CHOMSKY NOAM (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « grammaire universelle »

Afin de répondre à ces questions, Chomsky soutient que, par-delà les descriptions précises des langues qu'elle rend possibles, la théorie linguistique doit spécifier les aspects invariants et les propriétés formelles des systèmes de règles mis en œuvre dans chaque description : si nous imputons ces propriétés à l'état initial des locuteurs, nous aurons distingué les aspects de notre savoir linguistique qui viennent de notre faculté de langage et qui y sont donc nécessairement inclus, et ceux qui relèvent des propriétés particulières de la langue de notre communauté. Ainsi, pour Chomsky, décrire précisément une langue quelconque, c'est aussi et nécessairement mettre à jour des propriétés de la faculté de langage des humains.

Noam Chomsky

Noam Chomsky

Photographie

Noam Chomsky en 1987, dans son bureau du Massachusetts Institute of Technology (université de Boston, Massachusetts). 

Crédits : U. Andersen/ Getty

Afficher

Concernant la syntaxe, la théorie générale (qu'on nomme depuis « grammaire universelle » ou GU) des travaux des années 1950 et 1960 spécifie que la langue interne de tout locuteur peut être représentée : (a) comme un système de règles de réécriture qui « engendrent » (énumèrent et analysent) récursivement un ensemble (infini dans Aspects de la théorie syntaxique, 1965) de structures sous-jacentes et (b) un ensemble de computations (« transformations ») qui dérivent de ses structures sous-jacentes les « structures de surfaces » des énoncés. Chomsky formulait ainsi de façon précise une idée déjà développée dans la Grammaire générale et raisonnée d'Arnauld et Lancelot, selon laquelle un énoncé était associé à plusieurs niveaux de représentation distincts reliés entre eux par des opérations de déplacement ou d'effacement (cf. La Linguistique cartésienne, 1966). Était ainsi (ré)introduite en linguistique une approche computationnelle de la faculté de langage et de la langue interne, toujours fructueuse cinquante ans plus tard.

Ce n'est donc pas parce que le « modèle standard », ainsi entendu, de la grammaire générative ne répond pas de façon satisfaisante à la question (1) qu'il sera remplacé mais parce que les descriptions particulières qu'il autorisait ne donnaient pas de réponse convaincante à la question (2) formulée ci [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification


Autres références

«  CHOMSKY NOAM (1928- )  » est également traité dans :

LA FABRIQUE DE L'OPINION PUBLIQUE (N. Chomsky et E. S. Herman)

  • Écrit par 
  • Jean BRICMONT
  •  • 1 106 mots

Des milliers de livres, d'articles, de cours, de films ont fermement ancré dans notre conscience un modèle de propagande « orwellien », où un Big Brother décide ce que le public doit savoir ainsi que l'interprétation souhaitable des faits, et où les journalistes rivalisent de servilité pour mettre en avant une vision du monde conforme à ses exigences. Mai […] Lire la suite

STRUCTURES SYNTAXIQUES, Noam Chomsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 837 mots

Noam Chomsky est né en 1938 dans une famille d’universitaires (son père est professeur d’hébreu). Après à des recherches en phonologie qui aboutissent à la publication, en collaboration avec Morris Halle, de The Sound Pattern of English (1968), il orie […] Lire la suite

LANGAGE ACQUISITION DU

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 4 942 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les approches formelles : la grammaire universelle et les théories du « bootstrapping » »  : […] L’approche structurale du langage humain proposée par Chomsky a bouleversé la linguistique et a durablement influencé les travaux des psycholinguistes. Selon Chomsky et ses disciples, l’enfant aurait une connaissance innée de la grammaire universelle (GU), constituée par des « principes », des propriétés invariantes très structurées (les universaux) et des « paramètres » qui rendent compte des v […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Roy D’Andrade (1995) distingue quatre grandes périodes dans la constitution de l’anthropologie cognitive. La première prend place à cheval sur les années 1950 et 1960. On assiste alors au « tournant cognitif » en psychologie avec le passage du béhaviorisme – un courant de la psychologie qui juge impossible l’accès aux états mentaux, et par conséquent leur explication scientifique, et qui prône l’ […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution, mise en cause et affaiblissement du behaviorisme »  : […] À partir de la fin des années quarante, les diverses théories behavioristes S-R se heurtent à de croissantes difficultés internes et externes. Les premières sont elles-mêmes de deux espèces. Tout d'abord apparaissent un certain nombre de désaccords entre des prédictions expérimentales dérivées des théories, et les résultats observés empiriquement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser à prem […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Langage et pensée »  : […] Les langues naturelles humaines, tout comme la pensée – consciente ou inconsciente –, sont fonction de l'activité cérébrale. Nous n'y insisterons pas, pour considérer plutôt le problème langage-pensée, qui a tant préoccupé les grammairiens de Port-Royal et que N.  Chomsky a remis à l'ordre du jour, sans que sa prise de position permette d'entrevoir clairement la solution, tout au moins actuellemen […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Langage et communication »  : […] L'un des principaux et des premiers acquis des sciences cognitives est d'avoir distingué et articulé différents niveaux de représentation au sein du langage, chaque niveau nécessitant une analyse particulière, et leur articulation effective, dans la production et la compréhension du langage (parlé ou écrit), une théorie supplémentaire. Ajoutons que le penseur qui a le plus contribué à cette clari […] Lire la suite

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Le débat avec la linguistique générative »  : […] Si l'analyse distributionnelle a pu s'imposer comme le préalable indispensable de l'analyse linguistique en vue d'un premier dégrossissage des formes phoniques et morpho-syntaxiques (notamment s'agissant d'une langue inconnue), cette procédure empirique n'en a pas moins montré certaines limites et suscité des critiques, en particulier de la part de Noam Chomsky dès les années 1950 . Selon ce dern […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le langage de la pensée »  : […] Les États-Unis d'Amérique ont été aussi le théâtre d'un essor significatif des sciences sociales, de la réflexion politique, de l'ethnologie et de la linguistique. À côté des tendances qui se sont imposées en psychologie et en sociologie, dans un esprit essentiellement expérimental et fortement empreint des besoins et des travers de la société industrielle, il faut tenir compte des travaux orient […] Lire la suite

FORMANT, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 216 mots

Terme utilisé par les linguistes de l'école chomskienne. On distingue en grammaire générative les formants des morphèmes : les morphèmes sont les éléments qui composent les suites syntagmatiques terminales engendrées par la base de la grammaire (soit l'ensemble des règles syntagmatiques et le lexique) avant l'application des transformations. Les formants sont les éléments minimaux composant les su […] Lire la suite

GARRETT MERRILL (1935- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 367 mots

Merrill Garrett obtient, en 1965, un doctorat à l’université de l’Illinois, au sein de l’Institute of Communications Research dont le directeur est alors Charles Osgood (1916-1991), linguiste et psychologue, un des pionniers de la psycholinguistique et des recherches interdisciplinaires en matière d’étude du langage. Au terme d’un stage postdoctoral au Massachusetts Institute of Technology (MIT), […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « L'héritage du structuralisme : quelle science de la grammaire ? »  : […] Le structuralisme des années 1920-1930 a des sources multiples, jusque dans l'organicisme du xix e  siècle (Koerner), convergeant dans l'œuvre de Saussure et dans celle de Bloomfield. Le premier dégage de la pratique de la grammaire comparée principes et concepts qui la fondent (arbitraire du signe ; prise en considération des seuls rapports abstraits, à l'exclusion des réalités phonétiques dès l […] Lire la suite

GRAMMATICALITÉ

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 317 mots

Une bonne grammaire doit être capable de «  projeter le corpus fini et toujours plus ou moins aléatoire des énoncés observés sur l'ensemble, qu'on présuppose infini, des phrases grammaticales », écrit N. Chomsky ( Structures syntaxiques ). Ce passage de l'induction à la projection ne peut se faire qu'au moyen d'un appareil hypothético-déductif qui concerne la grammaticalité. On se gardera de conf […] Lire la suite

HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)

  • Écrit par 
  • Morris SALKOFF
  •  • 1 063 mots

La recherche de Zellig Sabbetai Harris est intimement liée aux travaux de l'école américaine d'analyse distributionnelle qui a élaboré son programme pour la linguistique dans les années 1930 et 1940, sous l'impulsion de E. Sapir et L. Bloomfield. Ce dernier avait proposé d'abstraire de la phrase des unités définies formellement et qui serviraient à décrire les rapports observés entre les diverses […] Lire la suite

INFORMATIQUE - Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 097 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Langages contexte-libres et automates à pile de mémoire »  : […] Les langages contexte-libres ou langages de Chomsky forment une classe très importante en pratique puisque la plupart des langages de programmation des ordinateurs sont, à peu de chose près, de ce type. Comme les langages réguliers, ils sont définis par un quadruplet L = {V T , V N , C, G}, mais cette fois les règles de G sont de la forme a i  → ϕ, où a i est un symbole non terminal et ϕ une su […] Lire la suite

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « L'approche cognitive »  : […] Mais c'est surtout dans le cadre des approches cognitives du langage que la dimension représentationnelle du langage a trouvé ses défenseurs les plus ardents. En linguistique, comme en philosophie et en psychologie, la question des liens entre le langage et la pensée a en effet resurgi à la faveur du développement des sciences cognitives. Pour les tenants du paradigme classique du cognitivisme, l […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Langage et pensée »  : […] Ces différentes approches montrent que la philosophie du langage, à la faveur de son « tournant linguistique », s'est d'abord orientée vers des questions qui pouvaient paraître la détourner des problèmes philosophiques traditionnels, au point d'y voir des « faux problèmes » ou des « non-sens », comme ce fut le cas pour le positivisme logique et pour la philosophie du langage ordinaire. Mais les qu […] Lire la suite

LANGUE & PAROLE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 221 mots

Dans le chapitre « Une « linguistique de la langue » »  : […] En distinguant la langue de la parole, Saussure établit donc la légitimité d'une « linguistique de la langue », par différence avec des « linguistiques de la parole », qu'il considère comme des domaines radicalement distincts du premier. Pour lui, en effet, l'étude des phénomènes linguistiques « externes » (comme par exemple les relations qu'entretient la langue avec la civilisation, l'histoire p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves POLLOCK, « CHOMSKY NOAM (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noam-chomsky/