NILOTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de nilotique porte clairement la marque de son origine géographique. Il désigne des populations qui habitent la vallée du Nil ou en sont originaires. En fait on ne l'a jamais utilisé que pour certains groupes situés entre le 12e parallèle nord et le lac Victoria (que traverse l'équateur) et qui, d'ouest en est, s'étendent sur une région qui déborde largement la vallée du Nil puisqu'en certains endroits elle atteint une douzaine de degrés de longitude. Mais, comme il est fréquemment arrivé dans les études africaines – voir le terme bantou, par exemple –, des glissements sont survenus du lieu à la langue, de la langue à la « race », et de celle-ci au mode de vie.

On s'est aperçu que les langues parlées par les Shilluk, les Dinka et les Nuer – les premiers groupes qui furent dits nilotiques parce qu'ils habitent réellement dans la vallée du Nil blanc – sont semblables aux langues parlées par certaines sociétés fort éloignées du Nil comme les Alur (en Ouganda et au Zaïre) et les Luo (au Kenya). Nilotique a pris un sens linguistique, désignant tous les groupes parlant des langues apparentées à celles des Shilluk, des Dinka et des Nuer.

Certains anthropologues physiques, comme H. V. Vallois, ont estimé que les peuples parlant des langues nilotiques présentaient des traits héréditaires distincts et constituaient dans la « race mélano-africaine » une « sous-race nilotique » caractérisée notamment par une taille très élevée, un corps élancé et un nez à l'« aspect beaucoup plus européen que nègre ».

Enfin, dernier glissement de sens, on a affirmé qu'une configuration de traits culturels était commune aux sociétés parlant des langues nilotiques. Les Nilotiques sont pasteurs ; quoique leur nourriture soit presque toujours bien plus dépendante de l'agriculture que de l'élevage, ils tiennent les activités pastorales en plus haute estime que les tâches paysannes. Cette valeur prédominan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  NILOTIQUES  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'équation personnelle du chercheur »  : […] La publication en 1967 du journal posthume de Malinowski marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre la manière dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/#i_32473

DINKA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 457 mots

Dans la province du Bahr el-Ghazal (Soudan du Sud), entre Wau et Malakal, dans le bassin central du Nil, vivent, au début du xxi e siècle, environ 2 millions de Dinka, étroitement apparentés à leurs voisins du Nord-Est, les Nuer. Ils sont divisés en un très grand nombre de tribus dont les principales sont celles des Agar, des Aliab, des Bor, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinka/#i_32473

KARAMOJONG

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 477 mots

Le terme de Karamojong désigne à la fois un groupe de populations nilotiques et l'une des ethnies de ce groupe, les Karamojong proprement dits. Apparentées linguistiquement, ces populations sont localisées au nord-ouest du Kenya et dans les régions adjacentes de l'Ouganda ; outre les Karamojong, elles comprennent les Toposa et les Turkana. Les Karamojong vivent dans une région de plateaux, entouré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karamojong/#i_32473

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 133 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale »  : […] Les fouilles pratiquées en Afrique de l'Est ont permis de recueillir, sous forme d'ossements ou de pierres taillées, des témoins anciens d'une occupation humaine ou pré-humaine. Au Kenya, deux zones sont particulièrement riches de ce point de vue : le pourtour du lac Victoria (où furent découverts des restes d'un Proconsul Africanus datant du Miocène inférieur, soit environ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenya/#i_32473

OUGANDA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Odette GUITARD, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 738 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Dualisme culturel entre le nord et le sud »  : […] Au-delà d'une extrême variété de paysages, il existe deux ensembles distincts liés aux cultures vivrières dominantes : le sud et l'ouest, marqués par l'omniprésence du bananier, des légumineuses ou des tubercules, s'opposent aux régions céréalières du nord. Loin d'être le seul résultat des contraintes écologiques qui pèsent sur les systèmes agraires, cette distinction renvoie à des nuances aliment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouganda/#i_32473

ROI DIVIN, anthropologie

  • Écrit par 
  • Claude TARDITS
  •  • 5 001 mots

Dans le chapitre « La construction de Frazer »  : […] Frazer, qui distingue radicalement la magie de la religion ( Le Roi magicien , I), fait d'abord passer l'humanité par un âge de la magie ; plus tard, après avoir découvert la fausseté intrinsèque de la magie, les hommes sont conduits à la pratique de la religion, en tentant de se concilier les puissances supérieures. Au premier stade de son évolution, l'homme se croit en mesu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roi-divin-anthropologie/#i_32473

SHILLUK

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 187 mots

Installés principalement près de la ville de Malakal, au Soudan du Sud, sur les rives du Nil Blanc, les Shilluk sont estimés à 50 000 environ dans les années 1990. Leur nombre actuel est inconnu en raison de l'incertitude des données sur les provinces méridionales du Soudan (Soudan du Sud aujourd'hui), ravagées à la suite de la rébellion de 1983 contre l'autorité du gouvernement de Khartoum, qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shilluk/#i_32473

TESO

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 561 mots

Population nilotique du groupe central, les Teso appartiennent au même groupe linguistique que les Karamojong. Seconde ethnie de l'Ouganda, ils sont localisés dans l'est du pays et constituent environ 4 p. 100 de la population ougandaise dans les années 2000, soit 1 200 000 environ. Ils sont également présents au Kenya dans la province de Nyanza, où ils sont connus sous le nom de Iteso, ou Itesyo. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teso/#i_32473

TURKANA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 581 mots

Population nilotique, les Turkana appartiennent au groupe Karamojong dont ils constituent la tribu la plus importante. Ils occupent une vaste région aride de plaines et de plateaux — le Turkana —, située dans le nord-ouest du Kenya, entre le lac Turkana (ancien lac Rodolphe) et l'escarpement qui marque la frontière avec l'Ouganda. Des reliefs vigoureux au sud, une zone désertique au nord donnent a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turkana/#i_32473

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « NILOTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nilotiques/