MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Métabolismes dans le cœur malade

Ischémie et anoxie

La privation d'oxygène, telle qu'on l'obtient dans l'asphyxie, l'insuffisance respiratoire, va perturber gravement les métabolismes, essentiellement aérobies, du myocarde. L'absence d'oxygène bloque l'oxydation phosphorylante intramitochondriale, ce qui entraîne l'accumulation des formes réduites de ce cycle (dont le NADH), une certaine acidose, une diminution de l'ATP, et donc de la contractilité. Les produits accumulés de ce fait stimulent allostériquement par effet Pasteur la glycolyse, qui devient seule source, anaérobie, d'énergie : le pyruvate n'étant plus oxydé, le cœur produit du lactate, précieux indice en clinique. Les acides gras, qui ne sont plus oxydés, sont estérifiés pour être mis en réserve ; ils jouent par ailleurs un rôle détergent, ce qui perméabilise les membranes. L'ADP non utilisé va se dégrader en adénosine, vasodilatateur coronaire bénéfique utilisé en thérapeutique.

Anoxie

Anoxie

Dessin

Exemple des différentes caractéristiques mécaniques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'ischémie, plus fréquente, combine les méfaits de l'anoxie à ceux d'une suppression du drainage cardiaque. D'origine athéroscléreuse habituellement, la plaque d'athérome obturant les vaisseaux du cœur, l'ischémie s'accompagne d'une acidose plus marquée, le lactate ne pouvant être évacué, ce qui va accélérer les dégâts de la membrane externe, par l'entremise des lysosomes qui vont libérer des protéases. C'est souvent à la reperfusion myocardique, circonstance qui se rencontre dans les greffes cardiaques ou dans la chirurgie à cœur ouvert, que les dégâts les plus importants peuvent se produire sous l'effet des radicaux libres, si des précautions particulières ne sont pas prises.

Les surcharges cardiaques

Adaptation à court terme

Lorsque la pompe cardiaque est sollicitée par un surcroît de travail, elle s'adapte, elle le fait instantanément grâce à la loi de Starling, qui n'est que l'application myocardique de la relation tension-longueur du muscle (cf. muscles, fig. 3) : le volume de sang présent en fin de dias [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages



Médias de l’article

Muscle cardiaque

Muscle cardiaque
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Activité électrique et mécanique d'un fragment de tissu

Activité électrique et mécanique d'un fragment de tissu
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Relation tension systolique-longueur

Relation tension systolique-longueur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de la vitesse de raccourcissement

Variation de la vitesse de raccourcissement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 12 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences d'Orsay
  • : docteur ès sciences, professeur de physiologie animale à la faculté des sciences de Tours
  • : docteur en médecine, ancien interne des Hôpitaux de Paris, directeur de recherche de première classe à l'I.N.S.E.R.M., docteur ès sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Édouard CORABOEUF, Didier GARNIER, Bernard SWYNGHEDAUW, « MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/