ANTIARYTHMIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par définition, les médicaments antiarythmiques sont des substances susceptibles de prévenir ou de réduire un trouble du rythme cardiaque. Ces médicaments sont nombreux, leurs structures biochimiques très différentes, leurs classifications pharmacologiques diverses, mais tous se caractérisent par une toxicité potentielle capable de réduire, à faibles doses, l'activité d'un groupe cellulaire responsable de l'arythmogenèse, et, à fortes doses, de déprimer l'ensemble de la fonction myocardique, automaticité et contractilité.

On peut admettre qu'une substance qui diminue l'activité cellulaire myocardique va, à petite dose, n'être que peu ou pas gênante pour le tissu cardiaque resté sain, qu'il soit contractile ou nodal. À l'opposé, les cellules dont le métabolisme est déjà ralenti sont pour les mêmes doses déprimées et réduites à l'inexcitabilité.

En fait, l'immense majorité des médicaments antiarythmiques bloquent les troubles du rythme en affaiblissant sélectivement les cellules les plus altérées. C'est pourquoi, en cas d'insuffisance cardiaque, lorsque beaucoup de cellules sont lésées, des doses habituelles de médicaments peuvent devenir toxiques d'une façon non spécifique risquant de précipiter une défaillance cardiaque globale.

Les médicaments antiarythmiques abaissent l'activité des cellules nodales de façon proportionnelle à la dose et au degré d'activité métabolique de ces cellules selon quatre mécanismes décrits initialement par E. M. Vaughan Williams, en 1970 :

– en diminuant la perméabilité membranaire aux flux ioniques qui commandent l'automaticité et la conduction (groupe I : quinidine, procaïnamide, lidocaïne, ajmaline, dyphénylhydantoïne) ;

– en diminuant les effets stimulants et désynchronisants de l'adrénaline circulante (groupe II : bêta-bloquants, brétylium) ;

– en allongeant la période réfractaire, donc d'inexcitabilité (groupe III : amiodarone) ;

– en réduisant l'influx calcique transmembranaire qui commande la majeure partie du métabolisme cellulaire (groupe IV : vérapamil).

—  François LHOSTE

Écrit par :

  • : assistant des hôpitaux, chef de travaux à la faculté de médecine de Créteil

Classification


Autres références

«  ANTIARYTHMIQUES  » est également traité dans :

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beta-bloquants/#i_80791

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renouvellement de l'arsenal médicamenteux »  : […] De 1960 à 1980, l'industrie pharmaceutique mit au point un grand nombre de médicaments qui permirent de jeter aux oubliettes la pauvre pharmacopée dont disposaient jusqu'alors les cardiologues et dont ne survécurent que les dérivés nitrés d'action rapide et, à un moindre degré, la digoxine (avatar de la vieille digitaline) ; notamment : – de nouveaux diurétiques remplaçant les diurétiques mercur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cardiologie/#i_80791

QUINIDINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 410 mots

Alcaloïde de formule brute C 20 H 24 O 2 N 2 , extrait de l'écorce de divers quinquinas ( Cinchona ), plantes de la famille des rubiacées ; ce sont de petits arbustes découverts à l'état sauvage en Amérique du Sud, plus particulièrement dans la cordillère des Andes, et cultivés de nos jours sous des climats tropicaux chauds et humides. Pour extraire les nombreux alcaloïdes co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinidine/#i_80791

Pour citer l’article

François LHOSTE, « ANTIARYTHMIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiarythmiques/