NANOTECHNOLOGIES (enjeux et risques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pôle Minatec, Grenoble

Pôle Minatec, Grenoble
Crédits : F. Pattou/ Conseil général de l'Isère

photographie

Nanotubes de carbone et fragment de cheveu

Nanotubes de carbone et fragment de cheveu
Crédits : J. Chech/ ScienceFoto/ Getty

photographie


Quelles sont les voies potentielles d'exposition aux nanoparticules et comment peut-on caractériser cette exposition ?

La population susceptible d'être la plus exposée aux nanoparticules et nanotubes est celle des travailleurs de l'industrie, par voie respiratoire et/ou cutanée. À l'échelle mondiale, 2 millions de travailleurs devraient être concernés d'ici à 2010 (A.F.S.S.E.T., 2006). Cette estimation est sans doute faible si on considère les différentes applications potentielles et, en dehors de la production directe des nanoparticules dans un nombre limité d'entreprises industrielles, une dissémination mal contrôlée chez des fabricants divers qui n'en maîtriseront pas forcément les risques est à craindre. L'exposition directe et indirecte de la population générale devrait également augmenter rapidement, étant donné leur présence dans un nombre de plus en plus grand de produits de consommation courante (cosmétiques, produits d'hygiène, textiles, médicaments, aliments) et une contamination possible des milieux (air, eaux et sols) [Rapport A.F.S.S.E.T., 2006 ; Comité de la prévention et de la précaution, 2006].

La peau, l'appareil digestif et l'appareil respiratoire sont les voies d'entrée potentielles des nanoparticules manufacturées ; cependant, les études publiées concernent pour l'essentiel la voie respiratoire. C'est elle qui est la plus probable pour les travailleurs dans les usines de fabrication et dans l'environnement général si les nanoparticules se détachent de leur support au cours des processus d'usure. L'évaluation actuelle de l'exposition aux particules atmosphériques environnementales ou en milieu de travail, qui se fait en mesurant la masse de ces particules par mètre cube d'air, ne paraît pas adaptée aux nanoparticules (Oberdörster et al., 2005). La mesure du nombre de particules par volume est plus pertinente. Cependant, actuellement, seules les fibres d'amiante sont dénombrées à partir de mesures au microscope électronique, un procédé très lourd et très coût [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Francelyne MARANO, « NANOTECHNOLOGIES (enjeux et risques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotechnologies-enjeux-et-risques/