REDON ODILON (1840-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que l'imaginaire et le rêve soient, pour l'art, de plus d'importance que la représentation de la nature à la manière des impressionnistes, ses contemporains, tel est le message que nous laisse Redon. Cet artiste, discret et réservé, se donnait clairement pour but de mettre « la logique du visible au service de l'invisible ». Un monde magique où règnent la peur des forces mystérieuses et d'étranges visions se déploie dans les lithographies de sa première période et lui vaut, au-delà même des frontières françaises, la considération de collectionneurs éclairés, des écrivains symbolistes, puis de la nouvelle génération de peintres français représentée par Gauguin, Émile Bernard et les nabis. Au début du xxe siècle, un Redon inattendu semble se manifester, avec ses natures mortes aux fleurs d'un style détendu, ses évocations de figures mythologiques et ses paravents décoratifs. Au lieu de sujets étranges, ce sont désormais des coloris éblouisssants qui créent le climat envoûtant de ses œuvres. Le public comme les critiques ne surent pas toujours saisir le lien entre les deux aspects de la production de l'artiste, et sa renommée connut en conséquence une éclipse ; expositions et travaux critiques ont contribué à lui restituer sa véritable place : celle d'un visionnaire qui, enraciné dans l'époque de l'Art nouveau, annonce certains aspects du surréalisme.

Fleurs dans un vase à long col, O. Redon

Photographie : Fleurs dans un vase à long col, O. Redon

Odilon Redon (1840-1916), Fleurs dans un vase à long col, pastel. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Dans la solitude de Peyrelebade

Bien qu'Odilon Redon fût né à Bordeaux, son père avait mené la plus grande partie de son existence à La Nouvelle-Orléans et y avait acquis, comme « colon », quelque fortune. Confié aux soins d'un oncle, Redon passe son enfance dans le domaine isolé et hanté de Peyrelebade, dans les Landes, tout entouré de forêts sauvages et d'étangs marécageux. À l'âge de vingt ans, il se rend à Paris, mais il ne trouve guère de satisfaction dans l'étude de l'architecture, pas plus que dans l'enseignement du peintre académique Jean-Léon Gérome. Dix ans plus tard, il prend part à la guerre entre la France et la Prusse. À quarante ans, il épouse une jeune fille créole, Camille Falte ; il manifeste dès lors plus d'assurance dans sa production, où il est encouragé par un autre artiste isolé, Rodolphe Bresdin. Ses séries de lithographies, éditées à vingt-cinq ou cinquante exemplaires, trouvent progressivement leur place dans la communauté des connaisseurs avertis. Les principaux titres sont Dans le rêve, À Edgar Poe, Les Origines, Hommage à Goya, La Nuit, Songes, La Maison hantée ; la dernière série est constituée par des évocations de La Tentation de saint Antoine de Flaubert, et de l'Apocalypse.

Ce « créateur de monstres » mena une vie étonnamment calme et uniforme. Il passait ses étés à Peyrelebade, au domaine où il avait connu, pendant son enfance, l'angoisse et l'inquiétude, et qui, après la mort de son père, était devenu, en partie au moins, sa propriété. Il y travaillait à ses fusains, qu'il appelait « mes peintures noires » ; l'hiver, il regagnait Paris et reprenait ses travaux de l'été ; laissant libre cours à son imagination visuelle, il les affinait pour aboutir à ces lithographies qui firent sa renommée. Joris-Karl Huysmans, dans À rebours, a signalé ces réalisations comme le produit le plus achevé de la décadence. Pour Redon, Peyrelebade était donc la base de son inspiration, de son chagrin et de sa productivité. Au cours des années 1890, il perdit sa propriété, mais, à ce moment, il avait déjà surmonté ses angoisses. Tout maintenant était transformé. La sombre période était close : c'en était fini du fusain, de la lithographie, et de la ténébreuse vision qu'ils impliquaient.

Le Cyclope, O. Redon

Photographie : Le Cyclope, O. Redon

Odilon Redon (1840-1916), Le Cyclope,1898. Rijksmuseum Kroller-Muller, Otterlo, Pays-Bas. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Fleurs dans un vase à long col, O. Redon

Fleurs dans un vase à long col, O. Redon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Cyclope, O. Redon

Le Cyclope, O. Redon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sacré-Cœur, O. Redon

Sacré-Cœur, O. Redon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, University distinguished professor of art history, emeritus, University of Kansas, États-Unis

Classification

Autres références

«  REDON ODILON (1840-1916)  » est également traité dans :

ODILON REDON. PRINCE DU RÊVE (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 965 mots

Il n'y avait pas eu d'exposition monographique consacrée à Odilon Redon à Paris depuis 1956. Il faut donc saluer l'initiative de la Réunion des musées nationaux qui, sous la direction de Rodolphe Rapetti, donne à cet artiste singulier une place prépondérante dans l'histoire de la création de la fin du xixe  […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les contemporains »  : […] Durant trois siècles, l'Apocalypse cessa presque totalement d'inspirer les artistes. On pourrait évoquer seulement quelques fresques baroques. Il fallut attendre la fin du xix e  siècle pour que l'intérêt se portât de nouveau sur ce livre mystérieux. En 1899, Odilon Redon publia une série de lithographies extrêmement évocatrices pour en illustrer les scènes principales. Depuis lors, surtout après […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 470 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aussi, un réaliste, peut-être de façon encore plus af […] Lire la suite

MOREAU GUSTAVE (1826-1898)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis MATHIEU
  •  • 2 077 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le maître des fauves »  : […] Son influence la plus durable est celle qu'il exerça sur ses élèves en tant que professeur à l'École des beaux-arts, de 1892 à sa mort, en 1898. C'est dans son atelier que furent formés, en effet, quelques-uns des peintres les plus audacieux de la première moitié du xx e  siècle : Georges Rouault, son élève préféré, qui fut plus tard conservateur du musée Gustave-Moreau, Henri Matisse, Albert Mar […] Lire la suite

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 742 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Équivoque fondamentale et contradictions de l'entreprise symboliste »  : […] Au-delà de ces données générales, de ces refus communs, il serait vain de masquer les contradictions, les oppositions, les antinomies qui surgissent à chaque pas. La notion même de symbolisme figuratif implique une opposition fondamentale entre l'idée d'image et celle de forme, source d'innombrables contradictions, de la part des peintres comme de leurs exégètes. Redon est partisan d'un art de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Klaus BERGER, « REDON ODILON - (1840-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/odilon-redon/