CHOMSKY NOAM (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « grammaire universelle »

Afin de répondre à ces questions, Chomsky soutient que, par-delà les descriptions précises des langues qu'elle rend possibles, la théorie linguistique doit spécifier les aspects invariants et les propriétés formelles des systèmes de règles mis en œuvre dans chaque description : si nous imputons ces propriétés à l'état initial des locuteurs, nous aurons distingué les aspects de notre savoir linguistique qui viennent de notre faculté de langage et qui y sont donc nécessairement inclus, et ceux qui relèvent des propriétés particulières de la langue de notre communauté. Ainsi, pour Chomsky, décrire précisément une langue quelconque, c'est aussi et nécessairement mettre à jour des propriétés de la faculté de langage des humains.

Noam Chomsky

Photographie : Noam Chomsky

Noam Chomsky en 1987, dans son bureau du Massachusetts Institute of Technology (université de Boston, Massachusetts). 

Crédits : Ulf Andersen/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Concernant la syntaxe, la théorie générale (qu'on nomme depuis « grammaire universelle » ou GU) des travaux des années 1950 et 1960 spécifie que la langue interne de tout locuteur peut être représentée : (a) comme un système de règles de réécriture qui « engendrent » (énumèrent et analysent) récursivement un ensemble (infini dans Aspects de la théorie syntaxique, 1965) de structures sous-jacentes et (b) un ensemble de computations (« transformations ») qui dérivent de ses structures sous-jacentes les « structures de surfaces » des énoncés. Chomsky formulait ainsi de façon précise une idée déjà développée dans la Grammaire générale et raisonnée d'Arnauld et Lancelot, selon laquelle un énoncé était associé à plusieurs niveaux de représentation distincts reliés entre eux par des opérations de déplacement ou d'effacement (cf. La Linguistique cartésienne, 1966). Était ainsi (ré)introduite en linguistique une approche computationnelle de la faculté de langage et de la langue interne, toujours fructueuse cinquante ans plus tard.

Ce n'est donc pas parce que le « modèle standard », ainsi entendu, de la grammaire générative ne répond pas de façon satisfaisante à la question (1) qu'il sera remplacé mais parce que les descriptions particulières qu'il autorisait ne donnaient pas de réponse convaincante à la question (2) formulée ci-dessus. En effet, dans ce cadre théorique, la « grammaire universelle » permet de nombreuses descriptions concurrentes pour n'importe quel ensemble de faits. La question du choix de celle(s) qui est (sont) effectivement retenue(s) par le locuteur se pose alors avec acuité. Or le seul mécanisme envisagé alors pour représenter ce choix était peu plausible et inefficace : il était censé s'opérer sur la base d'une évaluation de la simplicité des grammaires concurrentes, mesurée au nombre de leurs règles et symboles. Mais cette mesure de simplicité ne fait pas les choix nécessaires. De plus, il présuppose un modèle irréaliste de l'apprentissage : élaboration d'hypothèses, révisions sur la base des corrections du milieu linguistique – école, familles, etc. – de l'enfant. Or de telles corrections semblent ne jouer presque aucun rôle dans le développement de la langue interne.

Dès son Current Issues (1964), Chomsky tente de transférer à GU des propriétés jusqu'alors imputées aux règles particulières. L'intérêt de l'approche est évident : si des principes généraux de ce type existent bien, on pourra les imputer à la faculté de langage des humains si aucune autre source plausible ne peut être indentifiée. Dès lors, ils ne requerront aucun apprentissage et donneront un riche contenu à ce que la grammaire universelle représente – la faculté de langage – et nous rapprocheront d'une véritable réponse à la question (2). C'est à l'élaboration de cette grammaire universelle que Chomsky travaille dès cette époque, d'abord à peu près seul, notamment lors des controverses avec la « sémantique générative ». Cette période de son travail culmine avec la publication de son article « Conditions on Transformations » (1971). Il y est défini un programme de recherches qui s'avérera décisif. Y reçoivent une première formulation des contraintes universelles comme la « sous-jacence », la « cyclicité stricte », la « contrainte du sujet spécifié », celle des « phrases à temps fini » qui restent valides aujourd'hui encore sous des traductions formelles un peu différentes et qui contraignent la forme des computations de toute langue interne. Y sont introduits des concepts très fructueux, comme les « traces », ou l'idée que des déplacements longs, comme celui de qui dans une interrogative partielle comme Qui crois-tu que Jean pense que Marie aime ? est la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Autres références

«  CHOMSKY NOAM (1928- )  » est également traité dans :

LA FABRIQUE DE L'OPINION PUBLIQUE (N. Chomsky et E. S. Herman)

  • Écrit par 
  • Jean BRICMONT
  •  • 1 106 mots

Des milliers de livres, d'articles, de cours, de films ont fermement ancré dans notre conscience un modèle de propagande « orwellien », où un Big Brother décide ce que le public doit savoir ainsi que l'interprétation souhaitable des faits, et où les journalistes rivalisent de servilité pour mettre en avant une vision du monde conforme à ses exigences. Mai […] Lire la suite

STRUCTURES SYNTAXIQUES, Noam Chomsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 837 mots

Noam Chomsky est né en 1938 dans une famille d’universitaires (son père est professeur d’hébreu). Après à des recherches en phonologie qui aboutissent à la publication, en collaboration avec Morris Halle, de The Sound Pattern of English (1968), il orie […] Lire la suite

LANGAGE ACQUISITION DU

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 4 944 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les approches formelles : la grammaire universelle et les théories du « bootstrapping » »  : […] L’approche structurale du langage humain proposée par Chomsky a bouleversé la linguistique et a durablement influencé les travaux des psycholinguistes. Selon Chomsky et ses disciples, l’enfant aurait une connaissance innée de la grammaire universelle (GU), constituée par des « principes », des propriétés invariantes très structurées (les universaux) et des « paramètres » qui rendent compte des v […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Roy D’Andrade (1995) distingue quatre grandes périodes dans la constitution de l’anthropologie cognitive. La première prend place à cheval sur les années 1950 et 1960. On assiste alors au « tournant cognitif » en psychologie avec le passage du béhaviorisme – un courant de la psychologie qui juge impossible l’accès aux états mentaux, et par conséquent leur explication scientifique, et qui prône l’ […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution, mise en cause et affaiblissement du behaviorisme »  : […] À partir de la fin des années quarante, les diverses théories behavioristes S-R se heurtent à de croissantes difficultés internes et externes. Les premières sont elles-mêmes de deux espèces. Tout d'abord apparaissent un certain nombre de désaccords entre des prédictions expérimentales dérivées des théories, et les résultats observés empiriquement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser à prem […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 730 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Langage et pensée »  : […] Les langues naturelles humaines, tout comme la pensée – consciente ou inconsciente –, sont fonction de l'activité cérébrale. Nous n'y insisterons pas, pour considérer plutôt le problème langage-pensée, qui a tant préoccupé les grammairiens de Port-Royal et que N.  Chomsky a remis à l'ordre du jour, sans que sa prise de position permette d'entrevoir clairement la solution, tout au moins actuellemen […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Langage et communication »  : […] L'un des principaux et des premiers acquis des sciences cognitives est d'avoir distingué et articulé différents niveaux de représentation au sein du langage, chaque niveau nécessitant une analyse particulière, et leur articulation effective, dans la production et la compréhension du langage (parlé ou écrit), une théorie supplémentaire. Ajoutons que le penseur qui a le plus contribué à cette clari […] Lire la suite

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Le débat avec la linguistique générative »  : […] Si l'analyse distributionnelle a pu s'imposer comme le préalable indispensable de l'analyse linguistique en vue d'un premier dégrossissage des formes phoniques et morpho-syntaxiques (notamment s'agissant d'une langue inconnue), cette procédure empirique n'en a pas moins montré certaines limites et suscité des critiques, en particulier de la part de Noam Chomsky dès les années 1950 . Selon ce dern […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le langage de la pensée »  : […] Les États-Unis d'Amérique ont été aussi le théâtre d'un essor significatif des sciences sociales, de la réflexion politique, de l'ethnologie et de la linguistique. À côté des tendances qui se sont imposées en psychologie et en sociologie, dans un esprit essentiellement expérimental et fortement empreint des besoins et des travers de la société industrielle, il faut tenir compte des travaux orient […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves POLLOCK, « CHOMSKY NOAM (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noam-chomsky/