OBÉSITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu'est-ce que l'obésité ?

L'obésité est une entité clinique hétérogène et multifactorielle qui résulte de l'interaction de déterminants biologiques, psychologiques, comportementaux ainsi que de facteurs environnementaux et économiques. Au cours des dernières années, les connaissances sur la régulation de la masse grasse, c'est-à-dire des réserves énergétiques, ont progressé tandis qu'en clinique les objectifs thérapeutiques ont été mieux définis.

L'indice de masse corporelle

En toute rigueur, le diagnostic d'obésité devrait reposer sur une mesure de la masse grasse. Celle-ci ne peut être évaluée avec précision que par des méthodes sophistiquées (mesure de densité corporelle, absorptiométrie, tomodensitométrie, etc.) qui ne sont pas disponibles en routine. Aussi a-t-on recours, en pratique clinique, à une estimation indirecte de la masse grasse, par le calcul de l'indice de masse corporelle (I.M.C.) ou indice de Quetelet (body mass index, B.M.I., des Anglo-Saxons). L'I.M.C. est le rapport du poids (kg) divisé par le carré de la taille (m2) du sujet. Cet indice fournit une évaluation de la masse grasse approximative mais suffisante pour les besoins de la clinique. En fonction du niveau de risque auquel l'I.M.C. se trouve associé, une classification des obésités a été établie par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) : un I.M.C. au-dessous de 18,5 kg/m2 caractérise la maigreur, et entre 25 et 30 kg/m2, le simple « surpoids ». On estime qu'à partir d'un I.M.C. de 30 kg/m2, la masse grasse est excessive, car l'individu présente un risque de morbidité et de mortalité franchement accru. L'obésité est dite modérée pour un IMC entre 30 et 35 kg/m2, sévère pour un IMC compris entre 35 et 40 kg/m2, et morbide au-dessus de 40.

Ces définitions ne prennent pas en compte l'âge, le sexe, l'ethnie, l'âge d'apparition et l'ancienneté de l'obésité, pas plus que la distribution du tissu graisseux, qui sont autant d'éléments aggravant les risques liés au surpoids. Aussi ne doit-on pas se référer de manière trop rigide à ce type de classification basée sur le seul I.M.C. Au niveau individuel, sans atteindre la valeur seuil de 30 kg/m2, un surpoids peut être considéré comme un problème médical s'il favorise une maladie associée, par exemple un diabète. C'est le cas de l'excès d'adiposité abdominale (dit « obésité abdominale ») qui est délétère pour la santé même si l'I.M.C. est normal. À l'inverse, chez certains individus dont l'I.M.C. est supérieur à 30 kg/m2 l'excès de poids peut être parfaitement toléré. Si l'on ajoute que chacun a sa perception personnelle du poids « souhaitable », influencée par les stéréotypes socioculturels et déterminant son éventuel désir de changement, on comprend que cette définition purement statistique de l'obésité ait ses limites face à certaines situations individuelles. Il est important pour chaque cas de faire une synthèse prenant en considération les données épidémiologiques et celles qui sont propres à chaque sujet, certaines objectives (état de santé, âge, distribution du tissu adipeux, antécédents familiaux pathologiques, pression artérielle, etc.), d'autres subjectives (perception de l'état de santé, image de soi, etc.).

Une progression épidémique

La prévalence de l'obésité varie selon les pays, les régions, le niveau socio-économique et les classes d'âge. L'obésité connaît actuellement un développement épidémique : elle n'est plus cantonnée aux pays d'Amérique du Nord et à l'Europe. Elle progresse en Asie, singulièrement en Chine urbaine, et dans les pays émergents, au Brésil. En France, sa fréquence est d'environ 12 p. 100 chez l'adulte, mais elle est nettement plus élevée dans le Nord (18 p. 100) que dans le Sud-Ouest, dans les populations en situation précaire et dans les populations issues de l'immigration. Elle reste cependant nettement inférieure à celle de la Grande-Bretagne, des pays de l'Europe centrale et des États-Unis (25 à 30 p. 100). En revanche, son augmentation chez les enfants pose un problème spécifiques et laisse craindre une augmentation de cette pathologie chez les adultes dans l'avenir.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur de nutrition à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, médecin des hôpitaux, hôpital de la Pitié
  • : chef de clinique, assistante des hôpitaux, Pitié-Salpêtrière, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  OBÉSITÉ  » est également traité dans :

OBÉSITÉ (psychologie)

  • Écrit par 
  • Catherine DEVIDAL
  •  • 1 127 mots

En 1997, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini l’obésité comme une accumulation excessive de graisse corporelle pouvant nuire à la santé. L’indice de masse corporelle (IMC) et la mesure du tour de taille permettent de déterminer le niveau d’adiposité et la répartition des tissus adipeux. Toujours selon l’OMS, 35 p. 100 des adultes sont en situation d’obésité dans le monde, y compris d […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Évolution de la consommation

  • Écrit par 
  • Pierre COMBRIS
  •  • 4 310 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Alimentation et santé : les problèmes de l'abondance »  : […] Les changements alimentaires qui se sont produits dans les pays développés ont nettement accru la diversité des régimes alimentaires et ont facilité l'accès de toutes les catégories de la population à toutes les familles d'aliments. Cette amélioration de l'alimentation a incontestablement joué un rôle bénéfique sur le bien-être et la santé, mais l'évolution de la structure nutritionnelle de l'alim […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'anorexie comme modèle dominant »  : […] Quoi de plus parlant, en effet, que ce corps décharné qui, avec ses pointes osseuses, se défend contre l'apparition de la moindre forme ronde, en refusant toute nourriture ? Tout ici témoigne des difficultés de l' identification féminine, et de l'emprise d'une image idéalisée, pour laquelle on est prêt(e) à mourir dans un rêve de toute- puissance. Mais la poursuite de la minceur mise en avant com […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 7 251 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Suralimentation pour une partie de l'humanité »  : […] Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 2 milliards d'adultes dans le monde sont en surpoids (leur indice de masse corporelle, c'est-à-dire leur poids – en kilogrammes – divisé par le carré de leur taille – en mètres –, excède 25) et plus de 600 millions d'entre eux sont obèses (indice de masse corporelle supérieur à 30). En France, par exemple, un tiers environ des adultes (plus […] Lire la suite

APNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL SYNDROME D'

  • Écrit par 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 1 261 mots

Dans le chapitre « Autres signes de SAS »  : […] L' obésité et, particulièrement, l'augmentation du tour de cou. L'obésité, en particulier facio-tronculaire, existe : (IMC : poids/taille 2   >  30 kg/m 2  ; IMC signifiant indice de masse corporelle) dans environ 50 p. 100 des cas d'apnée. Plus de 30 p. 100 des sujets n'ont cependant pas de surcharge pondérale (IMC  […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'obésité »  : […] L' obésité peut intervenir à deux niveaux, comme facteur prédisposant d'une part, comme facteur aggravant d'autre part. Les études épidémiologiques appuient la première hypothèse, en particulier chez la femme. Le surpoids et l'obésité sont également des facteurs d'instabilité de l'asthme, rendant plus difficile son traitement. […] Lire la suite

BOULIMIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ABOULKER
  •  • 206 mots

Se manifestant par la consommation excessive, incessante et gloutonne d'aliments, la boulimie relève d'un mécanisme non pas organique mais psychique, contrairement à ce qui caractérise la polyphagie. Dans la polyphagie, la consommation accrue d'aliments est due à une augmentation physiologique de l'appétit, déterminée par une dette énergétique ou une déperdition calorique anormalement importante : […] Lire la suite

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 161 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Traitement et mesures préventives du diabète sucré »  : […] Le régime restreint en hydrates de carbone (sucres, féculents, etc.) est longtemps demeuré la base de la thérapeutique du diabète. Ainsi, les sucres simples, dits « d'absorption rapide », contenus dans les pâtisseries, les jus de fruits sucrés, etc. ont un effet hyperglycémiant important et doivent être proscrits. Les aliments contenant des sucres complexes, dits « d'absorption lente », moins hyp […] Lire la suite

FRÖLICH SYNDROME DE ou SYNDROME DE BABINSKI-FRÖLICH ou SYNDROME ADIPOSO-GÉNITAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 150 mots

Maladie métabolique rare de l'enfant, caractérisée par une obésité, un retard de croissance et un hypogonadisme (retard de développement des organes génitaux). Le syndrome de Frölich est souvent associé à une tumeur de l'hypothalamus, responsable d'une augmentation de l'appétit et d'une diminution de la sécrétion des gonadotrophines. La maladie porte le nom d'Alfred Frölich, le neurologue autrich […] Lire la suite

GHRÉLINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHARVET
  •  • 502 mots

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima ( Nature , n o  402, pp. 656-660, 1999). Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a ainsi rapidement montré son effet principal sur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnaud BASDEVANT, Cécile CIANGURA, « OBÉSITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/