Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHOMSKY NOAM (1928- )

La « grammaire universelle » et les langues

Ce modèle a profondément renouvelé et approfondi les analyses de syntaxe comparée : un nombre impressionnant de langues et de dialectes jusqu'alors pas ou peu décrits alimentent le travail descriptif des linguistes et a permis des généralisations insoupçonnées. On a montré que les différences entre langues ne se distribuent pas aléatoirement, mais sont le reflet, dans des domaines en apparence sans liens entre eux, de l'interaction de principes universels et de choix minimalement différents pour la valeur d'un paramètre de la grammaire universelle. Ainsi le français, contrairement aux autres langues romanes, n'a pas (ou plutôt n'a plus) de phrases déclaratives sans sujet, ni d'inversion libre (cf. * parles, * parle Marie). Il ne permet pas l'interrogation du sujet d'une subordonnée à temps fini (* Qui crois-tu que viendra ?) ni à des verbes comme vouloir, devoir ou savoir de fonctionner comme auxiliaire (cf. * je le veux faire, * ceci se doit écouter). Ces constructions sont permises en italien, en provençal ou en ancien français. Or ces différences se déduisent des propriétés de la grammaire universelle et du fait que la flexion finie du français moderne ne peut avoir de valeur pronominale. Des résultats analogues sont déjà acquis en syntaxe comparée des langues scandinaves et germaniques et dans bien d'autres familles de langues. Il s'élabore ainsi et en même temps une riche théorie des universaux du langage et de la diversité des langues.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Pour citer cet article

Jean-Yves POLLOCK. CHOMSKY NOAM (1928- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 19/02/2014

Média

Noam Chomsky - crédits : Ulf Andersen/ Hulton Archive/ Getty Images

Noam Chomsky

Autres références

  • LA FABRIQUE DE L'OPINION PUBLIQUE (N. Chomsky et E. S. Herman)

    • Écrit par
    • 1 108 mots

    Des milliers de livres, d'articles, de cours, de films ont fermement ancré dans notre conscience un modèle de propagande « orwellien », où un Big Brother décide ce que le public doit savoir ainsi que l'interprétation souhaitable des faits, et où les journalistes rivalisent de servilité pour mettre...

  • STRUCTURES SYNTAXIQUES, Noam Chomsky - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 839 mots

    Noam Chomsky est né en 1938 dans une famille d’universitaires (son père est professeur d’hébreu). Après à des recherches en phonologie qui aboutissent à la publication, en collaboration avec Morris Halle, de The Sound Pattern of English (1968), il oriente ses recherches vers la grammaire...

  • LANGAGE ACQUISITION DU

    • Écrit par
    • 4 950 mots
    • 3 médias
    ...L’approche structurale du langage humain proposée par Chomsky a bouleversé la linguistique et a durablement influencé les travaux des psycholinguistes. Selon Chomsky et ses disciples, l’enfant aurait une connaissance innée de la grammaire universelle (GU), constituée par des « principes », des propriétés...
  • ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

    • Écrit par
    • 5 124 mots
    • 1 média
    Mais, parmi les modèles linguistiques importés dans l'analyse musicale, c'est la grammaire générative de Chomsky qui a le plus retenu l'attention, sans doute parce que, dès la fin des années soixante, elle est devenue le paradigme dominant de la linguistique moderne. Mais, pour explicite que soit...
  • ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par
    • 5 810 mots
    ...l’activité psychique. C’est également une période de transformations importantes en linguistique, notamment avec la parution du livreSyntactic Structures de Noam Chomsky (1957), dans lequel il affirme que les propriétés de surface du langage sont générées par des structures cognitives « profondes », c’est-à-dire...
  • BEHAVIORISME

    • Écrit par
    • 4 682 mots
    • 2 médias
    Les premiers actes en sont la publication en 1957 du livre de Skinner, Verbal Behavior, et la critique acérée qu'en donne Noam Chomsky deux ans plus tard. Paradoxalement, l'ouvrage de Skinner est presque entièrement spéculatif ; Chomsky considère qu'il donne, en outre, des activités langagières une...
  • Afficher les 35 références