 km2) dépasse celle de la Grande-Bretagne.

Papeete : températures et précipitations

Tableau : Papeete : températures et précipitations

Températures et précipitations à Papeete (Tahiti). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– Les îles moyennes sont plus nombreuses : elles couvrent chacune plusieurs milliers de kilomètres carrés, mais, si la Nouvelle-Bretagne est plus vaste que la Belgique et si la Nouvelle-Calédonie s'étire sur 400 kilomètres, les principales îles de la Polynésie française (Tahiti) et de l'État indépendant des Samoa ne dépassent guère 1 000 à 2 000 kilomètres carrés.

Papeete : températures et précipitations

Tableau : Papeete : températures et précipitations

Températures et précipitations à Papeete (Tahiti). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– Les petits îlots n'ont que quelques dizaines de kilomètres carrés, parfois quelques hectares seulement : c'est le cas le plus fréquent. Certains archipels sont uniquement constitués de très petites terres : les trois archipels des Mariannes, des Carolines et des Marshall ont une superficie totale de 2 370 kilomètres carrés, et les 1 460 îles qui constituent ces archipels sont presque toutes des atolls, formés eux-mêmes d'une série de petits îlots.

Les îles océaniennes présentent en effet une très grande diversité d'aspect selon leur origine : les plus vastes sont généralement des îles dites continentales parce qu'elles sont les restes de terres plus étendues effondrées au cours des dernières périodes géologiques ; leur matériel rocheux comporte des roches sédimentaires et métamorphiques plissées et des roches éruptives plus ou moins anciennes. Des chaînes ou des crêtes correspondent aux axes des plissements et sont souvent séparées par des dépressions longitudinales, émergées ou immergées. C'est le cas en Nouvelle-Guinée où de puissants systèmes montagneux parallèles de direction nord-ouest - sud-est isolent de hautes vallées difficilement accessibles et où des populations papoues ont pu vivre, totalement ignorées des Européens jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Aux Salomon, une double ligne d'îles nord-ouest - sud-est (Choiseul, Santa Isabel et Malaita d'une part, les Shortland, la Nouvelle-Géorgie et ses annexes, Guadalcanal et San Cristobal de l'autre) encadre une méditerranée salomonaise parsemée de quelques îles (Florida, Savo) et où se déroulèrent les grandes batailles navales de 1942-1943. Certaines montagnes ont été fortement soulevées : les « Alpes » de l'île Sud de la Nouvelle-Zélande culminent à 3 710 mètres et, en Nouvelle-Guinée, les plus hauts sommets atteignent 5 000 mètres (pic Jaya, 5 030 mètres). Ce type d'îles est localisé dans le sud-ouest du Pacifique. Certaines d'entre elles sont affectées par un volcanisme actuel ; les principaux édifices en activité sont répartis le long de grands systèmes de fractures qui marquent le contact entre l'immense plaque océanique du Pacifique et les plaques continentales environnantes. Ce contact de plaques entourant le Pacifique, jalonné de grands volcans (« ceinture de feu » du Pacifique) concerne aussi bien la Nouvelle-Zélande que les Nouvelles-Hébrides (Vanuatu depuis 1980) et la Nouvelle-Guinée. Il s'agit là d'un volcanisme de type péléen, qui peut être dangereusement explosif, et dont les manifestations peuvent s'accompagner de tremblements de terre redoutables et générer de terribles tsunamis. À l'intérieur de la plaque océanique du Pacifique se développe un autre type de volcanisme à partir de bouches d'émission (points chauds) d'un magma fluide (basalte) pouvant s'accumuler sur des épaisseurs considérables.

Ces masses volcaniques forment en particulier les « îles hautes » du Pacifique central (îles Hawaii, archipel de la Société, Samoa...) et sont issues de puissantes éruptions de type hawaiien au droit de « points chauds » par où les laves se sont déversées sur le plancher océanique. Les coulées de laves forment ainsi d'énormes boursouflures dans le fond de l'océan, dont les parties supérieures peuvent émerger, mais dont la hauteur est parfois insuffisante pour atteindre le niveau de la surface ; elles constituent alors des volcans sous-marins immergés à une plus ou moins grande profondeur (pitons et guyots).

Les archipels sont en général constitués par une série de volcans alignés sur une dorsale sous-marine de direction nord-ouest - sud-est le long de laquelle l'activité paraît s'être propagée depuis le Tertiaire du nord-ouest vers le sud-est. (C'est en fait le plancher sous-marin qui s'est déplacé en sens inverse au-dessus du point chaud d'où sortaient les laves.) C'est le cas des îles de la Société ou encore des Hawaii ; seule la ride des Samoa présente un mouvement apparent de direction opposée. Par exemple, la « dorsale hawaiienne » s'allonge sur quelque 2 500 kilomètres : l'extrémité nord-ouest, totalement effondrée et détruite par l'érosion, ne comporte plus que quelques modestes îlots coralliens autour de Midway, à 2 100 kilomètres d'Honolulu. Vers le sud-est, au contraire, l'archipel des Hawaii proprement dit s'allonge sur environ 650 kilomètres, avec au nord-ouest et au centre des îles faites des ruines de grands volcans éteints, effondrés et vigoureusement démantelés par l'érosion : cela donne des paysages de grands abrupts (pali) et d'impressionnantes falaises (nord-ouest de Kauai, nord-est de Molokai), de canyons profondément incisés (Waimea à Kauai) et de planèzes et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Océanie

Océanie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Papeete : températures et précipitations

Papeete : températures et précipitations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Coulées de lave sur le Kilauea

Coulées de lave sur le Kilauea
Crédits : G. Brad Lewis/ Stone/ Getty Images

photographie

Bora Bora

Bora Bora
Crédits : Art Wolfe/ Getty mages

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OCÉANIE  » est également traité dans :

OCÉANIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean GUIART, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS
  •  • 887 mots

L'Océanie est considérée comme la cinquième partie du monde ; cependant elle est très différente des quatre autres puisqu'elle doit son unité à l'océan Pacifique qui occupe le tiers de la surface du globe (176 millions de km2). Dans cette immensité maritime, les terres émergées ne tiennent qu'une place r […] Lire la suite

OCÉANIE - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel RABINOVITCH
  •  • 11 314 mots
  •  • 2 médias

Les limites géologiques de l'Océanie sont marquées par des zones de subduction qui se traduisent morphologiquement par les profondes fosses des Tonga-Kermadec, des Mariannes, du Japon et des Kouriles, à l'ouest, par la fosse des Aléoutiennes, au nord, par la côte nord-américaine et la fosse du Pérou-Chili, à l'est. On admet que la limite sud est constitué […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 727 mots
  •  • 5 médias

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le monde Pacifique s'est affirmé au fil des décennies et, malgré guerres, révolutions et crises, comme un espace d'avenir qui connaît actuellement à la fois un fort essor économique d'ensemble et un poids croissant dans la politique internationale. Les deux premières puissances économiques mondiales au début du xxie  […] Lire la suite

OCÉANIE - Préhistoire et archéologie

  • Écrit par 
  • José GARANGER
  •  • 4 127 mots
  •  • 1 média

L'Océanie insulaire s'étend sur plus du tiers de la surface du globe, mais ces terres émergées représentent à peine cent vingt mille kilomètres carrés. Cette dispersion explique que Magellan n'ait rencontré que deux atolls inhabités lorsqu'il traversa l'océan Pacifique (c'est lui qui le baptisa ainsi), depuis le détroit qui porte aujourd'hui son nom, […] Lire la suite

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Les îles de l'Océanie, du fait de leur situation « au bout du monde » par rapport à l'Europe d'où sont venus les découvreurs, du fait aussi de leur isolement dans des immensités maritimes qui occupent près du tiers de la surface du globe, ont été les dernières terres atteintes et colonisées par mer. Sauf Guam et quelques îles de […] Lire la suite

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Du point de vue de l'étude ethnographique, il est d'usage de répartir les îles et archipels de l'Océanie, l'Australie mise à part, en trois ensembles que l'on intitule : Mélanésie à l'ouest, Micronésie au nord-ouest et Polynésie à l'est.Le terme de Mélanésie est utilisé pour dé […] Lire la suite

OCÉANIE - Les langues

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RIVIERRE
  •  • 2 542 mots

Les langues d'Océanie ne sont pour l'essentiel que la subdivision orientale de l'ensemble linguistique le plus étendu à la surface du globe : l'austronésien (AN). L'austronésien-nord est représenté par Taiwan, l'austronésien-ouest regroupe le malais, les langues des Philippines, de Madagascar et la plupart des langues d'Indonésie. L'originalité la plus évidente de la famille océanienne est son ext […] Lire la suite

OCÉANIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Jean GUIART
  •  • 8 895 mots
  •  • 1 média

De tous les arts improprement dits « sauvages », parce qu'ils échappent aux canons esthétiques ressassés en Occident, les arts d'Océanie offrent la plus grande variété, tant du point de vue de la forme que de celui de la couleur. À la multiplicité des expériences humaines tentées sur le plan des institutions comme sur celui des structures répond celle du jeu de la lumière, des volumes présents ou […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mots, limites et chevauchements  »  : […] Asie désigne habituellement un ensemble de terres situées à l'est de l'Europe. Sa délimitation varie selon les auteurs, les critères scientifiques et les surdéterminations géopolitiques. Elle est marquée par son origine européenne qui ne correspond pas aux conceptions locales traditionnelles. Ce problème géographique crucial implique l'appartenance des individus, des sociétés et des pays à une rég […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La population australienne, les potentialités et handicaps du pays »  : […] Le Commonwealth d'Australie, nom officiel du pays, est une fédération de six États et de deux Territoires, chronologiquement constitués entre 1788 et 1911 : la Nouvelle-Galles du Sud (6,8 millions d'habitants en 2006), l'Australie-Occidentale (2,05 millions), l'Australie-Méridionale (1,55 million), le Victoria (5,1 millions), le Queensland (4,05 millions), la Tasmanie (500 000), le Territo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain HUETZ DE LEMPS, Christian HUETZ DE LEMPS, « OCÉANIE - Géographie physique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-physique/