NERVEUX (SYSTÈME)Le tissu nerveux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De toutes les cellules formant chez les Vertébrés l'ébauche neurectoblastique du système nerveux (cf. développement [biologie]), une partie seulement donne des cellules nerveuses proprement dites, ou neurones. Les autres donneront les cellules de la névroglie, satellites des neurones. Il est évident que la définition du neurone est d'abord physiologique. C'est une cellule capable de réagir à une stimulation en produisant un influx nerveux. Elle peut, en outre, transmettre à d'autres cellules l'état d'excitation par l'intermédiaire de zones spécialisées, les synapses.

Du point de vue morphologique, le neurone possède, en règle générale, un corps cellulaire appelé soma ou encore péricaryon (autrement dit région entourant le noyau) d'où partent plusieurs prolongements, ou neurites. Ceux-ci sont de deux sortes : les dendrites, qui sont relativement courtes et ramifiées à angle aigu (ce sont des expansions du corps cellulaire, dont la membrane a des propriétés réceptrices spécifiques) ; et l'axone, unique, susceptible de donner des collatérales qui se détachent à angle droit (siège d'une conduction obéissant à la loi du tout ou rien, il se termine par une arborisation terminale au contact d'un ou de plusieurs autres neurones ou de structures tissulaires dites effectrices, musculaires ou glandulaires, avec lesquelles il forme des synapses).

Neurone

Dessin : Neurone

Schéma général d'un neurone (motoneurone) : P, péricaryon ; N, noyau ; D, dendrites ; Ax, axone, avec sa gaine de myéline divisée en segments ; Col., collatérale ; S.I., segment initial de l'axone ; E.R., étranglement de Ranvier ; T, arborisation terminale ; My, gaine de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cellule hautement spécialisée, le neurone perd très tôt toute possibilité de se diviser, dès qu'il se différencie à partir d'un neuroblaste. Dans quelques groupes d'Invertébrés, des neurones peuvent cependant se différencier après traumatisme à partir de cellules souches indifférenciées, identifiées aussi, dès le début du xxie siècle, dans le cerveau « basal » des mammifères. Il existe d'autre part chez eux, dans les plexus intestinaux, des neurones « dormants » qui peuvent, dans certaines conditions expérimentales, subir un processus de différenciation. Nombre de neurones, notamment de neurones moteurs, sont capables de régénérer une partie de leur axone lorsqu'il a été sectionné et il existe donc dans le système nerveux de l'adulte une certaine plasticité, tant au niveau du neurone qu'au niveau des réseaux neuronaux (cf. cerveau humain).

Les étapes de la neurohistologie

La notion de neurone – ou cellule nerveuse – comme élément constitutif fondamental du système nerveux n'a été définitivement acceptée par l'ensemble des neurocytologistes qu'aux environs de 1955, lorsque la microscopie électronique a pu apporter la démonstration irréfutable de la discontinuité des neurones entre eux.

C'était là l'aboutissement d'une longue histoire, commencée dès 1718 avec la reconnaissance par Van Leeuwenhoek des « tubes nerveux » comme constituants principaux des gros nerfs des Mammifères. Il fallut attendre ensuite 1824 pour que Dutrochet aperçoive le corps des neurones des ganglions d'escargot, sans en saisir la signification. Celle-ci ne devait être clairement établie qu'à partir de 1835, et pratiquement de façon simultanée, par J. E. Purkinje, R. Remak, G. Valentin.

La distinction, parmi les prolongements, d'un cylindraxe (ou axone, R. A. von Kölliker, 1896) et de prolongements protoplasmiques (ou dendrites, W. His, 1893), pressentie par R. Wagner (1846) dans ses recherches sur les neurones du lobe électrique de la Torpille, fut reconnue par R. Remak (1855) sur la moelle de bœuf, puis généralisée par O. F. K. Deiters (1865), dont certains dessins demeurent parfaitement actuels (fig. 1).

Motoneurone

Dessin : Motoneurone

Motoneurone, redessiné d'après Deiters, qui l'avait isolé par microdissection dans la moelle épinière de bœuf (1865) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il restait cependant à déterminer les rapports des plus fines ramifications nerveuses entre elles et avec les cellules innervées. Selon J. von Gerlach (1873), les fibres fines de la substance grise forment des réseaux par anastomose. Cette idée fut très généralement adoptée à cette époque, entre autres par C. Golgi, bien qu'il eût mis au point en 1873 la méthode de coloration élective des cellules et fibres nerveuses qui porte son nom et demeure inégalée pour la mise en évidence de la forme générale des divers types de neurones. Cela tient au fait que cette méthode fait ressortir en noir sur fond clair un nombre limité de neurones dans un fragment de tissu qui en contient des millions.

La conception neuroniste actuelle, selon laquelle le système nerveux est formé de neurones indépendants les uns des autres, même par leurs plus fins prolongements, fut exprimée par A. Forel (1887) et W. His (1889), mais c'est W. Waldeyer qui, en lui apportant la caution de son autorité, bien qu'il ne fût pas spécialiste de neurohistologie, introduisit, en 1891, le mot de neurone. G. Retzius, A. Van Gehuchten, R. A. von Kölliker apportèrent de nombreuses observations en faveur de la théorie du neurone, mais aucun n'en fit autant que S. Ramón y Cajal, qui les a magistralement rapportées dans son traité de 1911.

Les tenants des hypothèses réticularistes n'abdiquèrent pas pour autant. La découverte des neurofibrilles par S. Apathy (1897) et O. Bethe (1900), fournissant des préparations souvent d'interprétation difficile, aux limites du pouvoir de résolution du microscope ordinaire, permit à ces auteurs, ainsi qu'à J. Bœke, P. Stöhr et bien d'autres, d'alimenter de vives controverses avec les neuronistes. La microscopie électronique, en montrant, en 1955, que l'intervalle séparant les membranes des prolongements des neurones est d'environ 20 nm, a clos le débat et en même temps fait comprendre pourquoi il n'avait pas pu l'être par les méthodes de la microscopie photonique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Neurone

Neurone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Motoneurone

Motoneurone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neurone du cervelet

Neurone du cervelet
Crédits : David Becker/ Getty Images

photographie

Types de neurones

Types de neurones
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  NERVEUX SYSTÈME  » est également traité dans :

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 354 mots
  •  • 7 médias

L'évolution phylogénétique du système nerveux des métazoaires, évolution si remarquable par la croissante complexité d'organisation et de fonctionnement qui la caractérise, offre au naturaliste un champ d'étude à l'intérêt fascinant. Cependant, malgré l'emploi de techniques d'examen et d'expérimentation raffinées, faisant appel aux méthodes physico-chimiques, voire informatiques et statistiques, l […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

  • Écrit par 
  • Michel HAMON, 
  • Clément LÉNA
  •  • 5 730 mots
  •  • 2 médias

Le neurone étant la cellule élémentaire du système nerveux, l'étude de l'un est intimement liée à celle de l'autre. Les propriétés du neurone ont donc été, au moins pour partie, sélectionnées au long de l'histoire du monde animal par des contraintes évolutives s'exerçant sur les organismes entiers. Réciproquement, les possibilités fonctionnelles du système nerveux ont toujours été contraintes par […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - L'influx nerveux

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 4 995 mots
  •  • 15 médias

La vie du neurone adulte, comme celle de toute cellule, dépend d'un métabolisme d'entretien. Celui-ci, grand consommateur d'oxygène et de glucose, est à la base du maintien de concentrations constantes d'ions K+ et Na+ à l'intérieur du neurone, grâce à un mécanisme de transports actifs luttant contre la diffusion passive de ces ions […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Agencement des réseaux et circuits neuronaux

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 6 319 mots
  •  • 8 médias

Au plus bas de l'échelle animale (Spongiaires, Cœlentérés), le système nerveux, lorsqu'il existe, a une structure réticulée : il s'agit d'éléments cellulaires dont les prolongements, peu différenciés, s'anastomosent de façon lâche et irrégulière, constituant ainsi un réseau à localisation superficielle dans lequel l'influx nerveux circule sans suivre d'orientation privilégiée.Dans tous les autres […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 741 mots
  •  • 11 médias

Alors que l'on définissait un neurone exclusivement par ses caractéristiques morphologiques et électrophysiologiques, on peut maintenant y ajouter un caractère essentiel : la nature du neurorégulateur qu'il synthétise et qu'il libère. Le formidable développement de la biochimie et de la pharmacologie du système […] Lire la suite

ORGANISATION DISCONTINUE DU TISSU NERVEUX

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 249 mots

Les éléments qui composent le tissu nerveux sont-ils en continuité ou seulement en contiguïté ? La question oppose, à la fin du xixe siècle, les « réticulistes », partisans d'un tissu nerveux constitué de cellules anastomosées par leurs dendrites et leurs axones en de véritables réseaux continus, et les « neuronistes », pour qui chaque cellule nerveus […] Lire la suite

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Système nerveux »  : […] La plupart des acariens possèdent un système nerveux très condensé, limité à une masse ganglionnaire – appelée synganglion ou « cerveau » – entourant la partie antérieure du tube digestif. Le synganglion est inclus dans un sinus du système circulatoire recevant l'aorte dorsale. De nombreuses cellules neurosecrétrices y ont été mises en évidence chez différentes espèces de tiques et il existe des […] Lire la suite

ACÉTYLCHOLINE

  • Écrit par 
  • Paul MANDEL
  •  • 1 905 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mise en évidence et localisation »  : […] La mise en évidence, voire le dosage de l'ACh dans les tissus, s'effectue essentiellement par des méthodes biologiques. Ces tests font appel à la contractilité du muscle abdominal droit de la grenouille ou du muscle dorsal de la sangsue. Les méthodes chimiques n'offrent généralement pas la spécificité ou la sensibilité désirée. Une congélation extrêmement rapide des tissus est indispensable pour s […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biosynthèse »  : […] La voie de synthèse des catécholamines à partir de la tyrosine, et accessoirement de la phénylalanine, est simple . Elle implique quatre étapes : hydroxylation du noyau phénolique ; décarboxylation de la chaîne latérale ; hydroxylation de la chaîne latérale ; N-méthylation. Les différentes enzymes impliquées ont été caractérisées et isolées. Toutes sont solubles et présentes dans le cytosol des c […] Lire la suite

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques TAXI, « NERVEUX (SYSTÈME) - Le tissu nerveux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-tissu-nerveux/